Victor Hussenot

  • Au parc, des enfants s'amusent et se posent la question de leur avenir. Quel métier aimeraient-ils faire plus tard ? Dévalant le toboggan, un jeune garçon passe de page en page, et chaque fois s'imagine faisant un métier nouveau : alpiniste, pompier, mannequin, aventurier, coureur cycliste...
    Un album humoristique, très BD, qui dégage une belle énergie. Cette fois, Victor Hussenot a troqué le stylo bille qui a fait le succès de « Au pays des lignes » et des « Amoureux », pour la tablette graphique et toute une palette de couleurs franches. Un album qui s'ouvre à la verticale et qui se lit comme on descend un toboggan, de haut en bas et à toute vitesse !

  • Un album sans texte qui célèbre l'Amour avec un grand A. En rouge et bleu, au stylo bille, comme les précédents ouvrages de Victor Hussenot, cet album raconte l'histoire de deux amoureux, une fille en rouge et un garçon en bleu, qui inventent leur quotidien, leur vie à deux, dessinent leurs envies, leurs jeux, leur univers et se soutiennent l'un l'autre. Bien sûr il y a des fâcheries, des colères, mais l'amour est toujours le plus fort.
    Un livre gai, frais, vivant, sur l'amour comme un jeu, comme une évidence... Beau et sensible, un album à offrir à tous les amoureux de tous les âges !

  • Au Pays des lignes raconte l'histoire d'un drôle de petit bonhomme tout bleu chasseur de dragons. En montagne, dans un univers hostile et sauvage, il rencontre une petite fille rouge totalement perdue. Les deux enfants vont peu à peu tomber amoureux, se battre avec un monstre jaune, vivre ensemble toutes sortes d'aventures avant de retrouver les parents de la fillette. Très graphique, sans parole, dessiné au stylo bille et principalement en rouge et bleu, Au Pays des lignes est une BD minimaliste mais avec une trame narrative forte. L'histoire très rythmée se déroule toujours à distance, jamais en gros plan. Par de simples petites lignes, droites ou courbes, sans fioritures, l'illustrateur arrive à rendre vivants ses personnages et à faire passer leurs émotions.

  • Jeune auteur à la bibliographie galopante - une dizaine de livres et des participations à divers collectifs et revues (Polychromies, Kiblind, Papier, Gorgonzola...) - Victor Hussenot exprime une vision affirmée de la bande dessinée.
    Amateur de contraintes, jouant souvent avec les codes, il multiplie les projets dans des directions biens différentes, mais toujours connectées. Avec Les gris colorés, paru à La 5e Couche en 2014, Hussenot proposait une série d'histoires courtes et de dessins montrant les sensations et les relations des personnages uniquement par des couleurs et des formes. Cette fois-ci, le dispositif mis en place par l'auteur est de nous proposer 80 silhouettes qui sont autant de récits intimes ou de descriptions des sentiments. L'Oubapo a profondément marqué Hussenot, qui a vu dans les contraintes une manière de représenter visuellement des questions existentielles et temporelles avec la boucle par exemple, comme chez Escher que l'auteur apprécie beaucoup. Faire de la bande dessinée avec des contraintes, c'était un moyen de réfléchir aux questions humaines et universelles, tout en dessinant.

  • Chemin des souvenirs est la suite d'Au Pays des lignes, première bande dessinée de Victor Hussenot à La Joie de lire, sortie en 2014. A la fin de ce premier opus, le lecteur avait laissé le héros, un drôle de petit bonhomme tout bleu chasseur de dragons, alors qu'il venait de raccompagner chez ses parents une petite fille rouge qu'il avait sauvée des griffes d'un monstre jaune. Cette fois le petit garçon parcourt la montagne à la recherche de son amoureuse dont le souvenir l'obsède. Mais sa quête est semée d'embûches et de rencontres plus ou moins amicales.
    Très graphique, sans parole et au stylo bille, tout comme Au Pays des lignes, Le Chemin des souvenirs raconte une belle histoire d'amour et d'aventures. Une suite captivante et tout aussi audacieuse qu'Au Pays des lignes...

  • Récit non-linéaire de petites histoires quotidiennes de tout un chacun, Les Gris colorés est une série d'histoires courtes et de dessins mettant en rapport les sensations des personnages avec des couleurs afin de mettre en évidence la signification émotionnelle de chaque situation. Ces gris colorés sont une source sur notre nature d'homme et de femme dans notre société contemporaine.
    Le langage des bulles y est quasiment absent, comme pour mieux laisser place à celui de la couleur, au dialogue entre contour et surface.
    Se dégageant de la perspective et de la représentation de l'espace, Victor Hussenot donne la part belle au ressenti de ses personnages. Mettant la forme au service du fond, assumant le vide au profit du plein, il se débarrasse de la case et de la bulle, jouissant ainsi de l'espace de la planche. La séduction immédiate que procure la couleur, faisant écho au blanc de la page et aux contours net de son trait, confère au livre son accessibilité et sa facilité de lecture.
    Cette nouvelle édition est augmentée de 8 pages.

  • Les étoiles du temps

    Victor Hussenot

    Le temps est mathématique, mais aussi aléatoire, subjectif... insaisissable. Pour preuve, plus on vieillit et plus il semble s'accélérer. De raisonnements logiques en déambulations imaginaires, le personnage principal de cette enquête singulière s'interroge sur notre perception du temps et ses représentations. Une quête qui le mène de l'enfance aux divers âges de la vie. Mêlant intime et universel, Victor Hussenot poursuit ici avec brio sa réflexion graphique et poétique sur l'existence humaine.

  • Les spectateurs

    Victor Hussenot

    Quinze histoires racontées par un personnage différent et autant d'anecdotes relatant impressions et émotions au coeur de la ville. Ces Spectateurs contemplent la vie comme on assiste à une pièce de théâtre, dans laquelle les lieux, temps et mémoire incarneraient les premiers rôles. À travers ces expériences du quotidien se dessine une réflexion sur l'existence humaine. Intime et universel.

  • La casa

    Victor Hussenot

    Réflexion sur le médium BD en lui-même comme on n'en a pas vu depuis longtemps, La Casa se joue des cases, des bulles et des conventions du genre. Un essai graphique renversant, où la case se fait maison (d'où le titre), où les personnages se font la malle et où la bande dessinée (re)devient un art ! Un album « 100% Warum », drôle et au dessin magnifique. Graphiquement, il y a du François Ayroles là-dedans ! La narration nous ferait penser à Marc-Antoine Mathieu... De bien belles références pour ce jeune auteur repéré par les Jeunes Talents au festival d'Angoulême cette année.

  • Clown Nouv.

  • The Spectators se présente comme une réflexion poétique et philosophique sur la nature humaine.
    La palette de Victor Hussenot, pleine de coloris subtils, développe le récit avec délicatesse et permet au lec-teur de s'imprégner du lyrisme de cette oeuvre.
    Avec ses dialogues saccadés, son rythme noncha-lant et ses entorses à la structure narrative classique, autant d'échos à la Nouvelle Vague, The Spectators est le nouveau roman graphique passionnant d'un illustrateur exceptionnel.
    Son premier livre pour enfant en français, Au Pays des Lignes, est sélectionné pour le Prix Jeunesse d'Angou-lême 2015 alors que son album Les Gris colorés vient de paraître aux éditions La Cinquième Couche.

  • Le gaufrier Nouv.

    Le gaufrier (aussi appelé "moule à gaufres" quand il désigne l'ustensile ou qu'il devient une invective dans la bouche d'un certain marin) est une expression utilisée par Hergé pour désigner la grille d'images qui découpe la planche de bande dessinée. Hussenot s'empare du concept pour en constituer des variations infinies et ludiques jusqu'à épuisement : personnages et décors se le coltinent, le subissent, s'y empêtrent ou s'en affranchissent cruellement ou joyeusement.

empty