Langue française

  • Antiquaire à paris, lucien n.
    Est amateur de netsuke japonais, ces statuettes burlesques mettant en scène de vigoureux ébats avec des morts. lui aussi aime posséder les cadavres arrachés à leur sépulture. dans un journal intime, ce collectionneur macabre distille l'histoire secrète de ses amours nécrophiles. jeunes ou vieux, hommes ou femmes, chaque trépassé est l'objet d'une minutieuse ferveur érotique. au fil des pages, l'inquiétant esthète remonte à l'origine de cette jouissance des corps au sexe glacé, à la chair bleue, au parfum de bombyx, oú s'épanche sa profonde solitude.
    La langue de gabrielle wittkop, froidement sensuelle et débarrassée de toute tentation morale, offre le portrait d'un amoureux sans pareil.

  • Pour évoquer la mémoire de lécrivain Benjamin Lorca, deux amis, un frcre et une ex-compagne prennent successivement la parole. Quatre voix qui se complctent ou se diffractent, ´r rebours des quinze années qui nous séparent de sa mort tragique. La découverte dun journal intime que le disparu a laissé derricre lui ravive en eux la tentation de saisir enfin cet etre si fuyant, égaré, insaisissable. Les quatre narrateurs trouveront-ils une quelconque révélation dans ces écrits jamais publiés? Lenvers dune personnalité, la face cachée de Benjamin? Tous ne prendront pas la meme décision trahir ou non cette intimité posthume mais chacun découvrira en chemin quelques vérités sur lui-meme, plus ou moins apaisantes.
    Avec ce septicme roman, tout en ellipse et non-dit, Arnaud Cathrine a su éviter les complaisances de la noirceur. On y retrouve les nuances sensibles du mal detre contemporain qui habitait ses livres précédents, mais aussi les fragments dun discours sur toutes les formes damour, y compris le plus paradoxal, le désamour de soi.

  • Deux solitudes se rejoignent : celle d'un vieil homme desséché, acariâtre et amer, celle d'un jeune garçon renfermé, jamais reconnu par ses parents.
    Le vieil homme, endeuillé, découvre l'affection, et ce sentiment inonde jusqu'à son passé, lui permettant de réécrire sa vie de couple, éclairée par une tendresse qu'il s'était toujours interdite. Pour l'enfant solitaire, cette rencontre représente le premier témoignage de respect et de reconnaissance qui l'autorise à se construire enfin. Leurs deux voix n'en forment alors plus qu'une, réconciliée et apaisée.
    Une histoire d'amours posthumes, l'amour réinventé que le vieil homme portait à Denise, son épouse, et celui qui le lie désormais, à travers l'enfant, à tous ceux qui ont peuplé son existence.

empty