Lienart

  • Présentation des peintures inspirées du ressenti de l'artiste sur le lieu de l'exposition. La lumière et les matières ont donné naissance à des créatures mythologiques imposantes en noir et blanc donnant l'illusion de sculptures nichées dans les murs.

  • Ladislas Kijno (1921-2012) est considéré comme l'un des maîtres de l'abstraction, spécialiste de la technique du froissage et de la vaporisation sur toile. Sa rencontre avec Louis Aragon et Francis Ponge en 1943 l'a également amené à beaucoup oeuvrer en collaboration avec des poètes.
    Invité de la Biennale de Venise en 1980, l'artiste a notamment signé plusieurs oeuvres monumentales pour des édifices religieux dont la rosace de la cathédrale Notre-Dame de la Treille de Lille. Kijno a réalisé aussi une représentation de la Cène pour l'église du plateau d'Assy, sur la commune de Passy (Haute-Savoie), décorée par les plus grands artistes de l'après-guerre.
    Robert Combas a apporté à l'aube des années quatre-vingt une nouvelle peinture figurative. Présent sur la scène artistique dès 1979, il est le créateur d'un mouvement que Ben appela la Figuration Libre, mouvement regroupant Rémi Blanchard, François Boisrond et Hervé Di Rosa. Peinture faite de libertés elle parle de la société, de la violence, de la sexualité, de la souffrance des gens, de leurs petits bonheurs, de leur petitesse, de leur grandeur... Elle s'inspire du rock dont l'artiste est un fin amateur, des images populaires, des livres d'enfance, des manuels scolaires de tout ce qui fait une culture populaire accessible à tous.

  • Diplômé de l'école d'architecture de Belgrade en 1960, Vladimir Vélickovic (né en 1935) se destine à la peinture et présente sa première exposition personnelle en 1963. Dès cette époque, il détermine les thèmes qui figureront de manière permanente dans son oeuvre. Il peint des hommes ou des animaux - le plus souvent des rats ou des chiens - dont les corps sont confrontés à des situations dramatiques et terrorisantes. En 1966, il décide de s'installer à Paris. À partir de 1972, il réalise des séries de peintures et de dessins inspirés des photographies d'Eadweard Muybridge (séries des Descentes, 1989-1991, et des Crochets, 1983-1991). Chef d'atelier à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris de 1983 à 2000, il a été élu à l'Académie des beaux-arts en décembre 2005, au fauteuil de Bernard Buffet.
    Conflits, déchirements, batailles, telles sont les thématiques qui habitent la peinture et les dessins de cet artiste qui a énormément puisé dans les conflits qui ont bouleversé son pays. Il est le peintre de notre course, de notre souffrance et de ce que Michel Onfray a appelé « les catastrophes métaphysiques » : une peinture âpre qui met en scène la fin sublime des corps et les naissances de la mort.

empty