Arts et spectacles

  • Cette nouvelle édition propose une histoire de l'urbanisme dans ses différentes composantes et se fixe comme objectifs de comprendre :
    - comment des types urbains sont le reflet, dans le temps, de sociétés différentes ;
    - la ville et les espaces d'aujourd'hui comme le résultat de strates du passé ;
    - comment les rapports entre des volontés de planifier et des actions de nombreux acteurs détermine les formes de l'urbain ;
    - comment cette histoire peut éclairer les choix de demain.

  • Hollywood a forgé le rêve américain et celui des amoureux du cinéma. Mais que disaient tous ces films ? Qui était derrière ? Que se passait-il dans les coulisses des grands studios ? Oui, les producteurs voulaient faire valoir leurs idées. Oui, les metteurs en scène s'exécutaient, ou dans des colères noires, quittaient avec fracas le plateau. Oui encore les starlettes imposaient leurs caprices. Mais Hollywood a aussi eu tout au long du siècle des relations avec les institutions religieuses américaines marquées par des conflits à rebondissements, des ententes cordiales, des « baisers de Judas » ou une merveilleuse indifférence.
    Avec plus de 500 films qui illustrent ces relations, vous découvrirez les arcanes des négociations et des compromis insoupçonnés entre les patrons des studios et les religieux de toutes obédiences. Passionnant et documenté cet essai se déguste comme. un roman, comme un film.
    Pour tous les amateurs de cinéma et de la culture américaine donc.

  • Une synthèse qui expose les grands courants et les grandes périodes de l'histoire des arts des origines au XVIIIe siècle.
    Un fondamental pour commencer son cursus et pour se préparer aux concours proposant des épreuves de culture générale.

  • Ce livre propose une histoire de l'urbanisme dans ses différentes composantes et se fixe comme objectifs de :
    - comprendre comment des types urbains dans le temps sont le reflet de sociétés différentes ;
    - comprendre la ville et les espaces d'aujourd'hui comme la résultante de strates du passé ;
    - comprendre comment les rapports entre des volontés planificatrices interventionnistes et des actions d'acteurs nombreux participent à déterminer les formes de l'urbain ;
    - comprendre comment cette histoire pourrait éclairer les choix de demain.

  • L'horreur s'est confortablement installée dans nos salons. Ces dernières années, l'enthousiasme pour les séries horrifiques est devenu tel que les productions s'enchaînent à un rythme effréné. Un moyen de montrer une part bien plus sombre de l'Amérique et l'immense impact qu'elles ont eu sur le public.

  • La philosophie à travers le cinéma.
    L'auteur propose d'aborder les grandes notions de philosophies par l'image de films connus du grand public.
    Une manière ludique d'aborder la philosophie pour les lycéens, les jeunes étudiants et le grand public.

  • L'histoire de France de 1939 à nos jours au prisme de 50 films emblématiques. De la Grande illusion à La crème de la crème, les auteurs analysent notre histoire en s'appuyant sur celle de chaque film retenu. Une mise en abyme, des résonances pour découvrir autrement notre histoire et notre patrimoine cinématographique.

  • Les médias et nous

    François Jost

    • Breal
    • 8 Novembre 2010

    Le journal télévisé doit-il être un tribunal ? La télé-coaching a-telle des limites ? La mort est-elle télégénique ? Filmer en caméra cachée est-ce une méthode déloyale ? Qu'est-ce qu'une émission culturelle ? Les téléspectateurs sont-ils sadiques ? Qu'est-ce que témoigner ? Où va la télé à l'ère d'internet ? Les débats sur les médias sont au centre de nos discussions quotidiennes ; une affaire ou une polémique survient fréquemment au sujet de la façon dont un évènement a été traité, d'une nouvelle émission qui va trop loin, ou d'un ""dérapage"" de l'information. François Jost, auteur dont les essais sur la télévision font autorité, s'interroge ici à la fois sur le fonctionnement actuel des médias, leurs obligations morales, mais aussi sur notre propre comportement, nos droits et nos devoirs de téléspectateurs, auditeurs, lecteurs.... Ses réflexions, par leur (im)pertinence, vont au-delà des critiques ordinaires pour proposer une nouvelle relation entre les médias et nous.

  • Lire la photographie

    Ferrante Ferranti

    • Breal
    • 24 Février 2003

    Entrer dans le musée imaginaire de ferrante ferranti, c'est se promener dans un monde de correspondances, dans lequel une photographie se fait le miroir d'une autre, proche ou lointaine, et l'écho d'une oeuvre picturale, littéraire ou encore musicale.
    Pour que notre oeil embrasse l'image, pour que notre mémoire s'en empare, ferrante ferranti nous invite à prendre le temps de la regarder, à la lire jusque dans ses détails. dans une langue claire et personnelle, il nous incite à interroger son contexte de prise de vue, sans l'y enfermer, et nous apprend à observer les différents éléments qui la composent pour mieux la voir. enrichie d'un éclairage historique et technique, sa lecture nous guide progressivement de la découverte de l'image à son analyse.
    Dans le sillage de ce photographe, notre regard se fortifie, notre oeil s'instruit et nous entendons résonner en nous des images que nous pouvions croire jusqu'alors silencieuses.

  • La géographie occupe une place centrale dans la vie et l'oeuvre de Gauguin. Marin, grand voyageur, il a parcouru le monde. Son oeuvre se nourrit des lieux qu'il a peints et où il a peint : Bretagne, Provence, Martinique, Tahiti, Marquises. Pourquoi la géographie, l'espace sont-ils à ce point prépondérants dans l'oeuvre de Gauguin ? Quels fantasmes poursuit-il à travers le globe ? Quelles visions du monde déterminent son périple ? Quel est son imaginaire géographique ?
    Au croisement de la géographie culturelle et de l'histoire de l'art, cet ouvrage fait partager aux lecteurs la quête géographique de Paul Gauguin en s'appuyant sur la correspondance du peintre et sur plus de 150 illustrations en quadrichromie

  • La chanson populaire est capable de repandre des idees a tres grande vitesse et en cela les gouvernants, ou plus generalement les acteurs de la vie publique (associations, representants sociaux ou religieuxc) lfecoutent avec soin. En 1954, Boris Vian ecrit Le Deserteur en pleine guerre dfIndochine, la chanson sera interdite de diffusion et de vente jusqufen 1962.
    Comme elle, des dizaines de titres seront frappes au fil des ans du sceau officiel ou non de la censure, parfois meme leurs auteurs poursuivis en justice. Ceux]ci ont pour nom Aznavour, Sardou, Brassens ou, plus pres de nous, Matmatah, Billy Ze Kick, NTM ou Orelsan.
    Les motifs dfinterdictions sont la moralite, le respect du pouvoir en place, la protection de lfordre public...
    /> Cet ouvrage se propose de revenir sur le destin de ces chansons qui, pour une raison ou une autre, ont ete jugees subversives. Il ne se veut aucunement polemique mais pedagogique et attrayant, et a pour ambition de faire decouvrir ou re]ecouter ces chansons a un public multigenerationel, apportant en plus des anecdotes et des citations.

empty