Vie pratique & Loisirs

  • Ce livre se compose, comme l'indique son titre, de deux volets étroitement liés l'un à l'autre : le premier, est consacré aux conditions et autres recommandations qui favorisent la bonne entente du couple musulman et le second, est consacré au fruit de cette belle entente.
    Ce second chapitre englobe les traditions liées à la nassance de l'enfant, les rudiments qu'il faudrait connaître et inculquer aux enfants ainsi que les règles importantes à suivre pour une éducation réussite des enfants.
    Nous avons ainsi rassemblé dans un seul livre les conseils des plus grands savants et érudits anciens et contemporains, pour ne citer que quelques-uns : Ibn Taymiyya, Ibn Al Qayyim Al-Jawziyya, Ach-Chawkânî, Ibn Kathîr, Muhammad Ibn 'Abdu-l-Wahhâb, Al-Albânî, Abû Bakr jâbir al-jazâirî, 'Abdu-r-Rahmân Âl-Chaykh..
    Les hadiths et versets coraniques sont cités également en langue arabe vocalisée.

  • Alternative thérapeutique remarquable et exemplaire - mais peu connue à notre époque avec la fulgurante avancée de la médecine moderne depuis la deuxième moitié du XIXe siècle - la hijâma revient sous les feux de la rampe et suscite maintenant l'intérêt du public et celui des spécialistes de la médecine depuis un quart de siècle environ.

    En effet, on constate, depuis quelques dizaines d'années, un vaste engouement pour cette thérapie séculaire à travers le monde, que ce soit auprès des professionnels de la santé ou auprès des gens communs mais, plus particulièrement, au sein de la communauté musulmane un peu partout à travers la Planète.

    Avec l'apparition de nouvelles maladies et de cas pathologiques inconnus auparavant, et dus aux produits chimiques induits par le développement industriel, la pollution générée et même par les effets nocifs de certains médicaments de la médecine moderne, les spécialistes de la médecine ont dû faire recours à la médecine parallèle qui avait fait preuve de son efficacité durant des siècles.

    La hijâma est une méthode thérapeutique qui intègre plusieurs disciplines comme l'acupuncture, la réflexologie, etc. Sa pratique s'est répandue dans le monde entier et de très nombreux États ont ouvert des cliniques pour la pratiquer. Ainsi, elle s'est développée, entre autres, par les écoles chinoise, allemande, américaine et syrienne.

  • Synthèse de la médecine moderne d'après les études de : Dr. al-Qâdî, Dr. Hassân Shamsî Pasha, Cheikh al-Zandânî, Dr. Peter Schleicher, Dr.
    Muhammad Dakhakhnî, Hans Wagner...
    Et de la médecine musulmane ancienne d'après les ouvrages de : Ibn Sînâ (Avicenne), Ibn Baytâr, Dâwûd al-Antâkî, Ibn al-Qayyim al-Jawziyya.
    Le prophète Muhammad (SAW) a dit : « Usez de cette graine noire, elle contient un remède contre toutes les maladies exceptée la mort. » La graine de nigelle est appelée "habbat al-baraka" (la graine bénie) en Egypte, "al-kammoun" en Libye, "al-qahta" au Yémen, "al-sânouj" en Algérie, "al-shounîz" en Iran et "Nigella sativa" en latin. Le prophète Muhammad (SAW) la nomme la "graine noire" (Al-habba As-sawda').
    La graine de nigelle se compose d'éléments actifs produisant un effet miraculeux. Elle contient du phosphate, du fer, du phosphore, du carbohydrate et des essences qui forment l'essentiel de son pouvoir. Elle renferme des antibiotiques pouvant détruire tout virus, microbe ou bactérie, du carotène au pouvoir anti-cancéreux...
    C'est au milieu des années quatre-vingts que la médecine moderne s'est intéressée de plus près aux vertus de la graine noire, et le principal auteur de la première étude poussée est le docteur Ahmed al-Qâdî, un médecin égyptien résidant aux Etats-Unis d'Amérique. Son ami, Cheikh Al-Zandânî, explique que le docteur al-Qâdî s'était dit : « puisque le prophète (SAW) a dit que cette «graine noire» était un remède contre toutes les maladies, c'est qu'elle doit certainement agir sur le système immunitaire qui a pour rôle de défendre l'organisme contre les maladies » Et en effet, après certaines expériences sur des sujets accusant une insuffisance immunitaire, le docteur al-Qâdî réussit à montrer que la prise de nigelle par voie orale à raison d'un gramme le matin et un gramme le soir avait la propriété d'accroître les anticorps et de renforcer considérablement le système immunitaire. Le docteur al-Qâdî en a donc déduit le rôle primordial que pourrait avoir cette graine dans le traitement du cancer, du SIDA, ainsi que toute autre maladie qui a pour cause une défaillance dans le système immunitaire. Cheikh Al-Zandânî ajoute que les résultats de ces expériences furent homologués par l'Institut américain des sciences biologiques expérimentales et que le docteur al-Qâdî fut primé pour ses recherches.

empty