Flammarion

  • Dans la rue déserte d'une ville ravagée par la guerre, Marie s'effondre, touchée par une balle, alors qu'elle s'apprêtait à rejoindre Steph. Ces retrouvailles devaient sceller leur réconciliation et l'aveu d'un amour partagé.
    Marie parviendra-t-elle à transmettre son message ?

  • « Toujours, j'ai eu ce besoin de bâtir des passerelles entre le passé et le présent ; entre les générations ; entre les cultures, celle de l'Orient et celle de l'Occident ; entre des personnes de conditions différentes, un intello et un voyou; entre un homme et une femme.
    Entre la vie et la mort. Je veux comprendre.
    Si l'on a le courage d'envisager le tragique de notre destin, de le dire, de l'écrire, je crois qu'il nous est alors possible de nous comprendre les uns les autres. » A. C.

  • L'enfant multiple

    Andrée Chédid

    « En attendant, votre manège tourne dans ma tête : je le chéris et le décore de tous les fruits de mon jardin.»Fils d'un musulman d'Égypte et d'une chrétienne libanaise, petit-fils d'un troubadour, Omar-Jo est un enfant heureux. Mais il habite Beyrouth où, en 1987, les hommes se font la guerre.Un beau dimanche ensoleillé, devant la porte de sa maison... L'explosion. Assourdissante, meurtrière, elle lui arrache plus que la vie. Ses parents. Son bras. Pourtant, l'enfant qui quitte le Liban revendique l'espoir et l'imaginaire. À Paris, il rencontre Maxime, le forain au manège usé par le temps et la mélancolie de son propriétaire. L'enfant rendra alors toute leur magie aux chevaux de bois, comme il insufflera à Maxime la force nécessaire au rêve et au bonheur, à la jeunesse et à l'amour.

  • Au Caire en 1948, la vieille Om Hassan lutte pendant six jours pour sauver son petit-fils du choléra. Elle décide de l'emmener loin du village où les dénonciateurs pullulent. Car pour mettre fin à l'épidémie on éloigne de force les malades. La grand-mère veut tout tenter pour sauver son petit-fils et souhaite rejoindre la mer purificatrice. Le courage de la vieille femme est immense. Mais la route est longue, et les obstacles innombrables. Son chemin va croiser celui d'Okkasionne, un montreur de singe. L'enfant mourra, mais aura vu la mer.

  • Serrée dans le carcan des coutumes, en butte à la dureté et au sommeil des coeurs, ne trouvant aucun écho à sa voix, à ses soifs, n'ayant aucun moyen de se « délivrer », une jeune femme, Samya, s'enfonce, seule, peu à peu, dans le silence et dans la tragédie. Ce premier livre d'Andrée Chedid est plus que jamais un livre d'aujourd'hui. Traversant le temps et les frontières, le cri de Samya rejoint d'autres appels, d'autres refus, d'autres espérances. « D'autres, comme moi, ont dû sentir leur vie s'effriter au long d'une existence sans amour. Si je crie, je crie un peu pour elles... Mais nos filles, nos filles peut-être ne seront plus semblables à ces mousses qui végètent autour des troncs morts. Nos filles seront différentes. Elles surgiront de l'engourdissement... »Roman à suspense, écrit dans un style dépouillé et sobre, mais lourd d'une chaude poésie, Le sommeil délivré nous atteint et nous bouleverse.

  • Le présent volume rassemble pour la première fois une grande part de l'oeuvre poétique d'Andrée Chedid de 1949 à 2010:Textes pour un poème, Visage premier, Fraternité de la parole, Cérémonial de la violence, Cavernes et Soleils, Épreuves du vivant, Tant de corps et tant d'âmes, Par-delà les mots, Territoires du souffle, L'Étoffe de l'univers. Il nous invite à redécouvrir une oeuvre unique, qui a fait d'Andrée Chedid une poète majeure de son temps.


  • L'enfant des manèges et autres nouvelles
    La chèvre du Liban ¤ L'enfant au réverbère
    L'enfant des manèges ¤ L'ancêtre sur son âne
    Les métamorphoses de batine
    Dans un square parisien, Maxime Balin fait tourner son manège et ses beaux chevaux de bois. Cette magnifique machine fascine le jeune Omar-Paul, qui a quitté son pays ravagé par la guerre. Entre le gamin malicieux et le forain qui a perdu ses rêves de jeunesse, une amitié se noue, pleine de surprises et d'émotions...
    Andrée Chedid évoque à travers les cinq nouvelles de ce recueil ses racines libanaises et son enfance égyptienne ; elle nous raconte des histoires chaleureuses, où la tolérance a toujours le dernier mot.
    Le dossier propose des exercices pour comprendre la structure narrative des différentes nouvelles du recueil.
    Des extraits des Saisons de passage, récit autobiographique d'Andrée Chedid, permettent de réfléchir sur les liens entre fiction et autobiographie.


  • Le survivant

    Andrée Chédid

    Une jeune femme, Lana, apprend par un coup de téléphone en pleine nuit que l'avion dans lequel son mari, Pierre, a embarqué quelques heures plus tôt, s'est écrasé dans le désert. Mais il y a des survivants. Bientôt plus qu'un survivant ! Lana, convaincue

  • La cité fertile

    Andrée Chédid

    Aléfa chante et danse le chagrin, la gaieté, la mort, la vie.Aléfa a cent ans, mille ans, qu'importe ! Elle hante et sillonne cette Ville qui la passionne ; elle y découvre des sources. Eprise des vivants, sans cesse elle les rencontre.Aléfa s'attache aux pas d'un jeune couple de comédiens, Simon et Livie. Ceux-ci ont quitté le confort de leur milieu pour tenter une autrre vie. Mais un soir, par lassitude, la jeune femme abandonne l'aventure. Un second couple, la quarantaine, installé dans la réussite sociale, est brusquement au bord du naufrage. Deric, bouleversé par la mort de son meilleur ami, remet en cause le sens de son existence, au désespoir de Natia, son épouse.Aléfa, toujours en mouvement, regarde. Ici, ailleurs, partout : bonheurs, malheurs chevauchent.Aléfa aime. C'est TOUTE la réponse, c'est la SEULE réponse qu'elle connaisse à l'angoisse des jours.La Cité fertile est un roman à la fois plein d'humour, de tragique et de poésie, une sorte de rêve grandiose où la déraison est raison de vivre, où la dérision se mue tout à coup en tendresse, où la femme-bouffon qu'est Aléfa prend les dimensions du Destin.

  • « Un livre n´est que le portrait du coeur, chaque page une pulsation », écrit Emily Dickinson. À cela Andrée Chedid ajoute qu´un livre est aussi la soif d´un ailleurs, une salve d´avenir. Dans L´Étoffe de l´univers, la poétesse née au Caire remonte aux origines de sa vie, explore à travers de courts poèmes le mystère du passage sur terre, la beauté et la force, mais aussi la fragilité, surtout quand l´aventure est malmenée par la vieillesse, la mort qui rôde.
    En revenant à saint Augustin et Shakespeare, Rilke ou encore Dylan Thomas, Andrée Chedid éclaire sa propre écriture. Sans qu´aucune certitude ne tienne le haut du pavé, elle précise : « Ne vous méprenez pas / Je ne suis que de passage / Un être fictif sur un trajet/Sans itinéraire / Je pousse des portes / Qui s´ouvrent / Sur la vie / Et d´autres portes / Qui mènent je ne sais où ».

  • Un roman tendre et tragique profondément enraciné dans la terre du Liban, qui se déroule sur deux plans et à deux époques se faisant écho : 1932 et 1975. Le Liban heureux et la terre déchirée.

  • Un grand roman historique sur celle qui fut reine d'Egypte quatorze siècles avant Jésus-Christ.

  • Un recueil composé de deux pièces de théâtre inédites. La première raconte l'histoire d'une reine et de son bouffon vivant un amour fou en proie aux jeux du pouvoir. La deuxième est une pièce en un acte, une fable sur la relativité des choses : la réussite y est opposée à la mort.

  • « Juan de Dios disait avoir subi sa première mort le jour où il perdit sa foi catholique. Il avait alors treize ans. » Ce roman est l'histoire d'une double traversée. Celle de Jean de Dieu et celle du XXe siècle.
    D'une enfance entourée par les Jésuites jusqu'à la maladie d'Alzheimer, en passant par la guerre d'Espagne, Staline, la chute du mur de Berlin, on suit les pérégrinations de Juan et de son épouse Isabellita.
    On retrouve dans ses pages le talent d'Andrée Chedid qui réussit à dépeindre un individu au coeur de sa famille, de l'Histoire. Entre le sentiment du tragique et le sursaut de la conscience, comment être libre ?

  • Marqué par la violence et la mort, Omar-Jo, de père musulman égyptien et de grand-père maternel chrétien libanais, revendique la vie et l'imaginaire. Il trouve son bonheur auprès d'un forain. Pour les 12/13 ans.

  • Cinq nouvelles évoquant les origines libanaises et l'enfance égyptienne de l'auteur, accompagnées d'outils pédagogiques en facilitant la lecture et la compréhension.

  • L'enfant des manèges et autres nouvelles La chèvre du Liban ¤ L'enfant au réverbère L'enfant des manèges ¤ L'ancêtre sur son âne Les métamorphoses de batine Dans un square parisien, Maxime Balin fait tourner son manège et ses beaux chevaux de bois. Cette magnifique machine fascine le jeune Omar-Paul, qui a quitté son pays ravagé par la guerre. Entre le gamin malicieux et le forain qui a perdu ses rêves de jeunesse, une amitié se noue, pleine de surprises et d'émotions...
    Andrée Chedid évoque à travers les cinq nouvelles de ce recueil ses racines libanaises et son enfance égyptienne ; elle nous raconte des histoires chaleureuses, où la tolérance a toujours le dernier mot.
    Le dossier propose des exercices pour comprendre la structure narrative des différentes nouvelles du recueil.
    Des extraits des Saisons de passage, récit autobiographique d'Andrée Chedid, permettent de réfléchir sur les liens entre fiction et autobiographie.

empty