Stéphane Jougla

  • Gabrielle a deux passions : la lecture et son jardin. Lorsqu'elle meurt accidentellement, le monde de son compagnon s'effondre. Pour maintenir vivant le souvenir de la femme qu'il a passionnément aimée, Martin, qui n'ouvrait jamais un livre et pour qui le jardin était terra incognita, se met à dévorer des romans et à bichonner les fleurs. C'est ainsi qu'il découvre un secret que, par amour, Gabrielle lui avait caché et qui lui permettra de surmonter son deuil d'une manière inattendue.

    «Les anémones n'ont aucun parfum, mon amour, ou alors si léger que seul un vrai jardinier pourrait le percevoir. Mais tu n'es pas un vrai jardinier.»

  • L'idee

    Stéphane Jougla

    Je suis allé me coucher complètement accablé.
    Fatigué comme jamais. L'idée m'attendait. Elle s'était glissée dans mon lit, bouillante comme un bébé, elle en avait profité pendant que je dessinais, ou bien pendant que je mangeais en face de papa, qui disait rien, mais qui en pensait pas moins. Et moi, à quoi je pensais? Pourquoi maman est partie? Qu'est-ce qu'on a fait? Quand est-ce qu'elle va revenir? En tout cas, je l'ai nettement sentie quand je me suis glissé dans mon lit.
    Elle était avec moi. C'était mon idée. Elle m'attendait. Elle s'est faufilée comme une bête, un animal contre ma jambe. Je me suis mis à trembler dans le noir, alors que j'ai jamais peur du noir. Avec maman, on riait de la peur du noir. Mais plus maintenant. Non. Vraiment, là, c'était plus possible. C'était ça l'idée: que je le mérite ou pas, c'était fatal, papa allait me tuer.

  • Marie pénètre un jour dans l'appartement d'une femme dont l'absence prolongée lui permet de prendre la place : elle emprunte son parfum, ses vêtements, ses souvenirs, et bientôt ses amis, son mari, sa vie entière. Un à un, tous les obstacles à son imposture s'effacent avec une troublante facilité.
    Mais qui est absente, qui est présente ?
    Et s'agit-il vraiment d'une imposture ?
    Dans sa folie d'être une autre, Marie ira jusqu'au bout.

  • Le petit philosophe

    Stéphane Jougla

    • Seuil
    • 12 Mars 2009

    Un texte bref et fort sur une initiation sentimentale.
    Louis et « ses mille frères » vivent avec leur mère, sans père, jusqu'à l'apparition de Denis, un étudiant qui va partager leur vie. Louis, surnommé « le petit philosophe » par sa mère est d'abord jaloux de l'intrus, puis intrigué et en effet fasciné par Denis qui noue avec lui des liens privilégiés. Une attirance naît entre eux. Elle n'est pas ouvertement sexuelle, mais elle est trouble : Louis épie son jeune « beau-père », imite ses lectures, ses gestes, cherche à établir une intimité, respire ses sous-vêtements, le regarde dormir. Le jeune homme d'abord défiant cède progressivement à cette fascination réciproque, puis disparaît de la vie de la mère. L'enfant espère maintenir le lien. Mais, même si Denis accepte de revoir Louis, on ne sait pas quelle forme aura leur rapport, dont la mère a perçu le danger, sans le condamner.

  • D'importants changements ont marqué la géographie des villes françaises depuis les années cinquante. Dans le même temps, l'état de santé de la population et la distribution des inégalités sanitaires se sont profondément transformés.
    L'objectif de cette étude est de constituer un état des lieux de ces dynamiques et de leurs interrelations sur la longue durée (1970-2000).
    Les territoires suivants, fortement contrastés font l'objet des études plus spécifiques : le Bassin parisien, le pourtour méditerranéen, le grand Nord-Est et le bassin rennais.
    En repérant les changements sanitaires urbains en cours, et en soulignant les tendances à l'oeuvre, cette approche permet d'éclairer le choix des décideurs.
    Cette étude s'adresse plus particulièrement à des chercheurs et des experts en géographie, en aménagement du territoire ou en santé publique ainsi qu'aux décideurs et acteurs publics, soucieux de bénéficier d'un éclairage nouveau sur les modes de constructions socio-territoriales de la société française.

  • Une breve absence

    Jougla Stephane

    Comment, mieux qu'en explorant une autre vie que la sienne savoir, qui l'on estoe A condition de ne pas se perdre... Pour Marie, les facettes d'une personnalité qui sont autant de miroirs trompeurs la conduisent aux confins de la folie.

empty