Desclee De Brouwer

  • L'éducation a pris aujourd'hui une importance insoupçonnée : elle ne vise pas seulement à évoluer à l'intérieur de l'école, mais elle s'étend au-delà, pour s'allier à la science, à la sociologie... Les termes de "nouvelle éducation", de "pédagogie scientifique" s'appliquent au mouvement ardent d'une réforme qui est le résultat d'une aspiration profonde, éprouvée par toute l'humanité... Oui, l'enfant nous a ouvert un monde nouveau et nous a révélé un homme meilleur. Cet homme, nous ne devons pas seulement l'instruire ; il nous faut le défendre tout comme le trésor le plus précieux de l'humanité ; et il nous faut le servir afin qu'il nous fasse ses révélations parce que nous avons besoin de lui. »Publié pour la première fois en 1936 chez Desclée de Brouwer, ce livre reprend la grande conférence prononcée à la Sorbonne en juin de la même année par Maria Montessori (1870-1952). Avec des accents de profondeur et de sensibilité, la grande pédagogue italienne présente de manière ramassée les grandes intuitions de sa démarche.Première femme médecin d'Italie, Maria Montessori est l'héritière des idées pédagogiques de Jean-Jacques Rousseau. Elle nous convie à considérer l'enfant comme une personne complexe et fragile, dotée de savoirs insoupçonnés. Ses vues étonnent par leur fraîcheur et leur pouvoir d'éveiller en chacun l'enfant qu'il a été.

  • En cette période où des réformes du système éducatif se donnent explicitement pour projet de respecter les rythmes des élèves en organisant l'éducation par cycle, il faut lire les textes de Maria Montessori. Avant bien d'autres, elle avait expérimenté et pensé une telle progression, en relevant le défi de créer des outils pour qu'enfants et adolescents apprennent par eux-mêmes et non en écoutant un enseignement. Après L'enfant (0 à 6 ans), elle développe dans cet ouvrage les trois cycles suivants, de l'écolier jusqu'à l'étudiant. Jeanne-Françoise Hutin, responsable d'une Ecole Montessori et présidente de l'Association pour la diffusion des idées Montessori, présente le livre et en souligne toute l'actualité.

  • Connue surtout pour sa méthode pédagogique touchant aux premières années de la scolarisation - à travers les « Maisons des enfants » dont la première a été créée en 1907 à Rome -, Maria Montessori (1870-1952) s'est également intéressée aux premières relations de l'enfant dans sa famille. Une réalité très sensible aujourd'hui où bon nombre de parents ne savent plus se situer dans une juste relation avec leurs enfants, qui puisse concilier respect et autorité.
    Ce livre rassemble les textes inédits d'une série de conférences données en 1923 à Bruxelles sur ce thème. Maria Montessori propose à sa manière un guide à l'intention des parents et éducateurs, pour éviter toute incompréhension ou tentation d'autoritarisme.
    L'essentiel des oeuvres pédagogiques de Maria Montessori est publié en français chez Desclée de Brouwer.

  • Qu'est-ce qui fait courir un pédagogue ? Comment un professeur devient-il un militant et un chercheur en pédagogie ? Qu'espère-t-il vraiment en participant à des commissions ou des réformes ? En quoi son combat pour l'accès aux savoirs est-il solidaire d'un projet plus large d'émancipation de tous et de refondation de la démocratie ? Pourquoi décide-t-il de s'engager en politique? Qu'est-ce qu'un "catho de gauche" vient faire chez les écologistes ? Et, au total, qu'est-ce qu'être aujourd'hui un pédagogue dans la Cité ? Considéré par les uns comme une des figures de proue de l'éducation et de la formation, accusé par d'autres d'avoir sapé les fondements de l'école, Philippe Meirieu s'explique ici.
    Interrogé sans complaisance par Luc Cédelle, il répond sans fard. Sans esquiver les coups ni les problèmes. Au plus près du plus juste. Il s'adresse à tous ceux et à toutes celles qui se demandent : "Que voulons-nous transmettre à nos enfants ?"et "Quel futur préparons-nous ?"

  • Connue surtout pour sa méthode pédagogique touchant aux premières années de la scolarisation - à travers les " Maisons des enfants " dont on célèbre cette année le centenaire -, Maria Montessori (1870-1952) s'est également intéressée aux premières relations de l'enfant dans sa famille. Une réalité très sensible aujourd'hui où bon nombre de parents ne savent plus se situer dans une juste relation avec leurs enfants qui puisse concilier respect et autorité. Ce livre rassemble les textes ; inédits d'une série de conférences données en 1923 à Bruxelles sur ce thème. Maria Montessori propose à sa manière un guide à l'intention des parents ; et éducateurs pour éviter toute incompréhension ou tentation d'autoritarisme. L'essentiel des oeuvres pédagogiques de Maria Montessori est publié en français chez Desclée de Brouwer.

  • Face à l'implacable esprit de compétition qui est la réalité de notre époque, les jeunes trop souvent perdent l'atout essentiel la réussite : la confiance en soi. Comment les aider à se trouver et à mettre en valeur leurs qualités personnelles ? Pour répondre à ce défi lancé à la crise de notre enseignement, les auteurs, ont fait entrer en classe la relaxation et la science du yoga. Ils nous donnent ici une méthode concrète - une trentaine d'exercices - pour guider les jeunes vers une meilleure gestion de leur énergie. En se relaxant quand il le faut, en écoutant mieux, ils apprennent à gérer leur stress et à éveiller leurs sens créateurs. Les voilà prêts à réussir. Et si, de leur côté, parents et enseignants se mettaient à cette école ?

  • Grâce à des témoignages d'adolescents, de parents ou d'enseignants, d'interviews fictives de philosophes et d'expériences à réaliser, cet essai décrit la mainmise d'une idéologie matérialiste sur la société en général et sur l'école en particulier tout en proposant de redonner à l'école son rôle de développement de l'enfant et de son jugement.

  • Quel sens des enfants âgés de quatre à six ans donnent-ils aux mots : informations, dessin animé, film, publicité ? Comment reconnaissent-ils l'existence des personnages sous la diversité de leurs apparences ? Que comprennent-ils de la mort présentée sous forme d'images ? Qu'est ce que l'espace ? Est-ce pour eux un produit de fantaisie ? A-t-il une réalité extérieure aux apparences télévisuelles ?
    Le vécu télévisuel de ces enfants révèle combien ils peuvent être prisonniers des apparences.
    Mais il témoigne également de la richesse créative de leur imaginaire : ils puisent par imprégnation de nouveaux motifs d'expression.
    Ce livre s'adresse aussi bien aux parents qu'aux enseignants, comme à tous ceux qui souhaitent comprendre l'impact profond de la télévision sur de jeunes enfants.

  • Que faut-il enseigner ? Que transmettre à nos jeunes de l'essentiel du savoir, sans prétendre avec orgueil tout leur dire ? C'est aujourd'hui l'obsédante question que se posent tous les éducateurs, enseignants ou parents, mais aussi plus largement philosophes ou politiques qui s'interrogent sur l'avenir de nos sociétés. Car nous savons bien que la transmission des connaissances va de pair avec la nécessité de donner des repères, que le savoir se conjugue aussi avec l'éthique et la construction de soi. Les actuels débats politiques autour de l'enseignement de la lecture, de l'articulation entre école et entreprise ou de l'instruction civique en portent témoignage.
    Professeur de philosophie et ayant des responsabilités dans le système éducatif suisse, Jacques de Coulon propose ici sa vision de l'enseignement. Elle correspond d'abord à une conception de l'homme, vivant en société dans la coexistence des libertés, doté d'un esprit libre et multidimensionnel, un être qui possède l'intelligence et le langage. Elle obéit à trois principes forts, qui sont le coeur du propos de Jacques de Coulon : autonomie et éducation à la liberté, globalité par l'équilibre entre les différentes dimensions de l'homme (ainsi entre la pensée calculante et la pensée méditante), et appropriation, c'est-à-dire adhésion existentielle, au savoir. Elle conduit enfin à définir l'organisation des études comme ensemble articulé, pour éviter l'inflation du savoir ou la mauvaise orientation des jeunes dans certaines filières. Comme le disait déjà Héraclite : " Le fait d'apprendre beaucoup n'instruit pas l'intelligence... "
    Une réflexion stimulante.

  • Une critique historique du dessin enfantin, destinée aux éducateurs, enseignants, parents et soignants. A. Stern analyse la trace créée par l'enfant comme la révélation d'un code universel : la formulation. Cette formulation conduit à la connaissance de son origine. Il relie son propos aux connaissances acquises dans le domaine des neurosciences.

empty