Livres en VO

  • Si Antoine (83-30) a su se faire aimer de Cléopâtre, de ses pairs il fut détesté. Cicéron par exemple n'a pas de mot assez vil contre lui, comme l'atteste les virulentes Philippiques tout entières consacrées à la critique du tribun de la plèbe, l'accusant d'avoir conduit à la guerre civile et faisant de lui un ennemi public, avant de finir assassiné par cet ennemi. Si Plutarque a des jugements plus modérés, c'est un contre-modèle qu'il entend présenter, rappelant que : « Nous pensons qu'il n'est peut-être pas plus mauvais d'introduire parmi les modèles exemplaires que présentent nos Vies une ou deux paires de ces hommes qui se sont conduits de façon trop inconsidérée et dont les vices ont été rendus éclatants par la grandeur du pouvoir qu'ils ont exercé et des affaires qu'ils ont dirigées ». Ambigu face à Jules César, ennemi déclaré d'Auguste, il est à l'origine de la fameuse bataille navale d'Actium qui se solde par un échec retentissant de sa flotte. Il abandonne ses soldats pour rejoindre Cléopâtre à côté de laquelle il se donnera la mort.
    Personnage d'exception dans une période exceptionnelle, Marc Antoine sous la plume de Plutarque n'en est pas moins humain et touchant.

  • Premier dialogue probablement où Plutarque se donne le rôle central, les Délais ont été à la fois classés parmi les Ethica par les Anciens et considérés comme un des chefs-d'oeuvre de la pensée religieuse antique par les Modernes : signe de la richesse d'un texte où le Platonicien et prêtre de Delphes actualise la méditation sur la justice de la République en l'inscrivant dans le cadre hellénistique de la Providence divine. S'appuyant sur la réfutation des thèses épicuriennes, il y développe une réflexion beaucoup plus large où collaborent et s'ajointent étroitement raison et " foi ", logos et mythos, arguments vraisemblables et images saisissantes, circonspection académicienne et confiance en la divinité transcendante qu'incarnent ici Apollon et sa pure lumière, invisible jusque dans le mythe. Même s'il tourne sa pensée vers cet au-delà métaphysique, essentiel, le philosophe n'en oublie pas pour autant le devoir de penser et de vivre ici-bas.

  • Le dialogue L'Intelligence des animaux est encore généralement cité sous le titre latin De sollertia animalium, le titre grec étant Des animaux terrestres ou des animaux aquatiques lesquels sont les plus intelligents. Plutarque y présente successivement un dialogue entre deux maîtres sur le problème général de l'intelligence des animaux, puis une joute oratoire entre deux équipes d'étudiants représentées chacune par un porte-parole, l'un étant chargé de démontrer que les animaux terrestres (et aériens) sont les plus intelligents, l'autre que ce sont les animaux aquatiques, l'ensemble, y compris le dialogue philosophique d'ouverture, devant prouver que les animaux possèdent la raison, et cela en opposition frontale avec la doctrine stoïcienne sur la question.

    La présente édition comporte une notice étudiant successivement - le genre de l'ouvrage entre philosophie, rhétorique et exposé scientifique la plupart du temps détourné en catalogues de mirabilia ;

    - l'identité des personnages du dialogue et le cadre institutionnel dans lequel Plutarque les met en scène ;

    - la date, réelle et supposée, du dialogue ;

    - le discours sur la chasse auquel le dialogue fait allusion ;

    - la doctrine de Plutarque sur l'intelligence des animaux ; cette étude tend à montrer que Plutarque, en dehors de l'exercice rhétorico-philosophique auquel il se livre dans le dialogue, était convaincu de ce que la possession de la raison est propre à l'homme, et que le noyau dur de sa pensée concernant le règne animal était l'admiration et la sympathie pour les bêtes ;

    - les sources d'information de Plutarque en matière de zoologie et d'éthologie ; cette partie rassemble un certain nombre d'éclaircissements relatifs à certains passages du texte et nécessitant des explications trop longues pour figurer dans les notes.

    - ne description de l'état de la tradition manuscrite.

    Le texte est établi sur la base d'une égale attention portée aux trois principales familles de manuscrits (parmi lesquelles la surabondante famille née de l'édition de Planude est loin de fournir constamment les meilleures leçons). Ce choix ne diffère pas de celui de l'éditeur précédent, C. Hubert dans la collection Teubneriana (1954). Les différences de la présente édition par rapport à la Teubneriana sont occasionnelles. L'apparat critique en revanche est plus développé et plus explicite (positif et non plus négatif).

    Les notes sont appelées dans la traduction. Une partie d'entre elles peuvent figurer en bas de page sous la traduction, mais beaucoup doivent être reportées dans une collection de «Notes complémentaires». Une partie du travail d'annotation est consacré à l'identification, quand elle est possible, des espèces animales évoquées, qui tient compte des progrès récents accomplis en matière d'archéozoologie.

    L'édition comporte enfin un index des noms d'animaux.

    Jean Bouffartigue est professeur émérite de langue et littérature grecques à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Il est connu pour ses travaux sur l'empereur Julien, avec notamment L'Empereur Julien et la Culture de son temps (Paris, Études Augustiniennes, 1992) ; sur le philosophe Porphyre, avec notamment l'édition de Porphyre, De l'Abstinence, t. I et II (CUF, 1977 et 1979, en collaboration avec m. Patillon) et « Porphyre et Julien contre les chrétiens. Intentions, motifs et méthodes de leurs écrits », dans S. Morlet, éd., Le Traité de Porphyre contre les chrétiens. Un siècle de recherches, nouvelles questions (Paris, 2011, p. 408-426) ; sur le thème de l'animal dans l'Antiquité, avec notamment « La prévision du temps par l'observation des animaux. Étude des sources grecques », dans C. Cusset, éd., La Météorologie dans l'Antiquité, entre science et croyance (Saint-Étienne 2003, p. 397-413).

  • Anglais Rome in crisis

    Plutarque

    Bringing together nine biographies from Plutarch's Parallel Lives series, this edition examines the lives of major figures in Roman history, from Lucullus (118-57 BC), an aristocratic politician and conqueror of Eastern kingdoms, to Otho (32-69 AD), a reckless young noble who consorted with the tyrannical, debauched emperor Nero before briefly becoming a dignified and gracious emperor himself.


    Ian Scott-Kilvert's and Christopher Pelling's translations are accompanied by a new introduction, and also includes a separate introduction for each biography, comparative essays of the major figures, suggested further reading, notes and maps.

  • Il y a près de 2000 ans, un lettré anonyme de l'époque impériale a écrit en grec un petit texte inclassable, qui mêle fiction mythologique, paradoxographie, étiologie et géographie, et qui depuis la Renaissance a été transmis dans le corpus des anciens mythographes sous le nom de Plutarque. En vingt-cinq notices, il dessine une cartographie fabuleuse du monde antique en articulant les noms des fleuves et des montagnes à des traditions mythiques connues et inconnues, et donne aussi accès à un autre monde, celui des pierres magiques et des plantes aux propriétés étonnantes.
    Cette oeuvre rare est un objet de collection. Parvenue jusqu'à nous avec ses bizarreries et ses fêlures, elle porte la trace d'un travail de construction du sens à la fois très personnel et très représentatif des savoirs lettrés de l'époque gréco-romaine. L'interprétation que nous en proposons laisse entrevoir des mécanismes, un type de réflexion et d'écriture caractéristiques de la pratique mythographique des anciens, fondée sur des étymologies inventives et des rapprochements audacieux.

    Traduite pour la première fois en français depuis 1620, cette oeuvre est le deuxième volume de la collection « Mythographes » qui offre, en édition bilingue, les principaux textes mythographiques grecs et latins de l'Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance.

empty