• Qu'est-ce que le handicap ? Ce livre montre qu'il ne s'agit pas d'une réalité médicale, mais d'un phénomène social, qui peut faire référence à des singularités biologiques, mais dépend avant tout de la logique sociale de nos institutions. A partir de l'analyse de statistiques concernant la santé et le handicap, ainsi que de nombreux entretiens biographiques, l'auteur met en évidence que ce qui fait qu'une personne est considérée ou non comme handicapée renvoie au fonctionnement des grandes institutions sociales - famille, école, travail, espace public...
    Il explique aussi comment le statut administratif de personne handicapée tend à imposer une modification des parcours, des comportements et des identités. Cette nouvelle conception du handicap, qui met en relief sa construction étatique et législative, permet d'aborder différemment aussi bien l'expérience des personnes dites handicapées que les politiques de santé publique et d'action sociale.

  • Que recouvre exactement l'expression "sociologie du handicap" ? Que peut bien avoir à dire la sociologie sur ce phénomène a priori biomédical ? Plus largement, que nous apprennent concrètement les recherches dans ce domaine ? Et pourquoi est-il possible d'affirmer qu'elles constituent aujourd'hui un enjeu majeur pour les personnes dites "handicapées" ou "en situation de handicap" ? C'est à ces questions que tente de répondre ce numéro.
    Pour ce faire ont été réunis un ensemble de travaux récents recouvrant des dimensions de la question du handicap aussi variées que possible (dimensions politique, juridique, scolaire, familiale, questions de l'accès à l'emploi, etc.) et apportant un éclairage indispensable sur ce que signifie être (dit) "handicapée" aujourd'hui. Chacune à sa manière, ces recherches montrent aussi à quel point le traitement de cette question est traversé par des contradictions et de nombreux paradoxes.
    A quel point, par conséquent, il est urgent d'y réfléchir en mobilisant les savoirs accumulés par les sciences sociales, trop longtemps considérées en ce domaine comme simple supplément d'âme.

  • Surveiller, contrôler, ficher : la logique sécuritaire semble s'étendre à des domaines de plus en plus variés. Si le constat n'est pas nouveau, les transformations récentes du contrôle social préoccupent de plus en plus de citoyens et interrogent le devenir de notre démocratie.
    Cet état des lieux, nuancé et engagé, éclaire la bataille politique qui confronte la difficulté de préserver les libertés individuelles fondamentales à celle d'assurer la sécurité civile ou l'efficacité des organisations, et permet ainsi de mieux les réformer ou de s'opposer à ces diverses formes contemporaines du contrôle des individus et des populations.

  • En s'appuyant sur les résultats d'enquêtes sociologiques menées auprès d'étudiants d'écoles spécialisées, de cycles courts et de premier cycle universitaire, cette étude montre que les taux d'échecs sont plus faibles et les taux d'insertion plus élevés à l'issue d'un diplôme universitaire.

empty