Editions De Paris

  • La tendance dominante de la philosophie moderne donne un sens aux grandes révolutions européennes du dernier demi-millénaire. Il est impossible de comprendre le fond de cette philosophie, si ce n'est à la lumière des revendications d'une liberté toujours plus étendue. Par ces révolutions, des monarchies héritées du Moyen Âge ont été balayées et l'autorité spirituelle de l'Église compromise. L'appel révolutionnaire à la liberté chrétienne de Luther, à la liberté de conscience de Cromwell, à la liberté politique de Robespierre, à la liberté du besoin de Lénine, à la liberté face à la vérité du relativisme de nos jours, s'est révélé plus convaincant que le rappel de la liberté comme responsabilité, de la vérité qui nous rend libres (Jean, 8, 32). La surenchère dans la revendication d'une liberté toujours plus grande s'étend actuellement à la sphère des moeurs. Ce livre se limite à la critique intellectuelle et morale de la ligne aujourd'hui dominante, avec cet interrogatif : « Pourrons-nous vivre ce que nous prépare l'extraordinaire poussée de liberté qui, jusqu'à maintenant, s'est révélée gagnante, utile, crédible ? » - L'auteur : Guiseppe Nastri a travaillé dans la recherche nucléaire en Belgique et en Angleterre, dans l'administration européenne à Bruxelles, dans des postes diplomatiques au Japon et en Australie. Il a participé à la Mission d'Observation de l'Union Européenne dans l'Ancienne Yougoslavie en 1993, pendant la guerre de Bosnie. Il a publié « Le travail hors loi » avec Jean-Christian Huet sur le rôle du travail dans les pays industrialisés, « L'autonomie éthique » sur le fondement de la morale en Dieu et « L'amour trinitaire et son refus par la modernité » sur le rapport entre les dispositions morales et les convictions.

  • Sous le titre Études stratégiques, les théoriciens du jihad communiquent leurs consignes terroristes aux islamistes du monde entier.
    Publiés en Orient et. en arabe, ces textes ne sont pas connus du public et n'attirent pas l'attention des dirigeants occidentaux. Au premier rang des stratèges islamistes, Abu Bakr Naji, recherché par toutes les polices, diffuse le traité de la Gestion de la barbarie, sous-titré L'étape par laquelle l'islam devra passer pour restaurer le califat. Abu Bakr Naji détaille, exemples à l'appui, les instructions à suivre pour démoraliser et détruire l'Occident.
    Ce document hallucinant, Mein Kampf des islamistes, donne un sens aux informations de la presse. Il faut le lire et le faire connaître, pour qu'il ne soit pas dit : " Nous ne savions pas ! "

  • Otices biographiques des 400 figures de notre époque que l'Église propose en modèle aux chrétiens « Les canonisations et les béatifications se sont multipliées ces dernières années. Elles manifestent la vitalité des Églises locales, qui sont aujourd'hui beaucoup plus nombreuses qu'aux premiers siècles et au premier millénaire.

    C'est précisément leur grand nombre qui reflète, de façon vivante, l'action du Saint-Esprit et la vitalité qu'il fait jaillir dans le domaine le plus essentiel pour l'Église, celui de la sainteté. » Jean-Paul II

  • Lorsque les Arabes conquirent d'anciens territoires chrétiens, enlevés aux empires byzantin et sassanide aux limes de la Péninsule arabique, les Chrétiens autochtones disposaient déjà d'une pensée et d'une culture élaborées, tant religieuses que philosophiques, adossées depuis longtemps aux grandes civilisations du patrimoine hellénique et de l'Orient antique. Manquait encore à l'islam des conquérants le sens du débat théologique ou philosophique.
    L'exemple le plus significatif fut incontestablement la relation entre les Chrétiens réfutant les objections que l'islam leur opposait et les Musulmans appelant à la foi en un texte incréé, à peine fini d'être collecté.
    La confrontation profita aux Musulmans dans l'élaboration et la formation d'une théologie propre, exprimée avec le double outil linguistique et notionnel apporté par les Chrétiens.

  • Xavier Forneret (1809-1884), né à Beaune, bourguignon très attaché à sa ville, est auteur de pièces de théâtre, prose et poèmes au caractère souvent excentrique, funèbre et humoristique.
    Considéré comme un original, il était habillé comme l'Homme Noir, héros d'une de ses pièces, couchait dans un cercueil, jouait du violon sur une tour gothique, et avait imaginé d'avoir une boîte aux lettres au cimetière pour recevoir du courrier de l'au-delà ! Il dépensa une fortune en éditant à compte d'auteur pour essayer de faire jouer ses drames tragiques, et de faire lire sa prose souvent extraordinaire.
    L'auteur parcourt la vie de cet étrange personnage : écrivain romantique, passé inaperçu au XIXe siècle, et remis au goût du jour par André Breton et les surréalistes.

  • L'auteur a toujours été hanté par le problème de l'être, de l'existence, et de l'esprit, affirmé par une immatérialité dont Descartes s'est efforcé de rapporter la preuve dans ses ouvrages.
    La pierre, fût-elle du Parthénon, n'existe pas par elle-même bien que traversant les siècles, c'est l'homme qui la révèle à l'existence mais connaît la mort ; cette existence psychique sera reprise par les générations qui lui succèderont. La matière ne peut donc exister sans l'immatérialité qu'est la pensée des hommes, produit du fonctionnement d'une structure de la matière qui est celle de notre corps.
    Heidegger ne disait-il pas " la pierre est sans monde, l'animal est pauvre en monde, l'homme est configurateur du monde. " L'existence du monde, à notre niveau, est donc fonction de l'immatérialité de notre pensée. De cette immatérialité à l'immatérialité pure qu'elle pourrait peut-être un jour permettre de découvrir par une sorte d'extrapolation, existe dans doute une filiation. L'auteur établit la continuité entre monde matériel et esprit, sans lequel il n'y aurait plus rien, tout se trouvant confondu.

  • Conscient de ce que l'Europe qui se forme ne peut se réduire à une entité politico-économique, Jacques Delors avait proposé de réfléchir sur la question : " quelle âme pour l'Europe ?".
    Si les technocrates n'ont pas cru bon de le suivre, les auteurs du présent recueil ont voulu reprendre le flambeau en s'interrogeant sur les enjeux et les perspectives d'un authentique pluralisme religieux. L'islam, devenu la seconde religion en France, et comme telle source à la fois d'incertitudes et d'illusions qui sont ici indiquées, sert de pivot à cette réflexion.

  • Edifiée à la fin du XVIe siècle, la cathédrale d'Ajaccio est l'un des plus beaux édifices de la Corse.
    Elle s'élève dans la vieille ville, face au vaste horizon de la mer. Les Ajacciens l'appellent u domu, en référence à sa grande coupole. Depuis des siècles, elle est vouée à la vénération de Notre-Dame de la Miséricorde, principale patronne et avocate d'Ajaccio, à laquelle est consacrée une somptueuse chapelle. La cathédrale s'est, d'âge en âge, enrichie d'oeuvres artistiques remarquables venues d'Italie.
    Son histoire rencontre l'histoire de l'Europe : le 15 août 1769 Napoléon Bonaparte faillit y naître au cours de la messe d'Assomption et y fut baptisé deux ans plus tard.

  • Ranulf le Pérégrin, fresquiste médiéval surnommé « le Maître du quatrième archange » a commencé à réapparaître d'un bout à l'autre de l'Europe en d'étranges circonstances. Alors que vient d'être mis au jour le plus bel ensemble du Pérégrin jamais découvert, le professeur Messager, hanté par les coïncidences qui semblent lier leurs deux destinés, reçoit un appel de détresse d'une amie, devenue une photographe célèbre et scandaleuse. À la lumière du parcours de la jeune femme s'éclaire peu à peu celui de Ranulf, qui, comme elle, dévoya jadis les dons du Ciel. Les destinées mises en miroir des deux artistes au long de vies parallèles, rappellent l'enseignement de l'Église sur les anges et les démons et la place qu'ils tiennent dans nos vies, sans que nous en prenions toujours conscience.

  • Existe-t-il dans l'Église, selon la pensée des Apôtres, témoins du Ressuscité, un "magistère" doctrinal ? Les Apôtres ont-ils désigné eux-mêmes des hommes qui leur succéderaient de génération en génération dans la charge de "garder le dépôt", selon les épîtres à Timothée, jugées par beaucoup comme tardives et inauthentiques ? La controverse divise encore les communautés chrétiennes.
    Philippe Rolland démontre, à l'aide d'une méthode linguistique nouvelle, que les épîtres à Timothée ont été utilisées par l'auteur de la première épître de Pierre, elle-même utilisée par l'auteur de l'épître aux Hébreux, certainement rédigée avant la cessation du culte du Temple en l'an 70 (Rb 10,1-3) . Les épîtres à Timothée ont donc été écrites du vivant de Paul, et la notion de succession apostolique doit lui être attribuée.
    Ce livre clair et argumenté invite à reconnaître l'origine apostolique du magistère exercé par les successeurs légitimes des Apôtres.

  • Recueil de conférences sur Proust, Bernanos, Bloy, Hello, Böll, Corti, Claudel, etc.
    Extrait de l'introduction :
    Les conférences et articles ici publiés émanent d'auteurs qui participent au Cercle du Roseau d'or. Ils se sont placés sous le patronage d'une expérience littéraire originale lancée en 1925 par Jacques Maritain, Stanislas Fumet, Henri Massis et Frédéric Lefèvre. Elle avait pris la forme d'une collection littéraire à couverture bleue, "Le Roseau d'Or", éditée chez Plon, comprenant des romans et essais (Trois réformateurs, de Maritain, Adrienne Mesurat, de Julien Green, Notre Baudelaire, de Stanislas Fumet, L'Homme éternel, de Chesterton, etc.) et une revue de même présentation, les Chroniques. Cette collection, dont le nom fait allusion au roseau d'or qu'utilise l'ange de l'Apocalypse chargé de mesure la Jérusalem céleste (Ap. 21, 16), voulait faire une "concurrence catholique" à la NRF de Gallimard. Sans vraiment lui faire d'ombre, elle surpassa dès le premier moment toutes les collections similaires.
    J'évoque cette initiative du Roseau d'or parce que, correspondant à l'époque la plus faste de ce que l'on a appelé les "romanciers catholiques", et faisant appel à des auteurs qui n'étaient pas tous croyants, elle se relie au sujet dont nous traitons ici : les romanciers et le catholicisme [...]

  • 81 490

    Albert Chambon

    Envoyé d'abord à Fresnes, après un interrogatoire d'une extrême brutalité, Albert Chambon est dirigé sur Compiègne, puis sur Buchenwald. Le manque de nourriture, les conditions odieuses du logement, l'absence de vêtements chauds l'hiver et surtout les mauvais traitements, rendent la situation des déportés plus pénible encore. Catholique pratiquant, sa religion et la pensée des siens fournissent à Albert Chambon un soutien constant dans ses épreuves. Son récit révèle l'esprit évangélique d'où naît la fraternité humaine. Ses observations abondent en traits de sensibilité qui, en dépit de la misérable condition où il est tombé, le mettent sans cesse au-dessus du vulgaire. Enfin, c'est la libération qui ne survient pas sans de nouvelles affres et des périls courus du fait de la situation désespérée de l'armée allemande. Malgré son caractère tragique, ce livre est d'une lecture réconfortante. Il montre comment un homme peut dominer son destin en trouvant sans cesse dans les pires situations, le secours qui lui vient de sa foi.

  • Accusé de viol sur mineur, l'abbé jean-lucien maurel est incarcéré en 1997.
    Condamné à dix ans de réclusion criminelle, il passe sept ans et demi en prison. il a toujours clamé son innocence et dénoncé une instruction bâclée et une campagne de presse entretenue dans un climat de haine. les expertises l'innocentant n'ont jamais été prises en compte, ni les témoignages capitaux. avec la journaliste alexandra lagarrigue, l'abbé jean-lucien maurel décrit les étapes de son calvaire, et fait juge le lecteur.

  • Le père Constant Pel connu par ses prophéties, était un prêtre-missionnaire du diocèse d'Ajaccio. De 1930 à 1950, il alla de village en village porter le « parfum de Jésus ». Les Corses le reconnurent vite comme un prêtre admirable, zélé, charitable, discret et un saint miraculeux. Il fonda à Corté la Maison du Christ-Roi et à Ajaccio Le Foyer Sacerdotal dont le rayonnement s'étendirent sur toute la France grâce à la revue « La Lampe du Sanctuaire ». Miné par les épreuves, les conséquences de la guerre, il quitta la Corse, mais continua son oeuvre sur le continent. À La Seyne-sur-Mer, il construisit le célèbre sanctuaire de Notre-Dame de Fatima. En contact avec les plus hautes figures sacerdotales et les voyants de son temps, il fut entre autres, le directeur spirituel de Charles de Foucault et de Marthe Robin. Padre Pio disait aux pèlerins français : « Pourquoi venez-vous me voir quand vous avez le père Pel un si grand saint ? » - L'auteur : France Sampieri est historienne de la Corse, qu'elle fait connaître par ses livres, ses articles, chroniques et émissions radio.

  • Roger Vétillard, né à Sétif, a consulté les archives françaises, algériennes, helvétiques et anglo-saxonnes, rencontré des témoins et des acteurs français, algériens, civils et militaires de ces journées. Il livre les résultats d'une enquête longue de 7 ans, et donne parfois, sans parti pris, plusieurs versions des faits.
    Il insiste sur le contexte politique, économique, national, international et religieux. Ses conclusions ne concordent pas toujours avec l'historiographie officielle algérienne et française. C'est ainsi que l'estimation du nombre de victimes de la répression qui a suivi les attentats contre les Européens, le rôle des différentes factions politiques et religieuses, celui des autorités civiles et militaires, l'implication des milices civiles et celle des puissances étrangères sont analysés en détail.

  • S'il y avait un « Prix Nobel » de littérature pour les IIe / VIIIe siècles, Ibn al-Muqaffa serait un candidat possible. Il est célébré pour être un des premiers et des principaux créateurs de la prose arabe. Son importance en tant que traducteur, importateur de la littérature de sagesse iranienne (imprégnée d'influences indiennes et grecques) vers la culture arabe est reconnue. Pourtant, le public ignore une partie de ses oeuvres. Sa pensée dualiste et rationaliste ainsi que son attitude ambiguë et sceptique face aux détenteurs du pouvoir restent peu étudiées.
    Les écrits politiques, éthiques et religieux d'Ibn al-Muqaffa ont une portée extra-temporelle et universelle ; cependant ils caractérisent leur époque, une période décisive dans la formation de la civilisation arabo-islamique, celle de l'établissement de l'Empire abbasside.
    Artistes et hommes de lettres sont des étendards de leurs communautés. L'oeuvre d'Ibn al-Muqaffa représente le réveil de la conscience des intellectuels iraniens et leur recherche d'une identité redéfinie à la suite du traumatisme de la conquête islamique. Elle est aussi un monument à ceux qui créaient, dans les limites de cadres sociaux et idéologiques imposés et malgré ceux-ci, des personnes qui, sous couvert de collaboration avec les conquérants, avaient pour objectif réel de servi leur société.
    - L'auteur : István T. Kristó-Nagy est maître de conférences (« lecturer ») en arabe et études islamiques à l'Institut d'études arabes et islamiques de l'Université d'Exeter.

  • L'Ecole sert de décor à de nombreux films de cinéma et de télévision. Le jury du 61ème festival de Cannes a même décerné la Palme d'or à Entre les murs qui a pour toile de fond un collège parisien. Ni fiction, ni documentaire, ce long métrage ressemble à une téléréalité, avec tous les travers du genre. Elèves, professeurs et famille en sont généralement les dindons de la farce ; quant au spectateur il sombre, bien malgré lui, dans un voyeurisme exacerbé. Véronique Bouzou reprend ceux qui confondent classe d'école et plateau de cinéma. Elle dénonce la récupération politique, médiatique et financière de ce genre de spectacle.

  • La montée en puissance de l'Internationale islamique a fait irruption dans un monde occidental sécularisé et suscite de graves questions morales et politiques. De nature différente du christianisme, l'islam, système politico-religieux radical, porte néanmoins des valeurs universelles qui rappellent son origine dans la grande épopée biblique. G. Stremsdoerfer retrace l'évolution et les influences subies par le Coran et qu'il garde en mémoire. Il analyse les positions diverses que prend l'Église catholique à l'égard des "frères divorcés".

  • Notre continent s'est métamorphosé, ces soixante dernières années, dans une quête d'intégration à la fois laborieuse et grandiose.

    La construction européenne a connu des strates successives et nos propres tentatives d'Europe politique n'ont pas dépassé jusqu'ici le stade de la coopération intergouvernementale, de même en matière de défense.

    Surmontant obstacles et crises, la réalité communautaire n'a cessé de s'approfondir et de s'élargir, puis de se démocratiser avec l'élection au suffrage universel du Parlement européen et le renforcement de ses pouvoirs. La Communauté s'est transformée en Union européenne avec le traité de Maastricht, à l'origine d'une monnaie unique : l'euro.

    L'Union européenne compte 491 millions d'habitants et vingt-sept États membres. Seize d'entre eux ont adopté l'euro et vingt-quatre adhèrent à la Convention de Schengen permettant la libre circulation des citoyens.

    Il reste à l'Union trois étapes à franchir : consolider son élargissement, construire une autorité politique, assurer la défense de ses intérêts et de son identité dans le monde.

    La connaissance de la formation et du fonctionnement des institutions européennes permet de mieux comprendre les événements de notre actualité.

  • En Gaule, au Moyen Âge, les aventures d'une petite fille et de son cheval dans le monde enchanté des génies des bois...
    Une ravissante histoire sans paroles, alternant magie et poésie pour petits et grands.
    Un petit manuel idéal à colorier.

empty