Littérature générale

  • 1984

    George Orwell

    Dans la mégapole d'une superpuissance mondiale, Winston Smith vit, cadenassé dans sa solitude, sous le regard constant du télécran. Employé au ministère de la Vérité, il réécrit quotidiennement les archives de presse pour les rendre conformes avec la ligne officielle du moment. Mais un jour, le petit employé de bureau se rebelle, commence un journal, tombe amoureux et flâne dans les quartiers où vivent les proles, soustraits à la discipline du Parti. Dans ces lieux où subsistent quelques fragments du passé aboli, il va s'engager dans la rébellion.

  • En 1945, George Orwell écrit La Ferme des animaux, une fable dans laquelle les animaux chassent leurs maîtres humains et instaurent dans leur ferme un nouveau régime politique qui tourne vite à la dictature.
    Entre les lignes, on comprend qu'il s'agit d'une charge contre le stalinisme.
    À l'aube de la guerre froide, cette critique de l'URSS sonne tellement juste que la CIA décide, en 1951, de la transposer en bande dessinée dans le cadre de ses opérations de propagande anticommuniste. Elle sera diffusée partout sur la planète, et prioritairement dans les pays du Tiers Monde, devenus l'enjeu des luttes entre grandes puissances. Et notamment en langue créole, version que nous avons traduite pour l'édition de ce document exceptionnel pour la première fois republié.
    Bien que cette BD démontre la puissance et l'originalité de la propagande américaine, elle reste extrêmement fidèle à l'oeuvre originale, de sorte que son contenu subversif finit par annuler sa visée contre-révolutionnaire.
    Car la leçon à tirer de La Ferme des animaux est que pour faire triompher une révolution, le peuple doit se débarrasser de ceux qui prétendent en prendre la direction.

  • L'empereur Hadrien se meurt. Du fond de son alcôve, il écrit sa vie. Il se remémore tout le trajet de son existence, de sa prime jeunesse jusqu'aux ultimes heures actuelles. Il revit son ascension politique, son accession au pouvoir. Il juge ses réformes, sa manière de gouverner, il philosophe sur le monde, les peuples, la vie. Et il n'oublie pas l'amour d'Antinoüs, l'amour d'une vie trop tôt disparue, d'un être tant aimé. Dans ces pages d'une incroyable beauté, d'une poésie subjuguante et d'une approche sans concession de l'humanité, on est transporté dans les siècles.

    L'empereur Hadrien se meurt. Pour rendre cette voix de fin de vie, cet ultime filet d'une existence vacillante, ce regard à la fois critique mais mélancolique, il fallait trouver un comédien capable de rendre cette incroyable densité dramatique. Il fallait une voix fragile, fatiguée mais suffisamment vaillante pour que l'oreille se plaise à écouter ce texte merveilleux. Il fallait un acteur de l'âge d'Hadrien, un acteur ayant vécu, pour comprendre et en rendre toutes les subtilités. Jean-Claude Rey, au long et divers parcours en a, dans sa simplicité, magnifiquement restitué la beauté.

  • La chute

    Albert Camus

    Une nuit de novembre, Jean-Baptiste Clamence, traversant un pont de la Seine, entend le cri d'une femme qu'il vient de croiser, celle-ci s'est jetée dans la Seine et se noie. Il ne fait rien pour la sauver. Le mur des certitudes d'une vie riche et brillante se lézarde. Jean-Baptiste Clamence sombre. Après maintes expériences pour tenter d'oublier cette funeste rencontre, ce cri déchirant, il se retire dans un bar à matelots d'Amsterdam où il devient juge-pénitent.
    Ce monologue de 170 pages consacre la rupture d'Albert Camus avec Jean Paul Sartre. Il tourne le dos à l'existentialisme, au petit groupe parisien d'intellectuels de gauche. Sartre n'aura cesse de mots vengeurs à son encontre au grand dam d'Albert Camus.

    /> Albert Camus recevra le prix Nobel de littérature en 1957.

  • Michel, chercheur en biologie rigoureusement déterministe, incapable d'aimer, gère le déclin de sa sexualité en se consacrant au travail, à son Monoprix et aux tranquillisants. Une année sabbatique donne à ses découvertes un tour qui bouleversera la face du monde.
    Bruno, de son côté, s'acharne en une quête désespérée du plaisir sexuel. Un séjour à l'espace du possible, camping post-soixante-huitard tendance new-age, changera-t-il sa vie ? Un soir, dans le jacuzzi, une inconnue à la bouche hardie lui fait entrevoir la possibilité pratique du bonheur.
    Par leur parcours familial et sentimental chaotique, les deux demi-frères illustrent de manière exemplaire le suicide occidental - à moins qu'ils n'annoncent l'imminence d'une mutation.

  • Le domaine du comte de Gesvres est « visité » en pleine nuit par des cambrioleurs. La fille du comte, et sa nièce, surprennent un homme en train de s´enfuir à travers le parc en transportant ce qui semble être un objet encombrant. Le secrétaire de ce dernier, est retrouvé mort. Seules l´arme du crime et une casquette de chauffeur ont été retrouvées...

    Un texte intégral accompagné de notes, d´aides à la compréhension de l´oeuvre et de clés d´analyse. .

  • Autour de lui, les personnages luttent pour un peu d'amour, de plaisir sexuel ou d'argent.
    Il est technicien en informatique ; il n'a plus d'ambition. sa vie est une succession de déceptions banales ; les repères sociaux s'effritent. il va perdre son emploi, il ne trouvera pas de femme. l'enfance est finie : au-dessus de lui, il sent grandir l'aile sombre de la dépression.
    Un roman d'apprentissage : l'apprentissage du dégoût.

  • La route

    Cormac Mccarthy

    L'apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres. On ne sait rien des causes de ce cataclysme. Un père et son fils errent sur une route, poussant un caddie rempli d'objets hétéroclites et de vieilles couvertures. Ils sont sur leurs gardes car le danger peut surgir à tout moment. Ils affrontent la pluie, la neige, le froid. Et ce qui reste d'une humanité retournée à la barbarie. Cormac McCarthy raconte leur odyssée dans ce récit dépouillé à l'extrême.

  • A la fin d'un dîner entre un banquier et l'un de ses amis, ce dernier s'interroge sur la manière dont ce «gros commerçant et accapareur notable» peut concilier l'exercice de sa profession avec de prétendues convictions anarchistes. Par le biais du dialogue socratique, ce pamphlet fustige les sophismes éhontés d'une bonne société «intellectuelle» qui se pique d'esprit révolutionnaire : la critique évoque irrésistiblement celle de la «gauche caviar». Publié pour la première fois en 1922, Le banquier anarchiste est le seul récit au sens strict dont Pessoa soit venu à bout. Il tenait à ce texte au point de le signer de son nom véritable et d'en prévoir la traduction anglaise en espérant pour lui une «carrière» européenne.

  • Le testament francais

    Andreï Makine

    Ce roman a l'originalité de nous offrir de la France une vision mythique et lointaine, à travers les nombreux récits que Charlotte Lemonnier, « égarée dans l'immensité neigeuse de la Russie », raconte à son petit-fils et confident.

  • Cyrano, poète doté d'un très grand nez et de beaucoup d'esprit, n'a pas un physique particulièrement avenant. Il est amoureux de Roxane, sa cousine, qui aime Christian, beau mais peu intelligent. Les deux hommes décident de séduire Roxane en alliant leurs qualités.

  • En garde! En 1625, le jeune Gascon d'Artagnan débarque à Paris, nanti des
    plus folles ambitions. Après un triple duel et un assaut contre les gardes du cardinal, il gagne la confiance d'Athos, Porthos et Aramis, célèbres mousquetaires du roi Louis XIII.
    Les quatre compagnons sont amenés à sauver la reine Anne d'Autriche des
    manoeuvres perfides de Richelieu. En effet, sur une insinuation du cardinal, le roi a invité la reine à porter, au prochain bal de la cour, les douze ferrets de diamants qu'il lui a naguère offerts. Or, celle-ci a donné la précieuse parure à
    son amant, le duc de Buckingham. Les valeureux amis entreprennent un périple en Angleterre pour retrouver les joyaux, se ralliant autour de leur devise: «Tous pour un, un pour tous!»
    D'Artagnan, fou amoureux de Constance de Bonacieux, fidèle femme de chambre de la reine, devra affronter avec les mousquetaires la magnifique, mais diabolique, Milady, redoutable agent du cardinal.
    Réussiront-ils, au terme d'un parcours semé d'embûches, à rapporter les
    ferrets pour que la reine les arbore au baloe Que deviendra la belle et bonne Constanceoe Milady échappera-t-elle toujours à la justice humaineoe Voilà quelques-unes des intrigues dans lesquelles Dumas nous emmène à bride abattue!
    Alain Carré, bien connu des auditeurs de France Culture, a relevé le fabuleux défi d'enregistrer chez Autrement dit, en première mondiale et en version intégrale, le chef-d'oeuvre incontesté d'Alexandre Dumas publié en 1844:
    le roman de cape et d'épée le plus traduit au monde!
    Sa voix chaude et profonde nous entraîne dans ces extraordinaires aventures,
    pleines de liberté et de passions!

  • Le grand Meaulnes

    Alain-Fournier

    • Nizet
    • 3 Mai 2000

    L'arrivée d'Augustin Meaulnes à l'école de Sainte-Agathe bouleverse la vie de François Seurel. C'est le début d'une amitié et le commencement de l'aventure. Un jour, Augustin se perd dans la campagne et assiste à une fête bien étrange, dans un domaine inconnu. Il tombe amoureux de la jeune fille du lieu, Yvonne de Galais, qu'il n'aura de cesse de retrouver.

empty