Gérard Morel

  • Viktor Vargeret est fils de cascadeur. Il admire son père qu'il accompagne parfois dans les studios de cinéma ou les lieux de tournage extérieurs. Mais sur le tournage de "Pleins Feux", son père est contraint de faire une cascade particulièrement périlleuse dans une voiture en flammes. Malheureusement le père disparaît. C'est un cadavre carbonisé qui est rendu à l'adolescent.
    Le garçon se retrouve alors orphelin et désespéré, car il va devoir aller vivre avec sa mère, séparée depuis longtemps de son père et qu'il connaît mal. Quelques mois plus tard, le film " Pleins Feux " sort en salles et rencontre un immense succès. Viktor est écoeuré de constater que Francis Favoreu, le réalisateur, vante les performances des acteurs principaux, sans parler une seule fois de l'accident lors du tournage, ni du sacrifice de son père. Très atteint moralement par l'indifférence, il décide alors de venger le défunt cascadeur.


  • dans la france rurale et propriétaire de 1905, il fallait beaucoup de qualités à un cambrioleur pour s'imposer comme héros récurrent, impuni.
    et néanmoins sympathique ! homme de défis et de paradoxes, d'ombre et de lumière, tour à tour voleur, enquêteur mais aussi justicier, parfois cocardier et de toute façon toujours sourcilleux sur son honneur, arsène lupin offre mieux encore que des qualités de coeur : il détient un charme aussi léger qu'irrésistible. et surtout, il permet à ses victimes comme à ses lecteurs d'échapper à l'ennui, en leur ouvrant les portes de l'aventure.


  • Nicolas s'ennuie au collège Robert-Mellin. Il ne comprend pas que l'on hiérarchise l'enseignement artistique, que l'étude des grands écrivains soit plus importante que celle des grands peintres ou des grands musiciens. Le garçon ne se sent aucune appétence pour une scolarité classique et n'aspire qu'à devenir peintre ou illustrateur. Nicolas a une relation très complice avec Monsieur Monneret, son professeur de dessin, qui le fait rêver en lui montrant les portraits de célébrités du show-business qu'il a réalisés au fusain. Mais excédé par l'absence de compréhension du professeur de mathématique, Nicolas quitte le collège et s'enfuit avec une autre collégienne, la jolie Margriet, fille d'un ambassadeur étranger, sur qui fantasment la plupart des adolescents du collège. Nicolas n'ose même pas croire à sa chance. Mais même si Margriet a de la sympathie pour Nicolas, elle l'abandonne assez vite dans son escapade. Le jeune homme poursuit donc seul sa route. Mais trois jours plus tard, il voit la jeune fille faire la une du journal : elle a été assassinée ! Nicolas devient alors le principal suspect.

  • Jean-Rémi Bessieux (1803-1876) est le fondateur de l'Église catholique au Gabon où il débarque le 28 septembre 1844. Son action est un événement historique pour toutes les Églises catholiques de la côte ouest de l'Afrique où Rome venait d'ériger, en 1842, le vaste vicariat apostolique dit alors «des Deux-Guinées».
    Né dans l'Hérault en 1803, mort au Gabon en 1876, Bessieux avait été nommé vicaire apostolique en 1849, avec résidence à Libreville. Héros incontestable, dans l'histoire de l'implantation du catholicisme en Afrique, dans ses rapports avec les peuples du Gabon, il se montre toujours attentif aux personnes, surtout aux plus démunies, respectueux et bienveillant pour tous.
    Il a beaucoup écrit, relatant sa vie quotidienne, parfois jusqu'à des détails infimes. Après un premier tome, paru en 2007, allant de sa jeunesse à sa consécration épiscopale en 1849, voici le deuxième tome de sa correspondance - présentée, annotée, commentée - montrant le vicaire apostolique à l'oeuvre durant les cinq premières années de son épiscopat de 1849 à 1854.
    Les écrits ici publiés - pour la plupart inédits -, sont pour l'historien une source abondante d'informations: sur la France de la première moitié du xixe siècle; sur le Père Libermann et sa société missionnaire dans laquelle est entré Bessieux; sur l'Église catholique dans ses débuts africains mais également dans les bureaux romains; et bien entendu sur l'Afrique de cette époque, notamment sur toute la côte de Dakar à Libreville.

  • Même s'il lui arrive de se travestir en jeune fille, le chevalier d'Éon n'hésite pas à revêtir son uniforme de capitaine des dragons pour participer à la guerre de Sept Ans qui oppose la France à l'Angleterre et à la Prusse. Mais bientôt, le roi Louis XV le rappelle pour lui confier une mission de confiance : se rendre à Londres et gagner l'amitié du roi d'Angleterre afin de négocier les conditions de la paix. Vouant au roi un amour ambigu, qui trouble fort Louis XV, Éon accepte cette mission et parvient à obtenir du souverain anglais un traité inespéré pour la France. Le roi Louis néglige cependant sa promesse de lui donner un titre officiel d'ambassadeur et nomme à ces fonctions le comte de Guerchy.
    Entre Éon et Guerchy, l'affrontement est immédiat. Leur rivalité amuse les Anglais, qui se réjouissent de voir deux Français se haïr aussi puissamment, jusqu'à ce qu'un meurtre soit commis. Éon est persuadé que Guerchy est l'assassin, mais il est lui-même soupçonné et se trouve contraint de mener l'enquête.
    Alors que les relations d'Éon et de Louis XV deviennent passionnelles, le chevalier n'en cède pas moins aux charmes mystérieux d'une certaine aventurière britannique...

  • Le jour de ses noces, Azalaïs apprend la vérité sur son futur époux. Loin d'être Corrado di Ferragosto, favori de la reine Jeanne, le napolitain Vittorio Farnèse n'est que son représentant ! Il est envoyé auprès d'Azalaïs pour contracter un mariage par procuration, chose commune au Moyen Âge. Mais Azalaïs aime le jeune homme, lui aussi éperdument amoureux d'elle. Sur les conseils avisés d'une Gitane, Marie des Atlantes, ils se rendent auprès de la reine, accompagnés des hommes du village. d'Azalaïs suppliera la souveraine d'annuler l'ordre royal la condamnant au malheur auprès du cruel et ténébreux duc di Ferragosto. La sensible et fragile reine, alors prisonnière des notables d'Aix-en-Provence et qui ne jouit plus de son autorité, réussira-t-elle à aider les jeunes gens ? C'est sans compter avec les pouvoirs de Ferragosto... et ceux plus méconnus du père d'Azalaïs.

  • Le chevalier d'Eon, espion de Louis XV, est envoyé en Russie auprès de la tsarine Elisabeth Ire avec ordre de la convaincre de s'allier à la France. Une mission qu'il réussit si brillamment qu'Elisabeth lui confie le plus intime de ses secrets. Cette marque de confiance incite le chevalier à l'aider à rechercher un personnage disparu, sans se douter que les secrets d'Etat sont très dangereux.

  • Tout est paradoxal dans la vie du chevalier d'Eon, le plus célèbre des agents secrets de l'Histoire.
    Fin lettré, il écrivait des ouvrages et correspondait avec les plus grands esprits de son époque. Il était aussi très habile à manier l'épée, au point de se voir accorder le titre de capitaine des dragons. Mais, plus que tout, c'est sa double apparence qui le rend étrange et insaisissable. Habillé en femme, il séduisit les plus grands hommes de son temps, pour accomplir les missions que lui confiait Louis XV et fréquenter rois et impératrices dont il devenait le confident.
    Le chevalier d'Eon est ici envoyé en Russie par son roi, avec ordre de convaincre la tsarine Elisabeth Ire de s'allier à la France. Il réussit brillamment sa mission, au point qu'Elisabeth, lui vouant une confiance absolue, lui révèle le plus intime de ses secrets et le charge à son tour d'une mystérieuse enquête.

  • Charlotte Coudeville se sent mise à l'écart au collège Robert Mellin. Elle est la fille du proviseur, ce qui la rend suspecte aux yeux des autres élèves. De plus, depuis qu'elle est bébé, sa mère lui fait tourner des publicités, où on la voit faire des caprices ou des bêtises, à la gloire de la blédine, des yaourts à la fraise et même des voitures. Charlotte se sent donc rejetée et moquée. Aussi, lorsqu'elle apprend que Frédéric Fougeray, ancien scénariste de pubs, va réaliser un premier film, elle décide d'aller le voir pour obtenir un rôle. Elle souhaite montrer à tous qu'elle n'est pas qu'une fillette capricieuse, mais une vraie graine d'actrice. Frédéric Fougeray la reçoit chez lui et lui fait quelques confidences. Mais le lendemain, Charlotte apprend que Frédéric Fougeray s'est défenestré, et que personne ne peut expliquer son geste.

  • « Il n'y a pas de hasard ou il n'y a que des hasards », comme disait Rimbaud, et c'est dans un vide-greniers à Saint-Lunaire que François Morel a trouvé un vieil exemplaire défraîchi de La Cancalaise. Dans cette revue, endommagée par le temps, étaient reproduites une douzaine de chansons d'un poète et marin breton, Yves-Marie Le Guilvinec. Intrigué par l'originalité, la singularité de ce qu'il lisait, François Morel, avec l'aide de Gérard Mordillat, a voulu enquêter sur l'auteur oublié de ces textes et établir sa biographie.

    Yves-Marie Le Guilvinec, né en 1870 à Trigavou, pêcheur sur les grands bancs de Terre-Neuve, cadet d'une famille nombreuse, est mort en mer en 1900. Il vécut sans autre horizon que la pêche à la morue et disparut au moment où la gloire lui tendait les bras.

    La biographie d'Yves-Marie Le Guilvinec complétée par l'intégrale du texte de ses chansons est accompagnée de plusieurs lettres émouvantes à sa mère et d'une étude sur sa mort que nous devons à l'amabilité du Dr Patrick Pelloux, ainsi que de portraits par Ernest Pignon-Ernest.

  • Entre les tenants du slogan de Mai 68 « il est interdit d'interdire » et ceux qui insistent sur la nécessité des limites, toutes les positions aujourd'hui sont possibles. Cette diversité constitue l'une des sources de malentendus les plus fréquentes entre les cultures, les familles, les personnes. La psychanalyse retrouve le même dilemme au coeur du fonctionnement psychique de chaque sujet où la tendance au laxisme total et l'attitude coercitive coexistent depuis les origines, entretenant des conflits permanents.Sans interdits et sans limites, aucune vie psychique n'est possible, aucune vie sociale non plus. Et la vraie question est de les clarifier, puis de les gérer, de telle sorte qu'ils ouvrent l'espace à l'expression et à l'échange, en chacun et entre les sujets, au lieu de le fermer. Une tâche indispensable, qui s'impose à chaque âge de la vie.Ce livre est le fruit d'une réflexion actuelle, en situation, qui n'apporte pas de recettes toutes faites, mais ouvre des voies accessibles et vivantes pour envisager les interdits et les limites et les gérer en connaissance de cause dans la vie de tous les jours.

  • Les goûts d'Olga

    Morel Gerard / Bertr

    • Rouergue
    • 7 Novembre 2007

    gérard morel est un prestidigitateur, un jongleur de mots capable de nous entraîner instantanément dans sa fantaisie et sa virtuosité. il fait sortir des lapins de ses chansons comme un magicien de son chapeau. on croit qu'il parle d'une chose, et il en montre une autre, qui était cachée dans la première. son tour de chant est un festin de poésie, d'amitié et de bonne humeur. frédérique bertrand laisse apparaître, derrière les coups de pinceau, le quadrillage d'un papier fané, de petits mots grattés dans la matière de la peinture et le trait très fin d'un crayon qui s'échappe de la page. avec une sensibilité un rien fantasque, ses illustrations prennent le revers des mots.


  • au quinzième siècle, à venise, les fêtes organisées par le duc tancrède di santa croce déversent des flots de lumière sur la lagune.
    pourtant, les trésors amassés dans son palais reflètent d'étranges haines. la fille unique du duc tancrède, la belle et tempétueuse maria-etna, porte en elle de sourdes rancoeurs, dont elle espère se venger en séduisant fausto focardi, jeune aristocrate cupide et dépravé. imperturbable, le duc tancrède offre sa fille en mariage à un baron normand, armand de contrecoeur. mais ni maria-etna ni fausto n'acceptent de se soumettre à cette décision.
    c'est donc ensemble qu'ils partent pour la normandie, oú ils élaborent une machination diabolique, dont la victime sera elvina, la servante apparemment fragile. celle-ci révélera pourtant sa véritable personnalité dans l'épreuve. car il lui faudra faire face à l'imprévu, à la menace et au chantage. mais à ce prix, elle entreverra un bonheur inespéré, et découvrira que le destin des santa croce avait été scellé, vingt ans plus tôt, par un double crime qu'aucun vénitien n'avait soupçonné.


  • Cette deuxième édition, à jour des dernières réformes opérées au plan français et européen - notamment la loi du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires - et des évolutions jurisprudentielles, donne une connaissance exhaustive et synthétique du droit bancaire tel qu'il est enseigné dans le cadre des études juridiques.

    Les auteurs ont pour objectif d'être à la fois complets et pédagogiques afin de permettre au lecteur d'aborder facilement la matière, d'en comprendre les principes et mécanismes fondamentaux, mais également d'en saisir la complexité.

    Composé de 15 chapitres, l'ouvrage présente les organes de contrôle et de régulation, le statut et le fonctionnement des établissements de crédit, les règles d'accès au marché bancaire ainsi que les devoirs professionnels du banquier. Mais le droit bancaire n'est pas seulement le droit applicable aux banquiers, il est aussi un corpus juridique régissant les opérations réalisées par les banquiers. C'est pourquoi ce livre aborde des questions aussi diversifiées que celles du cadre du crédit bancaire, les opérations de crédit (internes et internationales), les garanties des crédits, les comptes bancaires, les opérations de paiement, les opérations interbancaires, les services annexes (change, coffre-fort, assurance, etc.) ainsi que la distribution des produits bancaires en dehors des agences (Internet, démarchage, etc.).

    Conçu dans l'optique d'aider les étudiants à la préparation des concours et des examens, ce manuel s'adresse aussi bien à un public universitaire, soucieux de s'initier au droit bancaire, qu'aux praticiens du secteur bancaire, souhaitant appréhender d'un seul coup d'oeil les normes gouvernant leur activité professionnelle.

  • Maurice leblanc a commencé sa carrière d'écrivain en publiant des romans ambitieux, où les critiques retrouvaient le souffle de maupassant.
    Imaginant pour un magazine la nouvelle intitulée l'arrestation d'arsène lupin, il ne se doutait pas qu'il donnait la vie à un personnage flamboyant, qui allait plonger dans l'ombre le reste de son oeuvre avant de voler... de ses propres ailes ! devenu l'otage du gentleman-cambrioleur, maurice leblanc a subi ce triomphe avec amertume. c'est à etretat, dans la maison de l'écrivain, qu'on parvient à dénouer le fil des relations ambiguës qu'entretenaient l'auteur et son personnage, entre méfiance et admiration.
    C'est aussi dans cette maison que les deux hommes semblent s'être réconciliés. a moins qu'arsène lupin n'ait pas encore dit son dernier mot.

empty