Farid Ameur

  • Des rives du Mississippi à la côte Pacifique, la conquête de l'Ouest a oeuvré à la construction de la nation américaine et a durablement imprégné les mentalités collectives. Célébrée par le septième art, elle symbolise l'une des plus grandes aventures humaines des temps modernes. De cette période ont émergé des figures légendaires qui hantent notre imaginaire. Davy Crockett, Geronimo, Kit Carson, Buffalo Bill, Jesse James, Billy the Kid, Calamity Jane et les frères Dalton...
    Autant de personnages charismatiques dont l'histoire véridique, souvent méconnue, nous invite à entreprendre un voyage au coeur de la fabuleuse épopée du Far West. Une histoire de courage, de violence, d'espoir et de conquête.

  • Été 1874, de l'or est découvert en territoire indien. À leurs risques et périls, des milliers de prospecteurs s'y aventurent. Pour protéger son peuple, le chef Sitting Bull prend alors la tête d'une coalition de Sioux et de Cheyennes.
    Guerrier, homme-médecine et guide spirituel, Sitting Bull mène son peuple dans une série de combats contre les tuniques bleues. Le 25 juin 1876, il remporte la bataille de Little Big Horn face au 7e de cavalerie du lieutenant colonel Custer. Cet affrontement est devenu un événement mythique de l'histoire des États-Unis. Or, qui l'incarne mieux que Sitting Bull, figure emblématique de l'indien des Plaines, épris de liberté, attaché à son mode de vie et fier de ses traditions ?

  • En 1861, la guerre civile éclate aux États-Unis. La jeune nation américaine, puissance en devenir, ne parvient plus à contenir les antagonismes qui opposent les États du Nord, industriels, anti-esclavagistes et fidèles à l'autorité fédérale, à ceux du Sud, agricoles, esclavagistes et attachés aux droits des États.
    L'ouvrage retrace l'histoire de ces quatre années de luttes fratricides et meurtrières (620 000 morts) au terme desquelles les Nordistes ont rétabli l'Union et donné au pacte fédéral son caractère indestructible. Il fait la synthèse des débats historiographiques les plus récents sur cet épisode tragique de l'histoire des États-Unis, gravé dans la mémoire collective des Américains.

  • Dimanche 6 mai 1866, Pulaski (Tennessee). Six anciens soldats de la Confédération se réunissent pour fonder une société secrète : le Ku Klux Klan vient de naître. Une synthèse historique sur ce mouvement qui vit le jour aux Etats-Unis dans la seconde moitié du XIXe siècle.

  • Le 1er juillet 1863 va commencer la plus importante bataille de la guerre de sécession. Ce sera un affrontement de trois jours sanglants et déterminants pour le destin de l'Amérique du Nord. Quelques 143.000 hommes y participent; 88 000 pour l'union du nord, 75.000 pour la confédération du sud. Cette bataille gigantesque se déroule aux alentours de Gettysburg, en Pennsylvanie. Le général Robert E. Lee commande l'armée du sud, le général George G. Meade celle du nord. Pendant ces trois journées des 1er, 2 et 3 juillet, tirs d'artillerie préparatoires, charges de cavalerie, attaques et contre-attaques d'infanterie sont de plus en plus brutales et désespérés. Au terme des affrontements, il n'y a pas de vainqueur triomphant. Cependant c'est l'armée confédérée qui abandonne le champ de bataille et repasse le Potomac vers le sud. Dorénavant ce n'est plus Washington qui est menacé mais Richmond la capitale confédérée. Au terme de la bataille de Gettysburg, on compte 43 000 morts. L'armée de Mead a perdu 23 000 hommes, celle de Lee, 20 000.
    Dans le souci de préparer la reconstruction de l'Union, le président Lincoln se rend le 19 novembre 1863 sur le champ de bataille de Gettysburg. Dans le cimetière où reposent les victimes des deux camps, il rend un bref hommage à celles-ci et en appelle aux valeurs fondatrices des États-Unis. Ce texte est depuis plusieurs décennies appris par coeur par les écoliers américains. Notons que c'est la première fois dans l'Histoire, avec la guerre de Sécession, que les victimes ont droit à des sépultures individuelles et ne sont plus jetées dans des fosses communes.

  • Contrairement à une idée reçue, les Français sont présents dans la guerre de Sécession, épisode capital de l'histoire des Etats-Unis.

    Au moment de l'appel aux armes, plus de cent mille d'entre eux vivent à l'ombre de la bannière étoilée. Isolément ou par petits groupes, certains de leurs compatriotes, tels que les princes d'Orléans, n'hésitent pas à traverser l'océan Atlantique pour offrir leur épée à la cause de leur choix et tenter de renouveler l'exploit de La Fayette.

    Mêlés bon gré mal gré aux péripéties d'une lutte fratricide appelée à sceller les destinées d'une nation dont Alexis de Tocqueville venait de prédire l'essor, les Français n'en ont pas été de simples spectateurs ; à l'instar des autres groupes d'immigrants, ils en ont été à la fois les témoins, les acteurs et les victimes. Au milieu du fracas des armes, la proclamation de neutralité de Napoléon III n'a guère été prise en compte. Géographiquement dispersés, idéologiquement divisés et jusque-là réfractaires à l'alliage américain, les Français rompent peu à peu les amarres qui les liaient à la mère patrie pour céder à la marée montante de l'américanisation et s'attacher définitivement à leur pays d'adoption.

    L'expérience de la guerre civile constitue pour eux un terreau propice à l'assimilation. A mi-chemin entre l'indépendance des Etats-Unis et le premier conflit mondial, les événements dramatiques qui se sont succédé de 1861 à 1865 ont ouvert un chapitre insolite et totalement méconnu de l'histoire des relations franco-américaines.

    La thèse doctorale dont ce livre est issu a reçu le prix Jean-Baptiste Duroselle 2011 récompensant la meilleure recherche en histoire des relations internationales.

  • En 1861, la guerre civile éclate aux États-Unis. La jeune nation américaine, puissance en devenir, ne parvient plus à contenir les antago-nismes qui opposent les États du Nord, industriels, antiesclavagistes et fidèles à l'autorité fédérale, à ceux du Sud, agricoles, esclavagistes et attachés aux droits des États.
    L'ouvrage retrace l'histoire de ces quatre années de luttes fratricides et meurtrières (620 000 morts) au terme desquelles les Nordistes rétablissent l'Union et donnent au pacte fédéral son caractère indestructible. Il fait la synthèse des débats historiographiques les plus récents sur cet épisode tragique de l'histoire des États-Unis, gravé dans la mémoire collective des Américains.

  • En 1861, la guerre civile éclate aux Etats-Unis. La jeune nation américaine, puissance en devenir, ne parvient plus à contenir les antagonismes qui opposent les Etats du Nord, industriels, antiesclavagistes et fidèles à l'autorité fédérale à ceux du Sud, agricoles, esclavagistes et attachés aux droits des Etats.
    L'ouvrage retrace l'histoire de ces quatre années de luttes fratricides et meurtrières (620 000 morts) au terme desquelles les Nordistes rétablissent l'Union et donnent au pacte fédéral son caractère indestructible. Il fait la synthèse des débats historiographiques les plus récents sur cet épisode tragique de l'histoire des Etats-Unis, gravé dans la mémoire collective des Américains.

  • La prise de Fort Alamo où meurt Davy Crockett a donné lieu à de nombreuses légendes, mythes, alimentés par Hollywood. Voici enfin la véritable histoire d'une bataille qui décida du sort du Texas. Le 23 février 1836, les troupes mexicaines du général Santa Anna, fortes de quelques 5000 hommes arrivent devant Fort Alamo tenus par 400 volontaires placés sous les ordres de James Bowie, William Travis et Davy Crockett... La bataille s'achève au bout de treize jours mais la résistance héroïque des colons qui réclament le rattachement du Texas aux Etats-Unis, devient rapidement un épisode mythique. Grâce notamment au personnage haut en couleurs de Davy Crockett. Reprenant à partir des archives américaines toute l'histoire de cet épisode, l'auteur nous livre un récit riche et complexe, où la rivalité entre Bowie et Crockett joue un rôle essentiel et où l'on découvre la présence d'un Français, un ancien grognard qui fera partie des très rares survivants côté américain...

  • « Un bulletin de vote est plus fort qu'une balle de fusil ».

    1863, Gettysburg. C'est sur ces plaines de Pennsylvanie que le sang de plus de 50 000 Américains a coulé, permettant à l'armée nordiste de remporter une victoire capitale. Mais à quel prix ? Alors qu'il se rend sur place pour inaugurer le cimetière militaire et prononcer un discours qui fera figure d'Évangile de l'Union, Abraham Lincoln, seizième président de l'histoire des États-Unis, médite sur la fragilité de l'existence et retrace sa propre vie : de son enfance malheureuse dans les prairies du Middle West à la Maison-Blanche en passant ses grandes plaidoiries en tant qu'avocat itinérant et son engagement en politique. Par flashbacks, on suit ainsi le parcours d'un homme brillant, intègre et profondément humaniste.

    Découvrez la vie du plus grand président américain, tant par la taille que par le destin, réputé pour son honnêteté et son éloquence. Une plongée dans l'histoire turbulente et sanglante des États-Unis, dont certains sujets restent d'une tragique actualité.

empty