Sébastien Spitzer

  • Le coeur battant du monde Nouv.

    Dans les années 1860, Londres, le coeur de l'empire le plus puissant du monde, se gave en avalant les faibles. Ses rues sentent la misère, l'insurrection et l'opium. Dans les faubourgs de la ville, un bâtard est recueilli par Charlotte, une Irlandaise qui a fui la famine. Par amour pour lui, elle va voler, mentir, se prostituer sans jamais révéler le mystère de sa naissance. L'enfant illégitime est le fils caché d'un homme célèbre que poursuivent toutes les polices d'Europe. Il s'appelle Freddy et son père est Karl Marx. Alors que Marx se contente de théoriser la Révolution dans les livres, Freddy prend les armes avec les opprimés d'Irlande.

    1 autre édition :

  • La fièvre

    Sébastien Spitzer

    Memphis, juillet 1878. En pleine rue, pris d'un mal fulgurant, un homme s'écroule et meurt. Il est la première victime d'une étrange maladie, qui va faire des milliers de morts en quelques jours.

    Anne Cook tient la maison close la plus luxueuse de la ville et l'homme qui vient de mourir sortait de son établissement. Keathing dirige le journal local. Raciste, proche du Ku Klux Klan, il découvre la fièvre qui sème la terreur et le chaos dans Memphis. Raphael T. Brown est un ancien esclave, qui se bat depuis des années pour que ses habitants reconnaissent son statut d'homme libre. Quand les premiers pillards débarquent, c'est lui qui, le premier, va prendre les armes et défendre cette ville qui ne voulait pas de lui.

    Trois personnages exceptionnels. Trois destins révélés par une même tragédie.

    Dans ce roman inspiré d'une histoire vraie, Sébastien Spitzer, prix Stanislas pour Ces rêves qu'on piétine, sonde l'âme humaine aux prises avec des circonstances extraordinaires. Par delà le bien et le mal, il interroge les fondements de la morale et du racisme, dévoilant de surprenants héros autant que d'insoupçonnables lâches.

  • À Berlin assiégé, la femme la plus puissante du IIIe Reich se terre avec ses six enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l'Allemagne nazie. L'ambitieuse s'est hissée jusqu'aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu'elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s'enfonce dans l'abîme, avec ses secrets.Au même moment, parmi les colonnes des survivants de l'enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est la dépositaire d'une tragique mémoire : dans un rouleau, elle tient cachées les lettres d'un père. Richard Friedländer, raflé parmi les premiers juifs, fut condamné par la folie d'un homme et le silence d'une femme : sa fille. Elle aurait pu le sauver. Elle s'appelle Magda Goebbels.C'est passionnant et c'est glaçant. Sabine Delanglade, Les Échos.La vérité des personnages nous saisit, avec grâce et puissance. On tourne les pages, tendu par un véritable suspense et on sort du livre le souffle court. Leïla Slimani, Le Monde des livres.

    2 Autres éditions :

  • Sauver ou périr

    Sébastien Spitzer

    Le 15 avril 2019, le temps s'est suspendu : Notre-Dame de Paris, en flammes, pouvait disparaître. Il a fallu la détermination et le courage des sapeurs-pompiers de Paris pour éviter le pire. Après une première partie historique, ce livre à l'iconographie spectaculaire dévoile la face cachée de la cathédrale, de la charpente à la flèche, et permet de suivre, en images, son sauvetage.
    Avec la même approche, s'appuyant sur les photographies et les témoignages inédits de la Brigade, l'auteur revient ensuite sur les attentats de 2015, l'explosion de la rue de Trévise et l'incendie de la rue Erlanger, trois autres événements dramatiques qui montrent que ce modèle interdépartemental, unique en France, fait en permanence face aux risques et à la menace terroriste.
    Inclus : des témoignages de première main, des photographies inédites fournies par la Brigade ou issues d'archives rares (pour la face cachée de Notre-Dame), des encadrés sur les innovations techniques et des vidéos réalisées par la Brigade et les dronistes de la Préfecture de Police (accessibles en flashant la page de sommaire du livre avec l'application gratuite AlbinMichelBeauxLivres+).

  • 15 avril 2019, 19 heures 50. Sidération et impuissance : le monde entier a les yeux braqués sur la cathédrale Notre-Dame de Paris livrée au feu. Les images tournent en boucle sur les réseaux sociaux. Va-t-elle disparaître ? Le compte à rebours a commencé : il faut sauver la cathédrale.Ce livre raconte les coulisses d'une soirée historique.Myriam est caporal-chef. Elle est la première à monter à l'assaut des flammes. Coincée sur la coursive, elle a failli mourir.Le père Fournier est l'aumônier des pompiers. Il est aussi chevalier du Saint-Sepulcre. Il va prendre tous les risques pour sauver l'objet le plus précieux de toute l'histoire du Christianisme : la couronne d'épines de Jésus Christ, à l'abri d'un coffre-fort dont personne n'avait le code.Le président Macron s'apprêtait à enregistrer le discours le plus important de sa présidence. Le bilan de mois de manifestations et de consultation nationale. Au tout dernier moment, il devra renoncer.Des premières flammes au déploiement d'une brigade de 400 pompiers, du coeur du brasier au Palais de l'Elysée, c'est au plus près du drame que Sébastien Spitzer nous plonge, heure par heure, minute par minute, dans un récit haletant. Quand l'histoire est plus forte que la fiction.

  • on le surnomme l'amiral, le cow-boy, ou encore le shérif.
    il porte toujours sur lui un 357 magnum, se déplace sous protection, dans une voiture blindée. son nom : jean-louis bruguière. il a été juge d'instruction. pendant vingt-cinq ans, il a traqué les terroristes de tous bords, des corses, des bretons, des islamistes plus ou moins liés à ben laden. une lutte sans pitié, au nom du peuple français et de la raison d'etat. comment un juge peut-il rester indépendant quand il se voit confier les affaires les plus sensibles de la république ? l'histoire du juge jean-louis bruguière commence sous les jupes de madame claude, la célèbre maquerelle, dont il démantèle le réseau.
    il désamorce alors un scandale qui risquait de gêner le président de la république, valéry giscard d'estaing. tout ça pour quelques photos compromettantes.. . un quart de siècle plus tard, il franchit le rubicond. il se lance en politique sous la bannière de l'ump. pour bruguière, c'est donc l'heure des bilans, celui des victimes collatérales de sa lutte contre le terrorisme. et il y en a beaucoup !

  • En novembre 1986, l'administration américaine fait face au pire scandale de son histoire. Pour obtenir la libération de ses otages, elle accepte de livrer des armes à la République islamique d'Iran. C'est le scandale de l'Irangate. Vingt ans plus tard, en 2006, l'administration américaine cède une nouvelle fois à la
    République islamique d'Iran, devenue le premier sponsor du terrorisme islamiste, le cauchemar de l'Amérique. Après des mois de crise diplomatique,
    Téhéran obtient le droit de poursuivre son programme nucléaire...
    1986... 2006: Au pouvoir, les mêmes réseaux et surtout les mêmes enjeux pétroliers. En 1986, le viceprésident Bush est considéré comme le véritable
    homme fort du régime Reagan. Il place ses hommes et apaise les inquiétudes des milieux pétroliers qui craignent une nouvelle crise comme celle de 1979
    (année de la prise de pouvoir de Khomeiny). À l'époque, il s'agit d'éviter de déstabiliser les pays du golfe arabo-persique par lequel transite l'essentiel du
    pétrole nécessaire à l'économie américaine. En 2006, les Bush sont de retour, vingt ans après. Cheney et Rumsfled aussi. La crise du nucléaire iranien fait flamber les prix du pétrole. Le marché est saturé. L'Irak ne produit pas autant que prévu. Les monarchies du Golfe sont de plus en plus proches de Téhéran, nouvelle puissance régionale. Et enfin, l'Iran sous embargo a du pétrole à revendre. Les chinois le savent bien. Avec plus de deux millions de barils produits par jour et les deuxième réserves estimées après l'Arabie Saoudite, l'Iran devient un partenaire tentant...
    Cette enquête revient sur le rôle des Bush père et fils sur les choix de l'administration américaine depuis l'avènement de la République islamique d'Iran. Au lendemain du 11 septembre, l'Iran était la cible toute désignée de la guerre américaine contre le terrorisme. Et pourtant, les Mollahs ne seront jamais menacés. Mieux, l'Amérique de Bush fils va les débarrasser de
    ses deux principaux adversaires, les talibans sunnites d'Afghanistan et le régime arabe laïc de Saddam Hussein en Irak.
    Demain comme hier...

empty