• L'info a été relayée par les médias : Brigitte Macron tiendrait son journal intime. Sans attendre sa publication, Patrick Girard l'a reconstitué.
    Depuis son emménagement à l'Élysée en mai 2017, notre première dame, novice en politique, a en effet choisi de prendre de la distance par rapport aux événements et de confier à la page blanche ce qu'elle ne peut dire publiquement.
    Passionnée par ce rôle auquel rien ne l'avait destinée, Brigitte Macron rapporte, avec un étonnant franc-parler, les faits marquants de son action, essentiellement caritative et sociale, et les efforts qu'elle a dû faire pour déjouer pièges et embûches.
    Le caractère fusionnel de sa relation avec Emmanuel Macron lui permet de formuler son avis sur les réformes voulues par son mari et sur ses discours ou ses actes. Très jalouse de son influence, elle n'hésite pas à rapporter les conseils ou les mises en garde qu'elle lui adresse lorsqu'il lui paraît négliger certains sujets ou commettre certaines erreurs. Très critique à l'égard des conseillers d'Emmanuel Macron, les fameux « Mormons », qu'elle soupçonne de vouloir accaparer le président en faisant peser sur lui l'essentiel du travail, elle a ses préférés mais aussi ses têtes de turc parmi les ministres. La fréquentation des grands de ce monde, croisés au hasard des voyages officiels à l'étranger ou d'événements en France, ne lui a pas tourné la tête mais lui a fait découvrir les arrière-plans, parfois peu ragoûtants, des coulisses diplomatiques.
    Ce journal est pour elle un précieux outil de réflexion alors que se profilent déjà l'échéance de 2022 et le fardeau que ferait peser sur ses épaules la réélection du président sortant.

  • Le boa et le naja

    Patrick Girard

    La Ve République refuse l'idée d'une dyarchie au sommet de l'État. Depuis 1958, une sourde rivalité n'a cessé d'opposer l'Élysée et Matignon, les deux principaux pôles du pouvoir. Une rivalité exacerbée par les questions d'ego, les querelles entre conseillers et les inimitiés personnelles.
    Une lutte semblable oppose aujourd'hui François Hollande (« le boa »), qui peine à convaincre l'opinion publique, à un Manuel Valls (« le naja ») bénéficiant d'une popularité acquise au ministère de l'Intérieur. Une « forme singulière de cohabitation », estime l'auteur, que l'« esprit du 11 janvier » ne masquera pas longtemps, à deux ans de la présidentielle.
    Cette empoignade intestine n'est pas inédite dans notre histoire politique : Mitterrand-Mauroy en 1981, Chirac-Juppé en 1995. Le livre raconte ainsi les différents épisodes de ces conflits larvés et les replace dans la perspective des scrutins de 2017 et 2022.

  • Une collection de grands romans historiques avec pour thème: LES CHEVALIERS DES MERS 1446-1506.
    On a voulu faire de lui un précurseur du monde moderne qui commencerait avec la « découverte » de l'Amérique, continent dont il ne soupçonna jamais l'existence. En fait, Christophe Colomb est un homme du Moyen Age, nourri de l'esprit de chevalerie et des croisades, imprégné de courants millénaristes chrétiens et juifs, pour lequel les terres qu'il découvre sont autant de routes vers la Jérusalem terrestre et céleste.
    L'homme qui ouvrit à l'Europe la route vers les Amériques n'avait jamais soupçonné découvrir un Nouveau Monde. Profondément enraciné dans l'imaginaire médiéval, il ne rêvait que d'une chose, libérer Jérusalem et le tombeau du Christ en finançant la Croisade par les richesses de Cypango, l'île mythique décrite par Marco Polo. Son enthousiasme et sa sincérité le préparaient peu à déjouer les pièges qui lui furent tendus, et à éviter d'être manipulés tant par les Portugais que par les Espagnols ou par ses propres compatriotes.
    Ce chevalier des mers, plus à l'aise au demeurant sur terre qu'à bord d'un navire, fut, en dépit ou à cause de ses défauts et de ses erreurs, un formidable aventurier, aussi rêveur que généreux. Ce sont les années de sa vie qui vont de sa naissance à la nuit du 13 octobre 1492 au large d'une île caraïbe que retrace ce nouveau roman historique de Patrick Girard, premier volume consacré aux grands navigateurs et découvreurs.
    Une saga en forme de thriller, où l'affrontement du bien et du mal dissimule parfois de sordides règlements de compte. Mais aussi de formidables revanches comme celle prise par Colomb sur la postérité, à laquelle rien ne le destinait.

  • Après l'Appel de De Gaulle du 18 juin 1940 il y eut, trois mois plus tard, ses appels moins connus des 23 et 24 septembre, qu'il lança devant Dakar pour convaincre les autorités vichystes de l'Afrique-Occidentale française (AOF) de se rallier à la France libre.
    Mal préparée, l'expédition franco-britannique sur Dakar se solda par un échec cuisant. Elle est l'une des pages les plus méconnues de la légende dorée du gaullisme et de la France combattante. Faiblesse des renseignements sur l'état d'esprit des populations, méconnaissance totale du terrain, météo catastrophique, refus paternaliste d'associer les " indigènes " à l'événement, manque d'enthousiasme des Britanniques...
    Celte accumulation d'erreurs constitue la principale cause de la défaite de De Gaulle lors de sa première opération d'envergure. Cet échec complet faillit le conduire au suicide et manqua d'être fatal à la survie de son mouvement naissant comme le retrace cette vaste fresque, riche d'anecdotes, sur les circonstances de la première rencontre entre De Gaulle et l'Afrique noire.

  • Machinations, mensonges, et instrumentalisations sous la Ve République.

    On ne meurt jamais en politique, paraît-il. Mais se relève-t-on d'un coup bas ? Si les manoeuvres, vacheries et autres manipulations sont le lot quotidien de la vie politique, le coup bas peut coûter très cher. S'il est réussi, il brise les ambitions politiques de l'adversaire et l'anéantit.

    Patrick Girard, journaliste politique, propose de retracer les grandes affaires qui ont jalonné la Cinquième République, du coup bas fratricide (Jacques Chirac trahissant Jacques Chaban-Delmas) à la manoeuvre organisée avec l'aide d'officines spécialisées ou d'agents des services de renseignements (l'implication du SDECE - ancêtre de la DGSE - dans l'affaire Markovic). Au fil des pages, nous nous replongeons dans l'affaire de l'Observatoire, nous explorons les dessous de l'affaire des jumelles de Giscard, nous savourons avec cruauté les petits secrets d'Édouard Balladur, et décortiquons le dossier Clearstream.

    Un document passionnant, riche d'anecdotes et de détails, qui explore les affaires aujourd'hui presque oubliées et les coulisses de la politique dans ce qu'elle a de plus sombre.

  • Sur le banc des prévenus, en ce mois de mai, l'un des espoirs les plus prometteurs du socialisme français baisse la tête. Sa sensualité débridée lui a joué un mauvais, très mauvais tour, et risque fort de lui valoir une peine de prison entraînant, accessoirement, son inéligibilité. A votre avis, de qui s'agit-il...?

    Il ne s'agit pas de celui que vous croyez mais d'Aristide Briand, il y a plusieurs décennies. La preuve est encore faite que les scandales liés au sexe dans la politique ne datent pas du 15 mai 2011 et ne sont pas l'apanage de notre époque.
    De Léon Blum au Maréchal Pétain en passant par Pierre Mendès France, de Nicolas Sarkozy à Dominique Strauss-Khan, Patrick Girard retrace ainsi un siècle de frasques amoureuses en politique et nous dévoile de façon stupéfiante les moeurs légères de ceux qui nous gouvernent.

  • Chaban, Giscard, d'Ornano, Balladur, Pasqua, Jospin? : tous ont tenté, à un moment ou à un autre, de se mettre en travers de son chemin, de contrecarrer ses ambitions. Mais le ?bulldozer' Chirac ne s'arrête jamais. Par le sourire, par la ruse, par le jeu des alliances ou des réseaux, par la force s'il le faut, mais toujours avec détermination, Jacques Chirac a grimpé marche à marche l'escalier menant au plus prestigieux et difficile d'accès des palais : celui du 133, rue du faubourg Saint-Honoré.
    Ce livre n'est pas un ouvrage acrimonieux, ni l'occasion de règlements de comptes. C'est la biographie d'un homme politique d'une carrure exceptionnelle, constituée d'étapes : la lutte contre Giscard, le règne à la mairie de Paris, la création du RPR, l'éviction du soldat Jospin et, enfin, le sacre du second tour des présidentielles de 2002.
    Autant d'obstacles à franchir, autant d'" amis " à trahir ou à rallier à sa cause, d'adversaires à éliminer, de mouvements politiques à rayer de la carte (l'UDR, puis le RPR) pour en créer un autre, à sa mesure.
    L'itinéraire, de 1974 à 2003 30 ans d'un Français jovial et sympathique.

  • Le calife magnifique

    Patrick Girard

    Le très long règne d’Abd al-Rahman III (912-961) marque l’apogée de l’Andalousie omeyyade, où coexistent désormais en paix les trois religions du Livre. En quelques années, le successeur d’Abdallah le Cruel impose son autorité en mettant au pas les seigneurs rebelles et en s’emparant de Bobastro, repaire du plus illustre d’entre eux.Trop confiant dans ses capacités, Abd al-Rahman se lance dans une campagne désastreuse contre les royaumes chrétiens du Nord où il essuie une cinglante défaite à la bataille de Santas Markas. Il saura néanmoins acquérir une renommée inégalée en reprenant le titre de calife, porté jadis par ses ancêtres. La splendeur de Cordoue, alors la plus belle ville d’Europe, et de ses somptueux palais, contribue à rehausser son prestige. Il devient le souverain le plus respecté et le plus puissant de l’Occident avec qui l’empereur de Constantinople et celui de Germanie concluront des traités d’alliance.Dans ce roman, troisième volume de la saga al-Andalous, défilent des personnages hauts en couleur, musulmans, chrétiens et juifs, tous familiers d’un calife qui aura bien mérité son surnom d’Abd al-Rahman le Magnifique.

  • Le Portugal et négligé par sa patrie d?adoption, l?Espagne, qui n?exploita pas la route qu?il reconnut, effectuant avec une flotte le premier tour du monde d?est en ouest. Élevé à la cour de Lisbonne, ce fidalgo désargenté, nourri des valeurs de la chevalerie, servit aux Indes et en Berbérie avant de recevoir une blessure le rendant inapte au métier des armes.
    Déclassé, vivant d?une modeste pension accordée par Dom Manoël de Portugal, qui le déteste, il poursuit un rêve secret : être le premier à franchir, au sud de l?Amérique, ce nouveau monde tout juste découvert, le passage menant aux épices des Moluques. Pour lui, réaliser cet exploit, c?est tout d?abord ouvrir au Portugal de nouvelles richesses et de nouveaux domaines, c?est aussi retrouver l?un de ses anciens compagnons d?armes, devenu le vizir du sultan de Ternate, avec lequel il n?a cessé de correspondre secrètement.
    Mais la Cour de Lisbonne refuse à Magellan ce qu?elle avait déjà refusé à Colomb : une flotte de quelques navires. Il n?a d?autre solution que de se mettre au service de l?Espagne et de gagner la confiance du nouveau souverain, Don Carlos, futur Charles Quint, arrivé dans la péninsule en même temps que lui. Le voyage de Magellan est en quelque sorte le prototype de l?aventure pour l?aventure, de l?exploit sans lendemain, en même temps qu?une formidable épopée maritime et chevaleresque d?un Don Quichotte des mers.

  • Abdallah le cruel

    Patrick Girard

    En 852, l´accession au trône du pieux émir Mohammad marque les débuts d´une longue crise dont auront à souffrir les différentes communautés d´al-Andalous (musulmans arabes, berbères ou mozarabes, chrétiens et juifs).  Incapable de faire fructifier l´héritage que lui a laissé son père, l´émir assiste, impuissant, à l´éclatement de son royaume. Partout en province des seigneurs, musulmans ou chrétiens, secouent le joug du pouvoir central et se taillent des fiefs indépendants. Parmi eux se distingue Abdallah le Cruel (888-912), dont le long règne justifiera pleinement le surnom.  C´est cette période troublée et sanglante de l´histoire de l´Espagne musulmane que raconte ici Patrick Girard. Une fresque haute en couleur où l´on voit, entre autres, les familles arabes s´affronter pour le contrôle de Séville pendant qu´à Cordoue, intrigues et complots se multiplient. Unique lueur d´espoir et seule consolation pour l´émir vieillissant et solitaire, son petit-fils, Abd al-Rahman, né quelques jours avant l´assassinat de son père. Le jeune homme aura toutes les qualités requises pour restaurer l´autorité chancelante de la dynastie des Omeyyades.

  • En 711, l'Europe occidentale est confrontée pour la première fois de son histoire à l'Islam. Conduite par le Berbère Tarik Ibn Zyad, qui donnera son nom à Gibraltar (Djebel Tarik), une armée, venue de Tanger, débarque en Espagne et soumet la quasi-totalité du royaume.. Loin d'être un « choc des civilisations », cette conquête est le fruit d'une intrigue ourdie par l'exarque byzantin de Septem (Ceuta) et par certains nobles chrétiens.
    Kurtuba (Cordoue) devient la capitale de l'Espagne où cohabitent Arabes, Berbères, Chrétiens et Juifs. Dès 750 s'y établit l'un des rares survivants de la dynastie omeyyade, Abd al-Rahman, chassé de Bagdad. Lui et ses descendants vont asseoir leur pouvoir sur al-Andalous en usant tantôt de clémence, tantôt de violence.
    /> C'est cette extraordinaire page d'histoire que raconte Patrick Girard sur fond d'Andalousie médiévale. Au fil de ces pages, on découvre des êtres de chair et de sang, des humbles et des puissants, des figures lumineuses ou sanguinaires, en proie aux passions les plus diverses.

  • A la veille de l'ouverture du procès (7 mars 2011) où comparaît l'ancien président pour emplois fictifs présumés, la question mérite d'être postée : de quelle façon Jacques Chirac restera-t-il dans l'Histoire ? Difficile d'imaginer que le partisan de l'annulation de la dette des pays du Sud fut le bénéficiaire d'énormes frais de bouche à la mairie de Paris ou que le chantre de la diversité culturelle était ce politicien qui a occis tous ses adversaires...Il n'est pas le porteur d'une doctrine. Il n'a pas de convictions, tout au plus des opinions, aussi tranchées que fluctuantes. Il n'a guère eu de projet de société et sa cote de popularité fut toujours inversement proportionnelle à son degré d'implication dans les affaires publiques. Il n'a pas incarné non plus le pays réel, attaché qu'il était à une France rurale en voie de disparition. Quant à son action sur la scène internationale, elle était à la mesure de la place réelle de la France dans le monde : celle d'une province reculée du continent européen.Ce que les Français retiendront de lui, c'est avant tout son combat obstiné pour sa survie politique. Il fut un grand prédateur au tableau de chasse impressionnant, qui sut éliminer tous ceux qui se dressaient sur son parcours et sous-estimèrent ses capacités. Les Français lui savent gré d'avoir été le « tonton flingueur de la Ve République ». Voilà pourquoi ils admirent une personnalité inclassable dont la route fut jonchée de dépouilles : de la gauche corrézienne à Chaban-Delmas, en passant par Michel d'Ornano, Raymond Barre, Valéry Giscard d'Estaing, Édouard Balladur, Philippe Séguin et, last but not least, Nicolas Sarkozy. C'est ce parcours que ce livre retrace, la revanche de César sur Brutus et de Childéric sur Pépin le Bref.

  • La très médiatique liaison entre Monica Lewinsky et Bill Clinton, les nombreuses maîtresses de François Mitterand, le sulfureux et mystérieux rapport entre les frères Kennedy et Marilyn Monroe, la passion d'Hitler pour Eva Braun : autant d'affaires qui concernent la vie privée des hommes d'Etat, mais qui, ayant des répercussions directes ou indirectes sur leurs actions et leurs décisions politiques, ont pu modifier le cours de l'Histoire. Sans voyeurisme, dévoilant des anecdotes, détails et épisodes rocambolesques, Patrick Girard nous révèle la face cachée des grands de ce monde, lorsque la petite histoire rejoint l'Histoire.Un ministre de Vichy, partisan de l'ordre moral et amateur... d'éphèbes ; Mao, le Grand Timonier, ardent consommateur de chair fraîche ; Staline, le Petit Père des peuples, en proie à des difficultés amoureuses ; Clemenceau, le tombeur de ministères... et de jolies Américaines ; le démêlés de Nelson Mandela avec sa harpie de femme... Patrick Girard nous brosse un panorama original de l'histoire du XXe siècle, vu à travers le prisme des passions amoureuses. Une manière singulière de découvrir ces grands hommes qui nous gouvernent.Né en 1950, Patrick Girard, historien, journaliste, ancien attaché de recherches au CNRS, a été rédacteur en chef adjoint à Jeune Afrique et conseiller de la direction de Globe Hebdo. Il est actuellement éditorialiste à L'Evénement et a publié plusieurs ouvrages historiques.

  • Carthage, 264 av. j.c., les nuages s'amoncellent au-dessus de la puissante cité africaine fondée par les phéniciens. rome, l'orgueilleuse métropole italienne, tente de s'implanter en sicile et menace les comptoirs et le commerce carthaginois à travers la méditerranée. bientôt, c'est le conflit entre les deux villes. une guerre sanglante, impitoyable et interminable.

    Hamilcar barca, jeune officier issu d'une illustre famille carthaginoise, s'engage avec passion dans la lutte pour faire triompher sa cité. secondé par son ami d'enfance juba, fougueux prince numide, et par son précepteur, le sage epicide, il parcourt la méditerranée, de l'afrique à la sicile et à l'espagne, livrant une guerre sans merci à rome. et, tandis que les mercenaires grondent et que les prêtres de moloch baal réclament des sacrifices humains, hamilcar forge son destin. dans le fracas des batailles, le barrissement des éléphants de combat et les clameurs des mercenaires, il écrit les pages d'une épopée à la gloire de carthage.

    Premier volet de la trilogie des barca, hamilcar le lion des sables ressuscite la splendeur de carthage et du monde punique. plus qu'une fresque historique, ce volume permet de redécouvrir une civilisation envoûtante et fascinante.


    Né en 1950, patrick girard est historien. il a été attaché de recherches au cnrs et est aujourd'hui éditorialiste à l'evénement. familier de la tunisie et de son histoire, il a en outre publié, seul ou en collaboration, de nombreux ouvrages et essais historiques.

  • Fidèle au serment de vengeance fait à son père hamilcar, hannibal barca décide de réaliser une audacieuse offensive en menant la guerre sur le territoire romain. en 218 av. j.-c., à la tête d'une armée hétéroclite, composée de guerriers carthaginois, de cavaliers numides, de frondeurs baléares, de mercenaires gaulois ou ibères et d'éléphants de combat, le jeune général quitte l'espagne punique pour une incroyable épopée. après avoir traversé les pyrénées avec près de 100 000 hommes, il franchit le rhône, puis gravit les alpes avant d'affronter les légions romaines à la trébie et à cannes. hannibal accumule les exploits et vole de victoire en victoire. bientôt, ses troupes campent sous les remparts de rome, la fière cité aux sept collines. mais un adversaire acharné se dresse contre hannibal : scipion, brillant général romain. entre les deux hommes qui se respectent et s'admirent, la lutte est désormais implacable. cette nouvelle guerre punique va ensanglanter la méditerranée pendant près de dix-sept ans.



    Deuxième volume de la trilogie des barca, hannibal, sous les remparts de rome, nous fait revivre l'extraordinaire aventure de l'un des plus formidables conquérants de l'antiquité.



    Né en 1950, patrick girard est historien. il a été attaché de recherches au cnrs et est aujourd'hui journaliste. familier de la tunisie et de son histoire, il est l'auteur de hamilcar, le lion des sables.

empty