• Dehors les chiens Nouv.

    Juin 1866. Californie. Crimson Dyke, agent de l'U.S.S.S., l'élite de Washington, division du Département du Trésor créée au lendemain de la guerre, est chargé d'arrêter les faux monnayeurs et escrocs qui sévissent dans les Etats de l'Ouest. Lors d'une halte à Providence, un cadavre éviscéré est découvert. Dyke laisse le sheriff local, Kowalski, mener l'enquête jusqu'à découvrir lui-même un autre meurtre : les autorités l'ont dissimulé pour ne pas nuire à la réputation de leur ville. Aidé du juge Clifford, Kowalski va demander l'aide de l'un des hommes les plus puissants de l'Ouest : Benedict Ross, pour éloigner Dyke de leurs affaires. Ses hommes de mains, les quatre frères Seasons, sont chargés de mener l'enquête.
    Mais les homicides se poursuivent à mesure que Crimson Dyke remonte vers le Nord. En chemin, il croise Dorothy, institutrice, dont il tombe amoureux. Les frères Seasons sont rapidement sur la piste d'une bande d'Indiens sans foi ni loi. Sont-ils les vrais coupables ? Corruption, violence et pragmatisme : Dyke sillonne l'Ouest sans illusion à la recherche de la vérité.

  • Power

    Michaël Mention

    « Ici, comme dans les autres ghettos, pas d'artifice à la Marilyn, ni de mythe à la Kennedy. Ici, c'est la réalité. Celle qui macère, mendie et crève. » 1965. Enlisés au Vietnam, les États-Unis traversent une crise sans précédent : manifestations, émeutes, explosion des violences policières. Vingt millions d'afro-américains sont chaque jour livrés à eux-mêmes, discriminés, harcelés. Après l'assassinat de Malcolm X, la communauté noire se déchire entre la haine et la non-violence prônée par Martin Luther King, quand surgit le Black Panther Party : l'organisation défie l'Amérique raciste, armant ses milliers de militants et subvenant aux besoins des ghettos. Une véritable révolution se profile. Le gouvernement déclare alors la guerre aux Black Panthers, une guerre impitoyable qui va bouleverser les vies de Charlene, jeune militante, Neil, officier de police, et Tyrone, infiltré par le FBI. Personne ne sera épargné, à l'image du pays, happé par le chaos des sixties.

    1 autre édition :

  • New York, 13 juillet 1977. L'été de tous les extrêmes : alors que la ville est en faillite, une canicule sans précédent sévit et le tueur Fils de Sam rôde dans les rues. Tandis que le soleil se couche sur Manhattan, une coupure de courant survient. Huit millions d'habitants sont plongés dans l'obscurité : c'est le black-out et la panique s'empare de la ville. Cloîtré chez lui, rongé par la drogue, le célèbre musicien Miles Davis a mis un terme à sa carrière et s'enlise dans la dépression. En manque d'héroïne, il se résout à sortir en quête d'un dealer lorsque des émeutes se déclenchent. Débute une nuit de terreur, où il va se heurter aux pillards et aux fantômes de Manhattan. Traqué d'un siècle à l'autre, la star déchue fera tout pour survivre, alors qu'un mal mystérieux le ronge de l'intérieur.

  • Durant l'hiver 1835, sous le règne de Louis-Philippe, alors que Paris est rongé par la misère et les attentats, la police enquête sur un tueur d'enfants. Tous les indices orientent Allard, chef de la Sûreté, vers le célèbre poète et assassin Pierre-François Lacenaire. Incarcéré à la Conciergerie, celui-ci passe ses journées à recevoir des visiteurs et à rédiger ses Mémoires en attendant de passer sous la guillotine. Un autre crime se produit, révélant davantage de similitudes avec ceux commis jadis par Lacenaire. Allard décide alors de le solliciter dans l'espoir de résoudre au plus vite cette enquête tortueuse. Entre le policier et l'assassin s'instaure une relation ambiguë, faite de respect et de manipulation, qui les entraînera tous deux dans les coulisses d'un Paris mystérieux et violent.

  • « Nous sommes en guerre. Il en va de notre évolution, de l'avenir de l'humanité. Ils noyautent la Commission, alors nous noyautons l'industrie. Tous les coups sont permis. »Marie, Nabil et leur fils étaient heureux.Philippe était un éminent scientifique.Franck était journaliste au Monde.Désormais, ils sont victimes du puissant lobby de l'industrie chimique. Leur erreur : s'être interrogés sur les perturbateurs endocriniens, ces substances présentes dans notre alimentation et les objets de notre quotidien, responsables de pathologies telles que l'infertilité, le diabète ou encore le cancer.Marie et les autres exigeaient des réponses, ils subissentune riposte d'uneviolence sans précédent. Rien ne leur sera épargné. Une guerre sans pitié, de Paris à Bruxelles, de la Bourse à la Commission européenne, où s'affrontent santé publique et intérêts privés, notre avenir et leurs profits.

  • Fin des années 90. Un nouveau tueur sévit dans le nord de l'Angleterre ; ses crimes présentent de nombreuses similitudes avec ceux de l'Eventreur ; les victimes sont des femmes, plusieurs sont des prostituées. C'est le mode opératoire qui distingue ces meurtres : on retrouve les corps transpercés par des carreaux d'arbalète. Mark Burstyn, promu au grade de superintendant, est chargé de l'affaire. Parmi les axes d'investigation retenus, celui des phobies dont souffraient les victimes. Certaines d'entre elles participaient à des thérapies de groupe dirigées par un psychiatre renommé. Le jeune inspecteur Clarence Cooper va infiltrer ce groupe en se faisant passer pour un arachnophobe. Une mission qui le conduira au bord de l'abîme.

  • 1976. Une vague de meurtres touche le nord de l'Angleterre ; les victimes sont des prostituées. La police locale est sur les dents. Un homme clé pour diriger l'enquête : l'inspecteur George Knox, personnage austère, «gueule à la Richard Burton », états de services légendaires. Secondé par le détective Mark Burstyn, Knox se lance à corps perdu dans cette affaire qui tourne pour lui à l'obsession, tandis que sa femme Kathryn est en train de mourir d'un cancer. Le temps passe et plus le tueur semble jouer avec la police en brouillant les pistes, plus Knox s'enfonce dans l'abîme. Un abîme à l'image du chaos social et politique ambiant. Bientôt, c'est comme si la traque du tueur devenait une quête dérisoire en regard de la dépression qui gagne le pays et ses habitants.

  • Troisième volet de la trilogie anglaise de Michaël Mention, entamée avec Sale temps pour le pays. Le superintendant Mark Burstyn, exclu de la police après l'affaire de l'Eventreur du Yorkshire, est un homme âgé qui vit chichement à Paris. Il a sombré dans l'alcoolisme. Il va reprendre du service en franc-tireur quand sa filleule Amy, la fille de son ancien collègue Clarence, est fauchée par une voiture. Il ne croit pas à l'accident...

  • Jeudi noir

    Michaël Mention

    • J'ai lu
    • 16 Mars 2016

    La demi-finale de la coupe du monde 1982, France-RFA, vue de l'intérieur, à la manière d'un thriller.

    1 autre édition :

  • A Cotton Warwick, village coupé du monde dans l'outback australien, les habitants survivent plus qu'ils ne vivent, partageant leur quotidien entre chasse au kangourou et soirées au pub. Mais une série de morts suspectes commence à bouleverser leur vie.

  • Carl Belmeyer est une figure emblématique du PAF. Présentateur du JT depuis plus de trente ans, il dissimule derrière son sourire une personnalité mégalomane. Manipulateur, il méprise tout le monde, à commencer par son public qui l'adore. Lorsque sa chaîne se retrouve au coeur d'un scandale sans précédent, il est envoyé en Afrique en vue de couvrir une guerre civile. Objectif : redorer l'image de la chaîne pour détourner l'attention des médias concurrents et de l'opinion publique.Le conflit au Libéria contraint Carl à regarder une réalité qu'il a trop souvent méprisée. Terrorisme, complot, violence... la vie de Belmeyer se joue en coulisses jusqu'au déclin.

    1 autre édition :

  • L'histoire se déroule de nos jours, suite à l'arrestation du dernier SS par des agents israéliens. Dans le but de négocier, l'homme leur révèle l'existence d'un vaste trafic d'organes jadis prélevés sur les déportés et leur certifie que celui-ci est toujours en activité. Deux agents du Mossad sont donc envoyés en Suisse afin d'enquêter sur les activités du Fraunher Institut, spécialisé dans les greffes de tissus porcins.
    Après la mystérieuse disparition de l'un de ses agents, le Mossad décide de faire appel à son détenu le plus ancien (Lancester Hooghes, ex-agent de la C.I.A. qui enquêtait jadis sur ce même Institut) qualifié de « cerveau » en raison de son mental de fer. Libéré et placé en résidence surveillée, l'homme est contraint de sonder sa mémoire pour renouer avec des informations jusqu'ici refoulées. Au prix de nombreux efforts, il parvient à faire le lien entre son ancienne mission et celle des israéliens.
    Suite à une attaque, Hooghes s'enfuit avant de se retrouver dans un piège machiavélique, qui le conduira d'Israël en Italie en passant par la France et la Grèce. Au fil des étapes, sa déroute deviendra descente aux enfers face à l'ampleur de sa terrible découverte : celle d'une vengeance aux origines millénaires, entre réalité scientifique et mythes ancestraux.
    Roman d'espionnage et thriller apocalyptique, « Extinction Défunts » est une haletante et talentueuse démonstration du savoir-faire de Michaël Mention qui réalise ici un coup de maître.

  • L'histoire se déroule de nos jours, dans Paris.
    Luc, trente ans, vit avec sa copine Anaïs, scénariste, en compagnie de leur chien dans un modeste appartement. Une vie agréable que Luc partage entre son travail ennuyeux dans une boutique de bonbons et l'écriture, sa passion. Auteur de plusieurs polars, il ne cesse d'envoyer depuis huit ans ses manuscrits aux éditeurs, toujours sans succès. Frustré, il alterne au quotidien entre résignation et motivation, sous les yeux compatissants d'Anaïs.
    Après bien des refus d'éditeurs, l'un d'eux le contacte un jour dans le cadre d'une future publication. Heureux, Luc se présente au rendez-vous tant attendu. L'éditeur l'accueille chaleureusement et, après l'avoir félicité pour son roman, lui impose d'en écrire un autre. Luc refuse, et un piège diabolique se referme sur lui. Un pacte de sang va le lier irrémédiablement à l'ordinateur portable que lui remet l'éditeur et sur lequel il doit impérativement travailler.
    Dès lors, s'engage pour Luc un cauchemar de mensonges et d'écriture, dans une survie acharnée. Le départ d'Anaïs pour un tournage lui permet ainsi, durant plus d'un mois, de se consacrer pleinement à ce roman. Surveillé en permanence, soumis aux exigences littéraires de son bourreau et enlisé dans une folie créative, Luc réussira-t-il à sauver sa vie ?

  • Unter blechkoller

    Michaël Mention

    « Prisonnier des profondeurs, partiellement inondé et encombré de cadavres flottants, le sous-marin devient une prison pour ses rares rescapés. Douze survivants, une échéance d'oxygène, une hypothermie imminente, une démence latente . mais bien d'autres façons de mourir ».
    Les événements de ce huis clos historico-fantastique se déroulent en 1944, à bord d'un sous-marin Allemand hautement perfectionné. Après avoir dominé les Forces Alliées, la Kriegsmarine perd l'avantage et la ferveur des débuts cède la place aux désillusions.
    Cette amertume n'épargne pas les cinquante hommes à bord du U-2402, malgré l'autorité du capitaine Kholn. Dans la nuit du 12 juillet, leur sousmarin est repéré dans l'Atlantique Nord par un navire ennemi et plonge en catastrophe, percutant une barrière rocheuse. L'impact provoque une brèche, par laquelle l'eau s'engouffre et happe de nombreux hommes.
    Entre noyade et asphyxie, l'hécatombe se poursuit autant que la chute du sous-marin, dont les survivants se réfugient dans la chambre des torpilles.
    La porte verrouillée, ceux-ci se révèlent au nombre de douze : le capitaine, le maître d'équipage, un aviateur, le cuisinier, trois machinistes et cinq matelots. Quatre d'entre eux sont sommés de sortir pour aller examiner les dégâts et tester le poste radio. Immergés jusqu'au torse, ils s'enfoncent dans le U-2402 dévasté et entravé de corps flottants. Pas à pas, ils se heurtent au froid et au manque grandissant d'oxygène avant de se retrouver confrontés à une toute autre menace, bien plus barbare. Entre désespoir et instinct de survie, tous devront s'organiser en ce sous-marin devenu cage.

  • Fils de Sam

    Michaël Mention

    • Ring
    • 16 Janvier 2014

    Été 1977. L'Amérique croit avoir tout subi : assassinat de JFK, émeutes raciales, fiasco au Vietnam, crise économique. Meurtri dans sa chair et saigné dans ses ambitions, le pays est à genoux. New York aussi, soumise à une canicule sans précédent, au black-out et à son bourreau, David Berkowitz. Un tueur mystérieux qui rôde la nuit de Queens au Bronx, et décime la jeunesse avec son revolver. Un prédateur unique dans la sphère des tueurs en séries, défiant les autorités, les médias et le pays tout entier. Stupéfiante, cette affaire criminelle a déjà fait l'objet de livres et même d'un film réalisé par Spike Lee en 1999, « Summer of Sam » avec Adrien Brody et Ben Gazzara. Mais tout n'a pas été révélé. Pour la première fois en France, un auteur traite cette enquête méconnue en Europe qui a traumatisé des millions d'Américains et explore de nouveaux axes d'investigations. À la croisée du docu-fiction et de l'essai culturel, Fils de Sam relate la croisade meurtrière du « Tueur au calibre .44 » à la faveur de nombreux documents et photos qui en font bien plus qu'un livre : un ouvrage qui se lit comme un film, en immersion totale dans la tête de l'un des tueurs les plus complexes.

empty