Lanore

  • Marguerite d'Autriche Nouv.

    Marguerite d'Autriche

    André Besson

    • Lanore
    • 17 Août 2021

    Fille de l'empereur d'Allemagne Maximilien Ier et Marie de Bourgogne, Marguerite d'Autriche fut mariée à l'âge de deux ans au dauphin de France, Charles VIII qui la répudia au profit d'Anne de Bretagne. Elle devint ensuite Infante d'Espagne par son mariage avec Jean d'Aragon qui meurt six mois plus tard. Elle épousa alors en troisième noce Philibert le Beau de Savoie qui lui aussi décède quatre ans après. Le sort s'acharnera sur cette princesse qui connut un véritable bonheur avec ces deux époux, et resta inconsolable après leurs décès prématurés.
    La fortune accumulée par ses fiançailles et ses mariages lui permit de mener une politique de mécénat intense. Sa cour, à Malines, est un des centres septentrionaux de la Renaissance. Femme de tête, mais de coeur, Marguerite d'Autriche est reconnue par tous pour son influence politique et culturelle.

  • Handicapé dès son plus jeune âge par des troubles de la mémoire sémantique et à court terme, l'auteur parvient, malgré la souffrance et la frustration, à devenir médecin acupuncteur.
    C'est grâce à la méditation et au pendule qu'il apprend à s'ouvrir à la conscience élargie et à une autre vision du mental.
    La visualisation et la matérialisation de sa pensée, liées aux potentiels des objets, lui permettent de développer une intuition instinctive et l'interaction de son corps et de son inconscient avec les énergies profondes le guident progressivement vers la pensée vibratoire. Cette pratique de la pensée s'accompagne alors d'un certain recul intérieur vis-à-vis de la pensée classique et l'aide à rencontrer son Être de Lumière...
    L'expérience de cette pensée vibratoire que Stéphane Morelle veut ici nous faire partager devrait nous permettre, par la Pleine Conscience et le Non Agir, d'accéder à la réflexion des Sages et au Bonheur véritable.

  • Marie de Bourgogne Nouv.

    Marie de Bourgogne

    André Besson

    • Lanore
    • 17 Août 2021

    Marie de Bourgogne, fi lle unique de Charles le Téméraire et d'Isabelle de Bourbon, fut la célibataire la plus convoitée de l'Europe. Elle se retrouva à l'âge de 19 ans à la tête du duché de Bourgogne, a aibli par les nombreuses guerres menées par son père, puis démembré par Louis XI. Pour pallier les fortes tensions politiques et la crise économique que rencontrent ses états, elle épouse Maximilien de Habsbourg qui défendra son héritage et restaurera l'image de la maison de Bourgogne. André Besson nous conte ici, tout en respectant scrupuleusement l'Histoire, les intrigues, rivalités et la violence dont son mariage fut l'enjeu. Il nous fait revivre les fastes de cette cour riche et puissante et la fi n du règne du Téméraire avec la bataille de Nancy en 1477, mais surtout l'étonnante épopée sentimentale que vécut Marie de Bourgogne et son cousin Philippe de Ravenstein.

  • Les privilèges ou la vertu ? Le comte de Toulouse, dernier des bâtards légitimés de Louis XIV et de Madame de Montespan, amiral de France dès l'âge de cinq ans, a navigué toute sa vie entre ces deux eaux. Comblé de dignités et d'honneurs par le roi soleil, il incarne de façon extrême la caste des privilégiés contre lesquels se déchaînera la Révolution de 1789. Trois fois duc et pair (Penthièvre, Chateauvillain, Rambouillet), gouverneur de Guyenne puis de Bretagne, lieutenant général mais aussi amiral, grand veneur, sa fortune est colossale. Il est même provisoirement déclaré apte à succéder à la couronne. Il fait de son hôtel parisien une merveille (aujourd'hui siège de la Banque de France) et de son domaine de Rambouillet un paradis pour les chasseurs. Mais, en même temps, ce prince chrétien est un enfant aimant, un frère indéfectiblement fidèle en dépit des ambitions et conspirations du duc du Maine, un amant discret puis un mari et un père exemplaire, un châtelain d'une charité inlassable, et même un marin courageux. Membre du conseil de régence de 1715 à 1723, il s'efforce de rendre son éclat à la marine de guerre française.
    Au terme d'une enquête aux sources les plus directes (archives privées et mémoires des contemporains), l'auteur nous livre la première biographie de ce personnage attachant et paradoxal.

  • Rupture mode d'emploi

    Alain Paucard

    • Lanore
    • 19 Mars 2007

    Deux écrivains, l'un parisien, l'autre québécois, proposent aux hommes et aux femmes des moyens de s'en sortir, de quitter la lice, en encourageant la parole écrite, au détriment des textos, SMS et autres courriers électroniques.
    Utiliser le langage écrit respecte, voire honore, ceux que l'on quitte. En 77 lettres de rupture, proposées chacune alternativement, les deux auteurs recréent un univers, fait de malentendus, de situations équivoques, de faux départs et donc d'arrivées incertaines.

  • Lorsqu'en 1999 le comte de paris s'éteint, ses héritiers constatent qu'il ne laisse qu'une quinzaine de millions d'euros.
    Qu'est-il advenu de la fortune de la maison de france, ce pactole de deux cents millions d'euros qui devait sa miraculeuse reconstitution à l'âpreté au gain du roi louis-philippe ? au terme d'une véritable enquête qui couvre plus de trois siècles, pièce par pièce, jacques bernot, juriste et historien, reconstitue le puzzle inattendu de cette fortune. ii fouille les archives, entrouvre les coffres-forts des banques étrangères, inventorie chaque propriété, suit à la trace tableaux et objets d'art.
    Les fabuleuses collections de monsieur, frère du roi, puis du régent, les affaires louches de philippe-egalité, puis l'anéantissement de la révolution ; les largesses de la restauration, le prodigieux héritage " penthièvre ", les mises sous séquestre à la révolution de 1848 et les ventes forcées sous le second empire, les restitutions inespérées de 1872, la générosité inlassable du duc d'aumale, les dissipations des générations récentes : par un jeu inouï de fastes et de misères, d'accumulations et de déboires, cette fortune renaît de ses cendres puis disparaît à nouveau.
    Une saga financière sur fond de lys de france.

  • Ce livre raconte deux histoires bien mystérieuses : d'une part, l'histoire cachée des Rois de France, depuis Charles VII jusqu'à Louis XVII en passant par Henri " Second " et Henri IV ainsi que leurs fabuleuses maîtresses, Agnès Sorel, Diane de Poitiers et Gabrielle d'Estrée, par où la bâtardise définit un Mystérieux Second Arbre Royal ; et d'autre part, l'histoire de Rois Cachés, depuis la Restauration jusqu'à nos jours, par lesquels le Sang Royal demeure, définissant une branche maîtresse tout aussi fabuleuse ; comme venant de " nulle part " et se greffant pourtant avec réussite sur le tronc commun.

  • L'édit de Nantes, signé par Henri IV en 1598, garantissait les droits des protestants, sa révocation par Louis XIV provoqua une nouvelle guerre de religion entre protestants et catholiques, en particulier dans les Cévennes, où se trouvaient de nombreux huguenots.
    Persécutés, certains se battirent, un grand nombre s'expatrièrent. Jusqu'à la Révolution leur situation fut très difficile. Dans ce texte nous assistons à une partie de cette lutte des réformés pour conserver librement la pratique de leur religion, notamment celle des femmes huguenotes, qui furent emprisonnées à Aigues-Mortes. Marie Durand, l'une d'elles, fut la plus remarquable par son courage, sa ténacité, et l'ardeur de sa foi.
    Enfermée dans la tour à l'âge de 15 ans, elle n'en sortit que 38 ans plus tard.

  • La tradition chrétienne nous a habitués à voir le mal en tant qu'unité, péché, manipulation de Satan. Le mal a cependant un visage multiple et de nombreux masques. Chaque époque et chaque culture trouvent leur propre mal. C'est la littérature et l'art qui peuvent élucider l'être multiforme du mal. Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire, le Faust de Goethe, Les frères Karamazov de Dostoïevski, illustrent de nombreux types différents du mal. Quand on regarde le mal en face, on peut voir le mal absurde et le mal vil, mais il peut être aussi effrayant et charismatique, et dans la stupidité banale peut somnoler un mal qui cause une grande souffrance et une destruction. L'homme moderne est entouré de symboles du mal, mais la raison en peut-être la recherche de la tension vitale entre le bien et le mal. Tarmo Kunnas parvient ici à tracer un parcours intellectuel au travers des époques de l'art et de la littéraire de façon remarcable. Il analyse profondément les différentes formes du mal et nous expose en même temps l'horreur du mal et la fascination éternelle qu'il exerce sur l'être humain.

  • Gérard-David Desrameaux constate que les institutions de la Ve République ne permettent plus d'assurer la stabilité et le bon fonctionnement de la vie politique française. Il préconise de substituer à l'actuelle monarchie républicaine (système hybride alliant parlementarisme et présidentialisme) une authentique démocratie républicaine, en procédant d'une part à une refondation de notre système politique et d'autre part à une révision importante de notre Constitution, sans pour autant passer de la Ve République à une VIe République.

    Cette refondation s'articule autour de quatre axes :
    - Mettre un terme au clan contre clan et développer la culture du consensus.
    - Réaliser un pluralisme effectif en constitutionnalisant un mode de scrutin fondé sur la représentation proportionnelle.
    - Substituer aux primaires sauvages un troisième tour à l'élection présidentielle.
    - Réhabiliter la politique : gouverner étant l'art du possible au service de l'intérêt général.

    La révision de la Constitution devrait enfin donner le jour à un modèle de régime présidentiel s'appuyant sur une meilleure représentation des courants de pensée.

  • L'auteur nous invite, dans cet ouvrage, à porter un regard différent sur les états dépressifs. Si pénibles soient-ils à traverser, ne pourraient-ils être le terreau d'une vie nouvelle, libre et épanouissante, qui ne demande qu'à exister pour peu qu'on lui accorde le droit d'être ?
    « Dépression, mon amie, si nos chemins se croisent aujourd'hui, c'est que nous devions nous rencontrer, c'est qu'ensemble nous devions cheminer quelque temps. Lorsque l'élève est prêt le Maître apparaît, dit-on.
    Suis-je prêt ? Que vas-tu m'apprendre ? Que vais-je devoir démolir en moi pour mieux rebâtir? Que vais-je devoir affronter pour mieux me tenir debout ? Dépression, mon amie, enseigne-moi. »

  • Jeanne de France, duchesse d'Orléans et de Berry, fille de Louis XI et de Marguerite de Savoie. À peine reine, épouse de Louis XII, son mari demande le divorce, qui lui fut accordé. Elle se retire à Bourges et fonda l'ordre de l'Annonciation qui se répandit en France et en Allemagne.
    Elle fut béatifiée en 1748.

  • Ulrich-Frédéric Woldemar, comte de Lowendal est certainement le plus européen de nos maréchaux de France. Issu des rois de Danemark, né en Saxe, ayant servi en Saxe, en Pologne, en Autriche, en Russie pour terminer au service de la France. Il participe à tous les territoires de guerre du XVIIIe siècle, commandant son régiment où les hommes issus de nations différentes sont commandés dans leur langue maternelle. Entrant au service de la France à la demande de son compatriote et ami le maréchal de Saxe, il fut l'un des plus brillants officiers généraux du roi Louis XV, participant aux victoires de Lawfeld et Fontenoy. Il offre au roi Louis XV la plus belle et la plus stupéfiante victoire : la prise de l'invicible Berg op Zoom en hollande, à la surprise et la consternation de l'Europe entière. Devenu français, il est l'un de nos plus grands maréchaux, mais aussi le plus méconnu au point où sa tombe est anonyme.

  • Ce livre est la suite logique du premier tome, La puissance de l'esprit sur le mental et le corps, dicté par l'esprit d'Allan Kardec. A travers ce livre, je veux vous aider à comprendre, je veux aider ceux qui souffrent de ne pas comprendre. Analysez votre vie et celle de ceux qui vous entourent. Tout cela à la condition de vouloir être libre, libre d'être soi-même, de ses actes et de ses jugements, de ses décisions et de ses refus, d'aimer et d'être aimé, de partager ou de donner.

  • Guide pour se débarrasser de ces personnages intérieurs, ce mal qui ronge, que l'individu enferme dans son inconscient en temps de crise.

  • L'auteur fait siennes les formules célèbres de François Mitterrand : « Si la France est notre Patrie, l'Europe est notre avenir » et « Ce n'est pas de trop d'Europe dont nous souffrons aujourd'hui mais bien davantage de pas assez d'Europe ».
    Aux souverainistes qui, dans le cadre de chaque État-nation combattent l'Europe et en appellent à un repli sur soi et à un nationalisme désuet, il répond que c'est une erreur fondamentale de ne concevoir le souverainisme qu'au niveau des États nations alors que s'édifient des États continents.
    Aussi, l'auteur est-il convaincu qu'il faut doter l'Europe souveraine, l'Europe puissance, des instruments de la souveraineté. L'Europe doit être délimitée par des frontières sécurisées, dotée d'institutions d'essence fédérale stables et efficaces démocratiquement élues et désignées et mue par une volonté commune des peuples la composant.
    En effet, selon lui seule une Europe souveraine, maîtresse de son destin sur la scène du monde, permettra aux peuples des diverses nations la composant de faire entendre leurs voix et de compter dans le concert des nations.

  • Les rois oubliés sont les sept princes de la Maison de Bourbon qui auraient pu régner sur la France si, après le comte de Chambord, mort en 1883, le principe de transmission de la couronne à l'aîné des mâles légitimes avait été scrupuleusement respecté.
    Jacques BERNOT, juriste et historien, brosse la galerie de leurs sept portraits successifs.
    Indifférents, âgés, malades ou, au contraire charismatiques et activistes, ces sept princes incarnent, chacun à sa façon, la continuité et une vision de la légitimité.
    Une plongée dans l'histoire simultanée de la France et de l'Espagne au XIXe puis au XXe siècle. Face à la « concurrence » de la branche d'Orléans, dans une France de plus en plus attachée à la République. Sous le béret rouge des carlistes, en Crimée, en Chine, à travers la Première guerre mondiale, dans les décombres de l'empire austrohongrois, face à la guerre d'Espagne puis sous le Franquisme, jusqu'au Millénaire capétien et au Bicentenaire de la prise de la Bastille. Sept destins sacrifiés à une cause perdue.

  • « Ce livre vous fait partager le chemin qui est le mien, basé sur mes vingt années d'expérience et de pratiques grâce aux techniques que j'ai acquises en étudiant le chamanisme en Sibérie et Amérique de Sud. Vous trouverez dans ce manuel d'autoinitiation au chamanisme les bases principales de théorie et pratique chamaniques.
    Ce livre a été écrit pour des gens qui s'intéressent au chamanisme et qui souhaitent apprendre ou approfondir des techniques chamaniques tant pour s'aider soi-même que pour aider les autres.
    Notre chance est de vivre une époque intéressante où les connaissances jusqu'alors accessibles seulement aux élus après des préparations et initiations de longue durée sont aujourd'hui devenues ouvertes à ceux qui sont prêts à faire le pas vers la rencontre avec le monde invisible.
    »

empty