Arlea

  • Les quatre traités réunis ici - Avoir beaucoup d'amis ?, Ne pas confondre le flatteur et l'ami, Tirer profit de ses ennemis, Écouter - ont pour thème la relation à l'autre et la bonne façon de communiquer avec lui.

  • Plutarque se pose ici en défenseur de la cause des bêtes. Reconnaître " l'intelligence des animaux ", le respect auquel ils ont droit, participe d'une réconciliation de l'homme avec le monde.

  • Traduit et présenté par Claude Terreaux, à qui l'on doit, chez Arléa, des traductions d'Ésope, de Sénèque, de Plutarque et de Cicéron, et surtout la très ludique grammaire latine Vous reprendrez bien un peu de latin, qui fut un vrai succès de librairie (14 400 exemplaires), le Mulierum virtute (" la vertu des femmes ") - que nous publions sous le titre De l'excellence des femmes - n'est pas un traité de morale.
    En fait, Plutarque entend prouver ici que " l'excellence de l'homme et de la femme sont une seule et même chose ". Il rassemble à cet effet une collection de récits dont les femmes sont les héroïnes, laissant au lecteur le soin de faire la comparaison avec les personnages masculins de son choix.
    Plutarque montre que certaines femmes, refusant de subir un sort qui ne leur convient pas, prennent en main leur destin et, parfois, parviennent à changer le cours de l'Histoire. Dans la plupart de ces textes, on est frappé par leur liberté à la fois de parole et d'action. Peut-être Plutarque embellit-il la réalité, en tout cas, il présente ces récits comme authentiques - et d'ailleurs beaucoup sont historiquement datables.
    Si les femmes - autant à Rome qu'à Athènes - étaient soumises à toutes sortes de règles et de contraintes, cela ne faisait pas d'elles des esclaves, ni des êtres de catégorie inférieure. C'est à l'évidence ce dont Plutarque témoigne à travers ces historiettes.

  • Dans les cinq traités réunis ici - Le Vice et la vertu, La Fausse Honte, L'Envie et la haine, Chanter ses propres louanges sans donner prise à l'envie, Comment on peut s'apercevoir que l'on avance vers la vertu -, Plutarque nous montre la nécessité de faire parfois son propre éloge.

  • Erotikos

    Plutarque

    Avec humour, Plutarque tente de démêler les rapports entre amour et plaisir, les mérites et les inconvénients de l'homosexualité, et nous livre ses idées sur la difficile pérennité du mariage.

  • Les Propos de table de Plutarque, série de questions et réponses sur ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire au cours des banquets, sont en réalité un aperçu très documenté sur l'auteur, son milieu et les moeurs de son temps. C'est probablement le plus savoureux des traités du philosophe, et certainement le plus drôle.

    Bien que la plupart des réponses que les convives apportent aux questions soient peu convaincantes, souvent erronées ou franchement abracadabrantes, on est séduit par le ton à la fois amical et bienveillant de ces conversations, qui nous insèrent au milieu de convives cultivés, sympathiques, tolérants et souvent facétieux. Ce qui nous importe, ici, ce ne sont pas la teneur ni la pertinence des propos, mais, bien sûr, la peinture de moeurs, qui est une source sans pareille sur la vie quotidienne dans l'Antiquité.

    On trouvera ci-dessous quelques-unes des questions que Plutarque a retenues dans ses Propos :

    Peut-on parler philosophie en buvant ?
    Pourquoi dit-on que l'amour rend poète ?
    Alexandre le Grand était-il grand buveur ?
    Pourquoi les vieillards aiment-ils boire du vin pur ?
    Pourquoi a-t-on plus d'appétit en automne ?
    De la poule ou de l'oeuf, lequel est apparu le premier ?
    À propos du rémora...

  • Quatre traités de plutarque sont réunis dam ce livre : avoir beaucoup d'amis ?, ne pas confondre le flatteur et l'ami, tirer profit de ses ennemis, ecouter.
    Le premier définit l'amitié comme " la conjonction de la bienveillance, du charme et de la vertu ". le traité suivant nous apprend à démasquer les faux amis. le troisième explique comment nous devons réagir face à ceux qui nous détestent. enfin dans ecouter, plutarque donne à un jeune étudiant des conseils sur la meilleure façon d'apprendre. l'ami selon plutarque est celui qui, tout en nous voulant du bien, ose dire ce qui est bon ou mauvais pour nous, et sur lequel on peut compter.
    Est-ce de cette amitié-là que montaigne, quelques siècles plus tard, dira qu'elle est " la chose la plus une et unie, et de quoi une seule est encore la plus rare à trouver au monde " ?.

  • Nombre de commentateurs considèrent La Conscience tranquille comme un des traités majeurs de Plutarque.
    La capacité de jouir des bonheurs présents, l'art du bonheur apaisé, la maîtrise des passions funestes n'impliquent pas, ici, l'austère rigueur du stoïcisme. Plutarque est habité par l'amour de la vie et par cette humeur joyeuse qui expliquent, sans doute, l'extraordinaire postérité dont il bénéficia jusqu'à nos jours.
    La Conscience tranquille est proposée ici dans une traduction nouvelle, de même que Le Bavardage, traité impertinent et moqueur qui lui fait suite.


    " Plutarque traite son sujet avec une rigueur et une sagesse remarquables. Ses idées n'ont pas la plus légère couleur de secte ou de localité : elles appartiennent à tous les temps et à tous les hommes. ".

empty