Points

  • L'effet maternel Nouv.

    « Tu n'avais qu'à avorter : il n'en voulait pas de cette gosse ! » Ce sont ces mots prononcés par sa mère qui ont conduit la narratrice à raconter leur histoire. Une relation, faite de coups de griffe, de silences mais aussi de beaucoup d'amour. Un admirable récit qui mêle les destins singuliers et collectifs, les dégâts causés par la Shoah, les espoirs nés de Mai 68, les conquêtes féministes des années 1970 et l'ordre moral de nos sociétés contemporaines.

  • Du nord au sud et de l'est à l'ouest, Jean-Paul Dubois promène son regard tour à tout ahuri, amusé et inquiet, de l'autre côté de l'Atlantique. Adeptes des extra-terrestres heureux, propriétaires de la Lune, aventuriers héroïques, banals et ruinés à Las Vegas, bourreaux, évangélisateurs itinérants : avant tout, des destins qui témoignent d'une Amérique malade de ses propres rêves.

  • Comment se porte l'Amérique ? À quoi rêve-t-elle ? Jean-Paul Dubois croque, au fil de ses voyages, la vie quotidienne de cet étrange pays-continent : ici un magasin spécialisé dans la vente de lunettes pour chiens, là une stripteaseuse qui déclare ses prothèses mammaires comme outil de travail, là encore un combat de gladiateurs modernes ! L'Amérique des possibles fait parfois froid dans le dos...

  • La dernière leçon ; suite à la dernière leçon Nouv.

    « Les voilà donc réunis, ces deux récits, qui, à treize années d'intervalle, se complètent sur la question de la fin de vie et de la mort choisie. Tous deux, oui, sont désormais inséparables. Ils devaient se retrouver. Se répondre. Car l'un et l'autre sont nés d'une semblable évidence, pour ne pas dire d'une même exigence d'écriture. » N.C.

  • Du haut du Chrysler Building, James Agee observe la foule. Sa journée a été difficile, sa semaine déprimante. Il se sent à l'étroit dans son bureau new-yorkais. À l'étroit dans son métier de journaliste. À l'étroit dans sa vie. Alors, lorsqu'on l'envoie en Alabama pour enquêter sur la vie des métayers, il revit. Accompagné du photographe Walker Evans, il réalise un reportage qui sonne comme un cri de révolte, de détresse, un plaidoyer face à la pauvreté des fermiers de ces sinistres années trente.

  • Un CV imaginaire, une fausse identité, et un crâne rasé... Steak Machine est le récit d'une infiltration de quarante jours dans un abattoir industriel. Dans ce reportage glaçant, le journaliste Geoffrey Le Guilcher partage et raconte le quotidien des ouvriers : les giclées de sang dans les yeux, les doigts qui se bloquent et les défonces nocturnes. Car dans une usine qui abat deux millions d'animaux par an, le traitement indigne réservé aux bêtes s'accompagne toujours d'une violence exercée sur les hommes.

  • François Beaune écoute. François Beaune écrit. À la faveur du hasard, il rencontre Greg, qui lui présente Omar. Deux types a priori inconciliables, unis par un projet politique improbable au sein du FN PACA, une amitié hors norme, et cette question obsédante, qu'est-ce qu'être français ? Ces deux enfants des Cités, l'écrivain va les interviewer et nous faire entendre, sans commentaire, la manière dont ils conçoivent le monde.

  • Minnesota, début des années 1980. Le jour, David Carr est un jeune journaliste brillant et prometteur. La nuit, l'enfant prodige écume les bars, se bat, se drogue à outrance. Vingt ans d'excès jusqu'à la chute, douloureuse et redoutable. Pour affronter la vérité de ce terrible passé, une solution s'impose : la double vie du reporter deviendra son prochain sujet d'investigation. Son livre est le récit de cette histoire vraie.

  • Un soir de novembre 2010 à Marseille, dans la cité sous tension du Clos de la Rose, la zone du deal subit un assaut aveugle à la Kalachnikov, digne d'un gang-shooting. Jean-Michel dit le « chouf », 16 ans, et Lenny, 11 ans, sont touchés, fauchés au hasard. Un drame inédit, un virage dans le banditisme marseillais. Voici leur histoire, celle de deux minots de Marseille, comme il en existe des centaines.

empty