• Pascal Torres nous raconte un monument en perpétuelle transformation, pour mieux en saisir le sens : une visite guidée pour découvrir l'histoirede ce lieu incomparable,dont les tableaux ne sont pas les seules richesses...

    On connaît le prestigieux musée, qu'aujourd'hui le monde entier nous envie. On connaît moins l'histoire du lieu, reflet de l'histoire de France, tour à tour forteresse, palais et symbole républicain. Depuis la fondation du Louvre de Philippe Auguste au XIIe siècle jusqu'à l'internationalisation du musée au XXIe, le Louvre se révèle ici à travers des épisodes marquants de son histoire (une visite nuptiale de Napoléon Ier et de Marie-Louise, le rapt de la Vénus de Milo, l'incendie des Tuileries, le vol de la Joconde, etc.) ou les oeuvres les plus emblématiques (le Grand Sphinx de Tanis, les Chevaux de Marly, Le Sacre de l'Empereur de David, etc.) qui l'ont fait tel qu'il est aujourd'hui :
    Le palais des rois et de l'art-roi.

    Suivez le guide pour la plus étonnante des visites !

  • L'histoire du portrait, origine mythique du dessin, de la peinture, de la représentation est profondément bouleversée par les arts graphiques. Lorsque le portrait peint, oeuvre unique, demande sa traduction gravée, sa multiplication, l'image du sujet portraituré perd son caractère d'unicité, devient symbole, comme une monnaie antique présentera toujours le profil d'un césar vidé de toute substance humaine, déifié. Par une double circonstance du hasard, le recueil de portraits gravés initié par Van Dyck, et publié de façon apocryphe sous le titre de l'Iconographie, ouvre une nouvelle étape dans l'histoire du portrait : sa diffusion internationale sur plus de trois siècles impose au portraitiste des normes, des dogmes académiques dont Roger de Piles se fera le héraut. Mais la première conséquence de la célébrité de l'Iconographie est la recherche effrénée, par les collectionneurs, des premières épreuves autographes réalisées par Van Dyck. Ainsi la plupart des dessins préparatoires, et des premiers états corrigés par la main de l'artiste, brûlent lors de l'incendie de l'atelier de Boulle à qui ils appartenaient. Cette recherche de l'authentique, de l'unique, simple contradiction de la nature multiple du portrait gravé, appartient à l'histoire des collectionneurs, parmi eux au baron Edmond de Rothschild qui réunit l'un des plus beaux ensembles d'études de la main de Van Dyck que le Louvre présente, sous le titre Van Dyck graveur, l'Art du portrait, aux côtés des cuivres originaux que la Seconde République avait acquis pour la chalcographie du Louvre, et des estampes les plus fameuses gravées par Van Dyck ou par son atelier.

  • Les batailles de l'empereur de chine, commande exceptionnelle dans l'histoire de l'art français et dont la célébrité n'a jamais été démentie, sont une suite de seize estampes réalisées à paris sous le règne de louis xv à la demande de l'empereur qianlong.
    La réalisation en fut confiée à charles-nicolas cochin, chargé par le marquis de marigny de choisir les graveurs les plus prestigieux pour l'exécution des planches destinées à la cour de pékin. cette vaste entreprise éditoriale, débutée en 1766, fut finalement livrée en chine en 1775. témoignage de l'ancienneté des échanges artistiques et économiques entre la france et l'orient, la suite des batailles signale l'apogée de l'art des graveurs français du xviiie siècle et soulève aujourd'hui encore la question de l'intelligence mutuelle entre deux cultures éloignées, intelligence parfois mêlée d'incompréhension, mais toujours de fascination.

  • La collection du baron Edmond de Rothschild (1845-1934), composée de plus de 40 000 chefs-d'oeuvre du dessin et de l'estampe, de manuscrits et de livres rares, est l'une des plus importantes collections d'art graphique jamais réunies par un collectionneur particulier. Elle fut donnée au musée du Louvre, par les héritiers d'Edmond de Rothschild, le 28 décembre 1935. Ce don exceptionnel modifia structurellement les collections du musée du Louvre.
    Le livre retrace l'histoire de la collection du baron Edmond de Rothschild au musée du Louvre, où se trouvent rassemblées des oeuvres majeures de Finiguerra, Léonard de Vinci, Raphaël, Mantegna, Robetta, Bosch, Dürer, van Dyck, Seghers, Rembrandt, David... autant de chefs-d'oeuvre - parfois inédits - qui, depuis 1935, composent l'un des joyaux, parmi les plus secrets, des collections artistiques du musée du Louvre.

  • Chocs

    Pascal Torres

    Tout allait bien dans la vie d'Amparo. Elle partageait depuis peu sa destinée avec Pau. Tout allait bien pour eux, jusqu'à l'inauguration de leur nouveau restaurant. Le soir de la Saint-Valentin, alors que Pau interprète au piano les Goyescas d'Enric Granados pour la clientèle huppée dînant aux Caprices, deux terroristes font irruption.
    Peut-on se réveiller du cauchemar de l'Histoire ?
    L'humour, la sensualité, l'espoir, la musique et la littérature offrent autant de tentatives de réponse à cette question qui longtemps hantera la conscience et les rêves d'Amparo et de ses clients.

  • L'histoire du château de Versailles, théâtre du triomphe de la monarchie française, a connu des détours insoupçonnés. Sait-on par exemple que, derrière les portes infranchissables des appartements privés du roi, Louis XIV mena une lutte acharnée contre la maladie ? Que, dans les allées du premier parc de Le Nôtre, Molière et sa troupe se produisirent devant la Cour ? Qu'en forçant les grilles de la Cour d'honneur, les Parisiennes firent basculer le cours de la Révolution ? Que sous les ors de la galerie des Glaces le chancelier Bismarck proclama l'Empire allemand ? Bien loin de la légende d'un palais empesé, c'est un Versailles méconnu qui surgit au fil de ces pages.
    Et si un autre Versailles vous était conté ? Entre futilités de la vie de Cour et hauts faits de l'Histoire, Pascal Torres fait revivre un monde disparu. Le parcours initiatique auquel il nous convie dévoile l'âme de ces lieux où, tant de fois, s'est joué le destin de la France et du monde.

  • Décider de tout quitter : ville, pays, amante... Compter sans la résistance des choses. Mais rien ne change, jamais, à moins de se métamorphoser soi-même. Vous renoncerez donc à être Paul Dietz, vous installerez dans un quartier morose de Manhattan, courtiserez une artiste... Vous deviendrez progressivement cet homme sans histoire, sans passé, sans objet, envahi par les choses - et par la jalousie. Cette errance dans un temps insaisissable, dans des lieux fantasmés, nourrira le feu d'une passion absolue - avant de s'accomplir dans la brutalité du meurtre.

  • La collection Edmond de Rothschild au musée du Louvre réunit l'un des plus riches ensembles au monde d'estampes, de nielles et de dessins de la première Renaissance italienne. Constituée autour de la présentation de deux livres de modèles comptant parmi les plus anciens dessins italiens de la Renaissance, Les Premiers Ateliers de la Renaissance. Incunables et dessins italiens de la collection Edmond de Rothschild présente une introduction à l'histoire de l'art de l'estampe en Italie, depuis sa naissance jusqu'aux derniers ateliers du XVe siècle, associant dessins des premiers maîtres et incunables souvent encore inédits à quelques pièces magistrales appartenant au Cabinet des Dessins.
    C'est tout l'esprit des premiers ateliers italiens de la Renaissance que révèle cet ensemble incomparable de chefs-d'oeuvre des arts graphiques du quattrocento.
    Les Premiers Ateliers de la Renaissance. Incunables et dessins italiens de la collection Edmond de Rothschild est le catalogue de l'exposition qui se tiendra au musée du Louvre, salle Sully, à partir du 7 juillet 2011.

    Catherine Loisel est conservateur en chef au Département des Arts graphiques. Pascal Torres est conservateur de la collection du baron Edmond de Rothschild et de la Chalcographie du Musée du Louvre.

empty