Gilles Veinstein

  • Cet ouvrage de Gilles Veinstein, issu de son enseignement au Collège de France (cours 2009 et 2010), nous transporte au coeur du fonctionnement de l'Empire ottoman des XIVe-XVIIe siècles, en l'appréhendant par l'institution politique qui le distingue notamment des États européens contemporains : les esclaves du sultan ou, pour rester plus proche de la formulation ottomane, les « esclaves de la Porte (kapi kullari) ».
    Comme l'indique l'expression, il s'agit bien d'esclaves, partageant avec l'ensemble de la population servile de l'Empire ottoman les traits inhérents à cette condition de privation.
    Cependant, par le rang qu'il occupe dans l'État et dans la société, ce « personnel » du sultan présente des différences importantes par rapport à un certain nombre de clichés sur ce qu'est un esclave. Ces esclaves de la Porte (acemi oglan, janissaires, etc.) témoignent d'un phénomène beaucoup plus ancien qui n'est pas propre à l'Islam mais qui, à partir de l'Empire abbasside au IXe siècle de notre ère, a connu dans plusieurs régimes musulmans successifs un développement et une place d'une grande importance : l'esclavage gouvernemental ou étatique. En un sens, dans ce domaine comme dans bien d'autres, l'Empire ottoman ne fait que s'inscrire dans la suite des États musulmans antérieurs. En même temps cependant, ici comme ailleurs, il renouvelle sur plusieurs points l'institution ancienne, à commencer par certaines modalités de recrutement de ces esclaves de la Porte (le devsirme, le ramassage tant décrié des jeunes garçons, sujets du sultan).

  • Consacré à l'économie, la société et les mentalités dans l'Empire ottoman du xvi e au xviii e siècle, cet ouvrage montre un empire qui a profondément marqué les territoires qu'il a dominés pendant plusieurs siècles, de l'Algérie à la Crimée, du Danube à la mer Rouge. Les travaux de Gilles Veinstein constituent une remarquable introduction à ce monde encore méconnu dont la construction politique et sociale eut avec l'Europe une longue histoire commune.

    Publiés entre 1978 et 2009, les treize textes rassemblés dans ce recueil sont le pro- duit de la réflexion d'un historien qui a étudié l'Empire ottoman de l'âge classique aux questionnements contemporains. À partir d'interrogations précises et de cas concrets, cet ouvrage nous permet de mieux comprendre sur quoi se fonde l'histoire des Ottomans, comment leur État, leur économie et leur société ont évolué, quels étaient les rapports de pouvoir et les relations entre communautés ; en somme, comment définir le fait ottoman et ses spécificités. Aux mythes qui obscurcissent souvent notre vision, Gilles Veinstein oppose des connaissances bien établies et des conclusions fondées sur une fréquentation intime de la réalité ottomane.

  • Dictionnaire historique, politique, institutionnel, économique, culturel et des mentalités de l'Empire ottoman entre le XVe et le XXe siècle, à jour des dernières découvertes des historiens.

empty