• À l'aube du VIIe siècle, l'Arabie a été réveillée de sa torpeur millénaire par un souffle puissant et jusque-là inconnu, l'islam. Son émergence fut particulièrement rapide car il a fallu à Mohammed, le nouveau prophète, seulement quelques années, de 610 à 632, pour imposer une nouvelle religion, à la fois monothéiste et abstraite dans son horizon de pensée.
    Malek Chebel, spécialiste du monde arabe, montre comment le Prophète, homme de doctrine et de pouvoir, a voulu que l'islam tienne compte de l'expérience humaine dans sa double part, sublime d'un côté, ordinaire de l'autre, divine par ses aspirations, terrestre par son exercice.
    Balayant ici préjugés et approximations, il confirme qu'il est plus que jamais nécessaire de connaître la destinée du Prophète pour bien comprendre la vérité et la richesse de son enseignement.

    1 autre édition :

  • Les tout premiers siècles de l'islam furent marqués par deux faits majeurs indissolublement liés qui ont déterminé les évolutions historique et spirituelle de cette religion jusqu'à nos jours : l'élaboration des sources scripturaires, à savoir le Coran et le Hadith, et une violence chronique se manifestant principalement sous forme de guerres civiles.
    Pour la première fois, un ouvrage étudie l'articulation entre les deux phénomènes à travers l'examen minutieux de l'histoire de textes anciens aussi importants que peu connus. Il propose une nouvelle grille de lecture, un nouveau cadre de théorisation de l'histoire des débuts de l'islam, éclairant, en les mettant en perspective, jusqu'aux tensions contemporaines.

  • L'authenticité d'un canon est une question essentielle pour toutes les religions où un écrit tient une place centrale. Mais alors que, pour d'autres confessions, la vérité du message s'accommode de variations dans la formulation, telle n'est pas la position du dogme musulman, qui considère que le texte canonique du Coran, qu'il soit récité par les fidèles ou consigné sur les exemplaires d'abord manuscrits et par la suite imprimés, reflète très scrupuleusement la parole divine conservée sur un original céleste.
    À rebours de cette conviction, qui s'est peu à peu affirmée dans les premiers siècles de l'islam avant de s'imposer complètement, des données empruntées à la tradition musulmane permettent, par recoupement avec les indications tirées de l'examen des plus anciens manuscrits coraniques, de constater que la pluralité a caractérisé la genèse du Coran et sa transmission initiale, tant écrite qu'orale.
    En analysant différentes strates de la version qui s'est imposée, mais aussi les fragments de recensions qui ont progressivement été écartées, François Déroche montre que le Coran est resté longtemps ouvert à une pluralité de « lectures » et révèle un rapport originel de la communauté des fidèles à son égard très différent du littéralisme absolu vers lequel l'orthodoxie musulmane a évolué. Cette histoire riche et complexe fait également apparaître un Muhammad plus soucieux du sens du message qu'il annonçait que de sa lettre.

  • L'islam contemporain, religion mondiale, présente sur les cinq continents, se revendique souvent de son passé. Mais quels furent ses débuts ? Comment est apparu le Coran ? Dans quel monde ? À qui s'est-il d'abord adressé ?
    C'est à ces questions que répond Jacqueline Chabbi dans une enquête à la fois anthropologique et linguistique, historique et sociale, sans précédent. Le texte est ici replacé dans son contexte. Il est lu en regard des sources arabes qui l'ont précédé. Il est lu en regard des territoires, paysages, peuples, institutions, pratiques religieuses, politiques, culturelles au sein desquels il a émergé. Il est lu en regard de la façon dont il a été initialement perçu et reçu.
    C'est à découvrir un islam premier, singulièrement méconnu, qu'invite l'ouvrage.

    1 autre édition :

  • Le Coran est-il antisémite ? L'islam véhicule-t-il une « haine du Juif » qui le rend incompatible avec les valeurs occidentales ? Le regard de l'islamologue est indispensable pour dépassionner le débat et sortir des jugements à l'emporte-pièce. Sans rien masquer des aspects les plus problématiques, le grand savant Meïr M. Bar-Asher fait le point sur ce dossier brûlant. Il passe en revue l'image des « fils d'Israël » et des « Juifs » dans le Coran et le Hadîth, ainsi que les bases coraniques du statut de dhimmi. IL s'attarde également sur l'apport extraordinaire de la tradition juive à l'exégèse musulmane du Coran, ainsi que sur les parallèles entre les lois religieuses juive et musulmane, halakha et sharia. Il montre surtout que la question du rapport de la tradition islamique à la figure du Juif et au judaïsme est complexe, et qu'on ne saurait la ramener à la caricature qu'en donnent tant les prédicateurs islamistes que les islamophobes.
    Un ouvrage accessible, essentiel pour comprendre les enjeux de société actuels.

  • Comment comprendre les bouleversements du monde arabe sans connaître l'islam ? Fondée sur une sagesse humaine des plus élaborée, cette culture s'éclaire à la lumière de ses grands hommes. Qu'ils soient savants, médecins, philosophes, mystiques, théologiens, découvreurs, voyageurs, écrivains ou encore bâtisseurs, tous ont contribué à la grandeur de l'Islam.
    Du Prophète et de son entourage, notamment féminin, aux figures de proue, Malek Chebel retrace l'histoire de l'islam depuis ses premiers moments jusqu'à nos jours.

    1 autre édition :

  • Depuis ce jour noir du 11 septembre 2001, l'islam a été mis à l'index planétairement et les musulmans tenus de justifier de leur bonne foi.
    En occident, l'islam inspire, suspicion et souvent incompréhension, en particulier dans un pays comme la france où il est la deuxième religion du pays. malek chebel aborde avec la plus grande liberté l'ensemble des questions, même difficiles, qui ont trait à l'islam, comme le réformisme musulman, la répudiation des femmes, le voile ou la sexualité. mais cet authentique vagabondage amoureux est aussi un livre d'histoires et, par sa construction alphabétique, un recueil de plaisirs dont les entrées sont autant d'invitations au voyage : désert, harem, littérature, peinture, alhambra...
    Lettre après lettre, il décline les mille et un raffinements qui nous fascinent tant dans la culture orientale.

    1 autre édition :

  • Première mondiale, ce monument savant et accessible, qui réunit trente spécialistes internationaux, offre, en trois mille pages, une synthèse complète et critique des travaux passés et des recherches présentes sur les origines du Coran, sa formation et son apparition, sa composition et sa canonisation : vingt études exhaustives sur le contexte introduisent ici à l'analyse circonstanciée du texte, les éléments archéologiques et épigraphiques, les environnements géographiques et linguistiques, les faits ethnologiques et politiques, les parallèles religieux éclairant, verset après verset, en un commentaire total les cent quatorze sourates du livre fondateur de l'islam.
    Une aventure inédite de l'esprit.
    Une somme sans précédent dans l'histoire.
    Une contribution majeure à la science.
    Une avancée décisive pour la compréhension mutuelle des cultures.

  • Râbi'a al-Adawiyya (713-801) est la première grande figure du soufisme, et il n'est pas indifférent qu'elle soit une femme. Elle est l'objet d'une vénération encore vive de nos jours, aussi bien au sein des milieux populaires que des cercles soufis. Ses paroles et ses poèmes, recueillis et transmis au fil des siècles par une chaîne ininterrompue de spirituels, conservent toute leur actualité.
    Son rayonnement et sa personnalité de feu lui permirent toutes les audaces. On raconte notamment qu'elle se promenait avec un seau d'eau et une torche : le premier, disait-elle, était destiné à éteindre le feu de l'Enfer, et le second à porter le feu au Paradis - ceci pour faire valoir une spiritualité totalement désintéressée, qui ne procède pas d'un marchandage moral avec Dieu.
    Après une biographie et une introduction lumineuse, Salah Stétié nous offre une magnifique traduction des poèmes et des propos qu'il nous reste de la sainte, accompagnés des calligraphies du grand artiste Ghani Alani.

  • Les Noms de Dieu foisonnent dans le Coran et dans la Sunna (tradition). « C'est à Dieu qu'appartiennent les plus beaux Noms. Servez-vous de ces noms quand vous L'invoquez ! » L'essence de Dieu (l'Inconnaissable qui échappe à la raison) est attestée par ces Noms qu'Il nous a lui-même révélés. « Appelez-Le 'Dieu' dans vos prières ou appelez-le 'le Miséricordieux'. Sous quelque nom que vous L'invoquiez, les plus beaux noms sont les Siens ! » « Il porte les Noms les plus sublimes ! » « À Lui appartiennent les attributs les plus beaux. » L'auteur s'est plu à méditer les 99 noms de Dieu, tels que les récitent les musulmans. Au rythme d'un par jour, il a prié avec chacun d'entre eux. Chacun de ces monologues intérieurs a donné naissance à un texte bref de quatre lignes, condensant le fruit de sa réflexion. L'auteur aimerait que son approche soit la plus largement partagée en milieu musulman et en milieu chrétien.

  • "C´est à une riche réflexion que nous invite Thomas Sibille dans cet ouvrage concis mais bien documenté. Il interroge la place de l´Islam en France à la lumière de l´histoire et de l´actualité récente. Pour lui, l´histoire ne se résume pas à des guerres et à des traités, ou encore à des dynasties régnantes qui se succèdent. À travers ces quelques pages, Thomas Sibille nous plonge dans cette histoire riche en événements et surtout en enseignements. Il a choisi, pour cela, de s´appuyer sur de nombreux récits et citations des siècles passés pour illustrer son propos et démontrer, si besoin était, que l'islam n´a jamais été étranger à la France. Il finit par s´interroger sur la portée de son livre : ""Peut-être y trouverons-nous les ingrédients nécessaires pour une France apaisée."""

  • Pierre le Vénérable, Dante, Goethe, Voltaire, Hugo, Renan, Assia Djebar, Salman Rushdie : du Moyen Âge à nos jours, ces auteurs ont évoqué Mahomet, faisant du prophète de l'islam tantôt un personnage historique désacralisé, tantôt un héros romanesque fictif.

    Au Moyen Âge, au plus fort de la conquête musulmane, l'Occident chrétien voit en Mahomet un imposteur, un faux-prophète, voire un Antéchrist prêt à combattre le Messie. La littérature médiévale peint de grossières caricatures de rituels musulmans, et n'hésite pas à proférer des injures à l'adresse du prophète. C'est au siècle des Lumières, avec Voltaire et Goethe notamment, que l'on tente d'identifier et d'étudier sérieusement le personnage historique. Mais il faut encore attendre les Romantiques, Lamartine et Hugo entre autres, pour que le prophète de l'islam bénéficie d'une image positive en Occident. Il est même alors qualifié de personnage attachant ! Au XXe siècle enfin, de nouveaux auteurs prennent la liberté de faire de lui un personnage de roman. Avec Driss Chraïbi, Assia Djebar, Salim Bachi, Marek Halter et Salman Rushdie, Mahomet devient imaginaire, de plus en plus éloigné de la figure traditionnelle musulmane.

    La connaissance de la figure de Mahomet à travers la littérature peut éclaircir quelque peu l'horizon assombri par les fanatismes. Car si le prophète de l'islam ne vécut certes qu'une seule vie, les oeuvres littéraires lui ont permis de revêtir divers habits et de montrer de multiples facettes. Un ouvrage courageux, par un auteur qui a fait l'objet d'un procès en Turquie pour blasphème, pour son roman Les Filles d'Allah.

  • L' histoire du monde musulman entre le XIe et le XVe siècle est féconde et contrastée dans un monde immense qui s'étend du Gange au Tage. L'étude des principaux événements souligne la profonde mutation des sociétés et des États. Dans cette ère troublée, marquée par de nouvelles invasions, les signes d'une crise durable ne manquent pas tant sur le plan économique qu'intellectuel. Mais réduire cette période de l'histoire de l'Islam à un lent déclin serait méconnaître le dynamisme persistant des sociétés islamisées ainsi que l'expansion musulmane dans les Balkans et en Afrique de l'Est, et la diffusion de la religion d'Allâh autour de l'océan Indien.
    Des textes et des illustrations commentés, la chronologie ainsi que le glossaire permettent aux étudiants de trouver des précisions sur les événements et sur la civilisation islamique et de se familiariser avec une période mal connue de l'histoire médiévale.

  • Les descriptions de la fin des temps et de l'Apocalypse dans le Coran n'ont pas seulement nourri un messianisme temporel, annonçant les événements qui départagent les amis et les ennemis de Dieu. Le philosophe Christian Jambet présente ici une oeuvre du penseur shi?ite Mulla ?adra qui, au XVIIe siècle, « neutralise les conflits de la fin des temps en leur donnant un sens permanent et spirituel, qui en apaise l'urgence, en défait les prestiges temporels au profit du combat spirituel. » L'essai qui précède la traduction de L'Épître du rassemblement dévoile ainsi une éthique de la résurrection. Il éclaire également les influences néoplatonicienne et soufie qui parcourent cette oeuvre, dont Christian Jambet restitue ici toute la puissance.

  • VOLUME 1 : Études sur le contexte et la genèse du texte coranique.

    VOLUME 2a : Commentaire et analyse du texte coranique. Sourates 1-26.

    VOLUME 2b : Commentaire et analyse du texte coranique. Sourates 27-114.

    VOLUME 3 : Bibliographie des études sur le Coran.

  • Dieu est, selon un article de foi universellement reconnu en islam, le souverain de l'univers, parce qu'il est son créateur et il gouverne le monde terrestre par l'intermédiaire de ses prophètes dont le meilleur est Muhammad (Mahomet).

    C'est dans la théologie de Mullâ Sadrâ (m. 1640), le plus grand représentant du vaste courant philosophique et mystique contemporain de la dynastie des rois safavides, que Christian Jambet explore la souveraineté de Dieu. Il confronte cette théologie aux penseurs musulmans antérieurs, aux sources grecques et à leurs interprétations. Il examine les transformations par lesquelles une théologie intégrale de la souveraineté divine a conduit de nos jours à l'autorité du théologien juriste.

    L'autorité des prophètes et des imâms, fondée sur une compréhension spirituelle du Coran et des traditions islamiques, s'exerce au nom de Dieu selon une stricte hiérarchie : un niveau supérieur, celui de l'épanouissement de la vie spirituelle et un niveau inférieur, celui de l'activité judiciaire.

    À l'opposé de tout modèle de domination extérieure, la religion devient un exercice spirituel d'appropriation des sens cachés du Coran et un modèle de liberté intérieure. En un temps où les théologies islamiques les plus sommaires sèment la terreur, il est bon de connaître que les plus grands penseurs de l'islam, dont Mullâ Sadrâ, ont pensé les fondements de la foi islamique, les transformant en une quête impérieuse de la vie bienheureuse.

  • L'idée que le Coran constitue un miracle, par sa perfection littéraire mais aussi parce qu'il contiendrait toutes les sciences et toute la réalité du passé et de l'avenir, est pour les musulmans un élément essentiel de leur foi, de leur théologie et de leur histoire. C'est la raison pour laquelle l'islam actuel opère un vaste mouvement apologétique du Coran, par l'édition et l'informatique, qui utilise beaucoup le thème de l'extraordinaire et du miraculeux. Ce livre interroge tous les aspects de ce mouvement, tels qu'ils se sont manifestés et qu'ils se manifestent aujourd'hui, sur les plans de la langue, de l'histoire, du dogme et de la psychologie. Une enquête prodigieuse menée par deux islamologues reconnus.

  • Géo-histoire de l'islam

    Pascal Buresi

    Au début du XXIe siècle, un cinquième de la population de la planète se rattache à la religion musulmane, selon des modalités qui varient considérablement d'une région à l'autre. Peut-on réduire l'islam/Islam (religion et civilisation) à un ensemble de traits qui le caractériserait en tous temps et en tous lieux ? Une approche historique et géographique s'impose pour comprendre les processus sociaux, politiques et culturels qui sont à l'oeuvre dans le monde au sein des différentes populations musulmanes.
    De la prophétie muhammadienne à l'Empire ottoman, des guerriers nomades du désert aux marchands-navigateurs de l'océan Indien, du coeur de la péninsule Arabique aux périphéries " occidentales ", de la centralité du pèlerinage à La Mecque à l'infinie variété des pèlerinages locaux, de l'héritage des savoirs médiévaux à la chaîne de télévision qatariote al-Jazeera, des souks traditionnels au système bancaire " islamique ", de la naissance des droits musulmans aux révoltes des " printemps arabes ", des règles de l'hospitalité à l'exposition numérique de décapitations d'otages par l'Etat islamique de Syrie et d'Irak (Daesh), cette synthèse explore toutes les composantes de la religion et des cultures musulmanes, pour mieux comprendre les fractures qui affectent le monde.
    La violence pratiquée au nom de l'islam est-elle un aspect du choc des civilisations cher à Samuel Huntington, ou bien celui, inattendu, de la globalisation néo-libérale ? Ce livre a été augmenté d'une préface et d'un chapitre final.

  • Le livre entre vos mains "sifat as-safwâ" d'Ibn al-Jawzî est unique en son genre. Il renferme des biographies et des histoires, d'un millier d' illustres personnages, hommes et femmes, des quatre premiers siècles de l'islam. Il commence par la vie du Prophète Muhammad ? (sira), suivi par celle des dix compagnons promis au Paradis, dont les quatre Califes. Il raconte ensuite celle des autres compagnons par rang successif de conversion, rhytmée par les grands évenements : Badr, le fossé (al khandaq), l'ouverture de La Mecque (fath Makka)..
    Après les compagnons du Prophète ?, Ibn al Jawzî rapporte l'histoire des Tâbi'înes (compagnons des compagnons). Il les classe par contrée : les Tâbi'înes de La Mecque, de Médine, du Yémen, du Shâm, d'Egypte, de Basra, etc. On y trouve les grands noms de savants, de dévots et de saints, tel que les imams Hurat,Marw ,Balakh,Turmudh,Bukhara,etc.
    L'auteur continue en mentionnant les histoires des hommes et des femmes qui sont venus après les Tabi'înes et qui se sont distingués par leurs sciences, leur sagesse, leur dévotion ou leur sainteté. Il les classe également par contrée.
    En plus des contrés déjà citées, on y en trouve d'autres plus lointaines, (propagation de l'islam oblige), tel que le Maghreb, l'Iran, Aspahan, Naysabour, Tûs, Hurât, Marw, Balakh, Turmudh, Bukhârâ, etc. Des chapitres entiers sont consacrés aux femmes : compagnons (sahâbiyyâtes), Tâbi'âtes, devôtes ('âbidâtes) et saintes (sâlihâtes).

  • Au XVIIe siècle en Perse, un fonctionnaire religieux, Qutb al-Din Askevari, achève l'écriture d'une histoire universelle de la sagesse depuis le premier homme jusqu'à lui-même. Rédigé en arabe et en persan, cet ouvrage, qui porte pour titre de Mahbub al-qulub, littéralement « l'Aimé des coeurs », a vite été réputé tout en restant confidentiel même en Iran.
    Ce traité constitue ainsi un cas singulier d'appropriation islamique de la pensée grecque, de surcroît dans la perspective chiite.
    Le voici traduit et commenté, pour l'essentiel, par Mathieu Terrier qui s'affirme ici comme l'un des islamologues dominants d'aujourd'hui.

  • Dans la Turquie ottomane, le secret est une vertu cardinale du pouvoir. Le sultan règne sans partage, mais avec l'appui d'un groupe d'initiés - parti, clan, confrérie - toujours tenus par le secret. Cette réalité - constante dans l'histoire de la société turque -, le coup d'État raté de l'été 2016 et la mise au ban de Fethullah Gülen n'en constituent qu'un rappel. Comme la francmaçonnerie, la secte des Bektasîs, dont le lecteur découvrira maints secrets dans ce livre, a eu son heure de gloire auprès des sultans.

    Ce livre présente et analyse un texte majeur de cette confrérie : un opuscule qui détaille son rituel initiatique et sa pratique religieuse. Le rôle politique et spirituel qu'a joué ce courant soufi a été majeur au XIXe siècle et au début du XXe. Le texte en question, initialement publié en turc en 1925, au moment de l'interdiction par Atatürk des confréries, n'aurait sans doute jamais été révélé sans la révolution kémaliste. Après avoir rappelé l'histoire de la confrérie, l'auteur présente les principaux extraits du catéchisme initiatique et explique avec clarté le rituel et ses fondements anthropologiques. Enfin, il s'attarde sur l'opportunité de publier ces secrets religieux en 1925 pour le « salut » de la nation turque.

    Une exploration scientifique des rapports unissant religion, pouvoir et secret.

  • Parmi les figures de sainteté, le « fou » en Dieu reste un modèle anthropologique commun à plusieurs religions, au-delà même de la variété de ses postures et de ses expressions. Mais « fou » ou saint, partout où les majdhûbs, ces « ravis » en Dieu, se sont manifestés dans le monde musulman, leurs contemporains, partagés entre fascination et scepticisme, ont remis en cause leur parole et leur pratique - allant parfois jusqu'à les rejeter.
    Alors, vraie ou fausse sainteté ?
    Partant d'une réflexion sur les rapports qu'entretiennent, dans le Maghreb des xive et xve siècles, aussi bien les intellectuels que la foi populaire avec la sainteté, Nelly Amri interroge la croyance à l'oeuvre dans l'islam médiéval et les différentes modalités du faire croire, en posant un regard comparatif sur le christianisme.

  • Le numéro 2-2018 des Annales est consacré, pour une large part, à l'histoire de l'islam moderne et contemporain. Faut-il remonter aux premiers siècles de l'islam et à ses textes fondateurs pour comprendre notre actualité ? L'histoire contemporaine de cette religion n'est-elle qu'une généalogie de l'islamisme ?
    À rebours de ces questions simplistes, ce dossier propose de traiter l'islam des périodes moderne et contemporaine - ses doctrines, ses pratiques rituelles et sa culture - pleinement comme un objet historique, afin de rendre compte de ses évolutions et de saisir les usages que des populations diverses ont pu en faire en des contextes multiples.
    Des conséquences de la conquête ottomane au XVIe siècle jusqu'à aujourd'hui, en passant par le Sahara du XIXe siècle et l'Algérie coloniale, les articles défont, chacun à leur manière, les grands récits sur le déclin de l'islam moderne et sa soi-disant chaotique entrée dans la modernité.
    Ce numéro comporte également un ensemble de comptes rendus portant sur l'histoire du corps, de la santé et des sexualités, ainsi qu'une étude sur la façon dont les sciences sociales font face à la question de l'hérédité et du déterminisme biologique.

  • Depuis les attentats du 11 septembre, le terme jihad est entré dans le langage commun. Son usage s'est banalisé, renvoyant le plus souvent aux combattants musul- mans ultra-violents venus d'un autre âge pour anéantir nos sociétés. Une vision aussi portée par des musulmans eux-mêmes, qui voient dans le jihad un véritable pilier religieux et une réaffirmation identitaire absolue.
    Cette polarisation des perceptions a conduit à d'intenses polémiques entre islamo- phobes et défenseurs de l'islam, éloignées des faits et des sources et brouillant une juste compréhension pourtant si nécessaire en ces temps de profonds bouleversements.
    Quel sens donner au jihad selon les époques ? Qui sont les jihadistes ? Quelles sont les causes de leur engagement ? Quelles sont les différentes mouvances ? Qu'ont- elles en commun sur le plan idéologique ? En quoi divergent-elles ?
    Cet ouvrage ambitionne de creuser cette complexité afin de briser nombre de clichés et stéréotypes. Un enjeu fondamental pour cette problématique clé de notre époque.

empty