Bachari

  • Tracer les formes de l'Amour avec son calame, maints calligraphes s'y sont essayés pour partager l'essence du mot et l'exprimer dans le signe qui lui donne un nouveau souffle, une autre vie.
    Calligraphier l'Amour c'est entrer dans la ronde de la lettre et de l'esprit en une danse sensuelle qui unit le calligraphe au poète, le calligraphe au mystique. Salah Moussawy, en se replongeant dans les vers inégalés du grand mystique Jalal ud-Din Rûmi, nous fait redécouvrir dans cet ouvrage les doux tourments de la quête divine à travers de magnifiques calligraphies.

  • Roubayiet

    Omar Al-Kayyâm

    • Bachari
    • 4 Octobre 2010

    Omar al-Khayyâm, Philosophe, mathématicien, astronome et, surtout poète, naquit le 18 mai 1048 à Nichapûr.
    Il fut l'élève du grand docteur Muwaffîq ad-Dîn du Khorasan et eu pour compagnons d'études Nidhâm al-Mulk, celui qui allait devenir, plus tard, le grand vizir du sultan Alp Arslân, puis de Malîk Shah, fils et petit-fils du Tartare Toghrul Bey, fondateur de la dynastie seldjoukide, et Hassan es-Sabbâh, plus connu sous le titre de " Vieillard de la montagne ", le fameux chef de la secte hérétique des " Hashishines ".
    En 1074, âgé de vingt-six ans à peine, il fut appelé par le sultan du royaume de Merv, pour construire un observatoire astronomique, en compagnie de huit autres astronomes, et eu la tâche de réformer le calendrier musulman. Il bénéficia de nombreuses faveurs accordées par le sultan Jalâl ad-Dîn Malîk Shah. Durant cinq années (1074-1079), il élabora ses tables astronomiques " Ziji-I-Malîk Shâhi ", grâce auxquelles une nouvelle ère " jalâli " fut instaurée, à partir de 1079, puis il écrivit l'essentiel de son oeuvre scientifiques : un Traité sur des problèmes d'algèbre, qui fit sa célébrité à travers tous les royaumes musulmans.
    Sur le plan religieux, certains prétendent que les soufis modernes proclament que Omar al-Khayyâm pratiquait les principes de leur doctrine, alors que d'autres affirment que sa croyance était fondée sur les principes d'équité, de liberté et sur les idées générales de la religion universelle. Il eut à subir les critiques de ses contemporains qui voyaient en lui un " hétérodoxe ", à cause de sa poésie au ton libertin, créée par un esprit non moins libertin.
    Il mourut le 04 décembre 1131.

  • J'ai maintenant cinquante ans et je suis parvenue à cet âge en m'adaptant, d'abord à la société dans laquelle je suis née et maintenant au pays dans lequel je vis.
    Je me suis mise au diapason de ma mère, de mon père, de mes frères, de mes voisins, de mes amis tout en vivant une autre vie, une vie intérieure. J'avais l'impression que dans cette vie intérieure, je ne grandissais pas, qu'il y avait là une enfant. « Et combien je chéris cette enfant recroquevillée là ! » Lorsque j'allais me coucher, je ne dormais pas mais descendais dans mes profondeurs pour retrouver cette petite fille qui m'attendait. Ce qui est étrange, c'est que je la réconfortais toujours, je lui parlais. Je l'embrassais, je la regardais. Puis, je me sentais remonter du plus profond de moi-même vers la vie avec les autres et je m'endormais. C'était comme ça toutes les nuits.

  • Le prophète

    ,

    • Bachari
    • 1 Septembre 2005

    Khalil Gibran le sage, le mystique, le poète ermite, le philosophe, le peintre.
    Cet artiste aux mille talents publiait, avec Le Prophète, un ouvrage majeur. Un livre de sagesse dicté par un Prophète, al mustafa, qui après s'être égaré auprès d'un peuple qui ignorait son existence, lui prodigue, au moment des adieux, ses enseignements sur sa vérité du monde et des choses. Il avait fallu près de onze années à Khalil Gibran pour rédiger Le Prophète en langue anglaise. Il s'agissait-là d'une de ses plus belles oeuvres.
    Elle est aujourd'hui revisitée par Salah Moussawy qui marche sur les pas du maître. Sa pensée vise l'universel et l'humanité entière, c'est au tour du messager calligraphe d'en faire toute la lumière. Ce livre est un voyage dans le coeur même de la poésie de Gibran et offre une double lecture, en anglais et en français, à travers une traduction originale. C'est une invitation à lier les réflexions philosophiques et spirituelles de l'auteur avec l'oeil créatif et inventif de Salah Moussawy qui nous propose ici une magnifique interprétation au travers de splendides calligraphies.
    Il s'agit de l'alliance de deux virtuosités. Celle de l'orfèvre des mots, quêteur du sens des choses, et celle du sculpteur des formes. Chacun faisant de l'espace à l'autre dans un enrichissement mutuel pour qu'un sens nouveau se dessine, sur le chemin de la connaissance du monde.

  • L'épopée de Antar

    G.Rougier

    • Bachari
    • 1 Septembre 2006

    L'épopée d'antar occupe une place unique dans la littérature arabe.
    Célèbre dans tout l'orient, telle jadis l'iliade en grèce, ce poème s'est perpétué à travers les âges par la bouche de nombreux conteurs de profession. lamartine a écrit : antar, égal souvent par l'instinct, par les moeurs, par la poésie, aux chefs-d'oeuvre d'homère, de virgile, du tasse, est resté populaire dans les tentes des arabes du désert de damas, d'alep, de bagdad. né d'un émir et d'une esclave noire prise dans une razzia, antar doit vaincre tous les préjugés de la naissance et de la couleur.
    Bâtard, esclave et noir, mais doué d'une prodigieuse vigueur, d'une vaillance à toute épreuve, d'une éloquence forte et sauvage, d'un sens de liberté et d'une générosité sans limites, poussé par un amour chevaleresque pour sa cousine abla, il parvient, à force de prouesses, à triompher de toutes les résistances, se fait reconnaître par son père, et, admis au rang des nobles, épouse celle qu'il aime et devient le premier de sa tribu, qui est la première parmi les nomades de l'arabie.
    Renan a écrit : je ne sais, s'il y a dans toute l'histoire de la civilisation un tableau plus gracieux, plus aimable, plus animé que celui de la vie arabe avant l'islam, telle qu'elle nous apparaît dans ce type admirable d'antar : liberté illimitée de l'individu, absence complète de loi et de pouvoir, sentiment exalté de l'honneur, vie nomade et chevaleresque, fantaisie, gaîté, malice, poésie légère, raffinement d'amour.

  • La calligraphie arabe

    Salah Moussawy

    • Bachari
    • 1 Décembre 1999

    Découvrir et pratiquer l'Art de la calligraphie arabe par une pédagogie claire et accessible à tous est l'objectif de cet ouvrage.
    Grand calligraphe contemporain et historien, Salah Moussawy retrace l'évolution de la simple écriture arabe à l'art de la belle écriture. Il enseigne la calligraphie, étape par étape, depuis la préparation de l'outil privilégié "le calame", jusqu'à l'appréciation des gestes et le choix des styles. Il propose une méthode d'apprentissage, jalonnée de conseils pratiques et de réflexions. Le futur calligraphe tentera à son tour de maîtriser le calame et n'hésitera pas à se lancer dans la méthode des points.
    Le débutant, déjà stimulé, peut choisir les gestes, gérer les proportions et l'espacement des lettres: se développe ainsi une approche personnelle de la calligraphie. Le regard tendu vers son modèle, Salah Moussawy entraîne le lecteur dans son propre univers des sens et de l'imagination. Pour "Passer au-delà de la lecture du mot à une lecture contemplative du signe" (S. Moussawy, l'art dans la ville), l'auteur offre une large sélection de ses propres oeuvres.

  • Dans ce cahier de calligraphie, le professeur Salah Moussawy propose une méthode d'apprentissage du style Coufique.
    Ce style est caractérisé par des lettres s'écrivant exclusivement sous forme géométrique.
    Il apprend à l'élève à préparer son calame, à maîtriser les proportions des lettres et enfin à s'exercer sur des oeuvres.
    Jalonnée de conseils pratiques et de réflexions pertinentes, la méthode proposée par Salah Moussawy laisse à l'élève une liberté pour gérer ses gestes et ses choix tout en appliquant et respectant les règles et les principes de la calligraphie arabe.

  • Prière à la lune

    Fatima Elayoubi

    • Bachari
    • 1 Juin 2006


    j'ai allumé une flamme, j'ai posé mes charges précieuses sur mes épaules et je suis partie.
    je ne pouvais plus marcher dans le noir. je ne veux plus vivre dans la peur et l'humiliation. dieu m'a donné l'intelligence, la foi. je suis comme un livre. toutes les femmes sont des livres dont le titre est le mari. prenez le temps d'ouvrir les livres.

  • Le Prophète

    Khalîl Gibrân

    • Bachari
    • 1 Novembre 2008

    Le Prophète Gibran Khalil Gibran, le poète libanais, l'artiste accompli, l'écorché vif par la vie, a vécu humble tout au long de son existence. Du Liban profond qu'il a quitté très jeune avec sa mère, il en a gardé la sensibilité d'une culture sémite très portée sur le sens des choses. De la vie matérielle à la vie spirituelle, il se voulait le chantre d'un équilibre, de l'équilibre absolu de l'existence. Une existence en phase avec la réalité de l'être humain, esprit et corps, âme et coeur. C'était cela l'auteur de l'immense oeuvre, « Le Prophète », qu'il laisse à la postérité.

  • Proverbes arabes

    Moufdi Bachari

    • Bachari
    • 1 Août 2007

    On a demandé à une belle-mère : n'étiez-vous pas vous-même une belle-fille ?.
    Elle a répondu : certainement, mais j'ai oublié. la vie est comme de l'eau salée : plus on en boit, plus on a soif. la mère du lâche ne connaît ni joie ni tristesse. quand les pauvres se marient, les mendiants prolifèrent !. celui qui ne sait pas sourire ne doit pas ouvrir un commerce


  • " la terre entière est ma patrie et la famille humaine est ma tribu.
    " khalil gibran. faire dire la paix à la calligraphie en ces temps de démesure, c'est faire adopter au signe son rôle premier qui est l'expression du sens. et qui mieux que gibran peut nous conter la voie vers cette quête de sens qui mène à la paix. une paix d'abord intérieure, avec soi. une quête de paix, nous fait comprendre. le poète, qui doit mener à la réconciliation avec l'autre qui est d'abord nous-même.
    notre ego qui ne sait pas adopter une attitude suffisamment humble pour comprendre la réalité de l'existence.

  • Sagesse musulmane

    Moufdi Bachari

    • Bachari
    • 1 Octobre 2007

    Ainsi que l'indique le titre de ce recueil, les « Sagesses Musulmanes » constituent la pensée de différentes époques de l'islam, qui a été profondément influencée par le contenu mystico-philosophique du Coran, livre révélé au prophète Mohammed.
    Les sagesses musulmanes sont, soit extraites du Coran, soit émanant des hadiths (les dits) du Prophète Mohammed, soit des pensées de ses compagnons et des savants musulmans.

  • Au rythme du Raga

    ,

    • Bachari
    • 1 Janvier 2008

    Ce récit illustré est né d'une passion commune pour la musique indienne traditionnelle, dont les auteurs ont entrepris, patiemment, l'exigeant apprentissage. Le temps d'un voyage, entre Calcutta et Bombay, ils retournent ensemble auprès de leurs maîtres (Pandit Shankar Ghosh, les célèbres Dagar...), virtuoses incontestés d'un art millénaire. Occasion privilégiée de partager l'intimité des concerts privés, des leçons de musique, de la vie familiale et des rencontres, mais aussi de découvrir des instruments uniques, de ressentir les couleurs, les saveurs, la féerie parfois déroutante de l'Inde...

  • Barques de montagne

    Wajdi Al-Ahdal

    • Bachari
    • 24 Janvier 2011

    Un prince veut sauver une jeune fille en détresse.
    Cela ressemble à un conte. Or Sayf n'est pas un valeureux héros mais un prince dépressif et opprimé par son beau-père. Il ne sauvera pas la belle des griffes du monstre, ce sont les malfrats qui l'accompagnent dans l'opération qui délivreront Sa'îda du géant qui la retient prisonnière. Sa'îda n'est pas une belle princesse, mais une pauvre mendiante épileptique enlevée alors qu'elle tentait de fuir la tyrannie d'un frère fanatique.
    L'histoire de ces deux jeunes gens est précédée de croquis mordants sur la vie quotidienne autour de Bâb al-Yaman, la porte principale de la vieille ville de Sanaa. C'est une société yéménite violente et frustrée qui nous est esquissée ici, où le monde des djinns et celui des humains se rencontrent parfois. Dans un étonnant mélange de réalisme et de merveilleux subversif, Wajdî al-Ahdal nous fait découvrir sa vision d'un Yémen contemporain chaotique et brutal.

  • Les délices d'Algérie

    Hamat Sarra

    • Bachari
    • 4 Octobre 2010

    Plaisir d'un goût qui remonte loin dans le passé, la pâtisserie algérienne se caractérise par sa diversité, sa finesse, son arôme et sa saveur, qualités qui font qu'elle se différencie de celles des pays voisins.
    Ayant certainement connu une influence directe des cultures moyen-orientales, elle a su, cependant, créer sa propre originalité grâce à la subtilité d'esprit et a la passion des femmes algériennes. Ces bonnes recettes contiennent une richesse et un goût ; leur pâte feuilletée, fondante, avec sa douceur irrésistible, accompagnées d'un bon thé à la menthe en font un régal au sein d'une ambiance conviviale où jeunes et vieux peuvent partager un moment agréable.
    Bien plus, elles transmettent la sagesse d'hier.

  • La calligraphie arabe, à laquelle le sociologue Jacques Berque a rendu un vibrant hommage, a connu sa fortune grâce à la naissance du Coran.
    A cet effet, le grand calligraphe irakien, Salah Moussawy, lui a déjà consacré trois études remarquables qui mettent en relief les nuances esthétiques, particulières aux style " Roqu'a ", " Diwani ", et " Coufique ". Voici un quatrième cahier réservé au style " Naskhi " qui se caractérise par son écriture cursive, sa souplesse et ses formes arrondies. Cependant, Claire et progressive, la méthode d'apprentissage appliquée par Salah Moussawy s'adresse à tous ceux qui veulent s'initier à la connaissance et à la beauté de la calligraphie : Un art apprécié pour ses nuances et son harmonie esthétiques, qui leur permet d'exprimer leur sensibilité, leur talent et de s épanouir à travers une " créativité " personnelle où se mêlent le besoin et le plaisir de dessiner.

empty