À propos

Le point de départ de la réflexion de Spinoza, c'est son expérience propre : il sait, par l'observation, qu'il a un corps, et il a conscience de ses affects. Mais, si c'est bien là une sorte de connaissance, c'est une connaissance incomplète et douloureuse : avoir conscience, c'est, pour l'être humain, sinon toujours souffrir, du moins pâtir, être contraint, accablé. Selon Spinoza, il importe de se faire de son être propre - et des accidents dont sa vie se compose - une idée comparable à celle qu'un mathématicien a d'une figure et des propriétés qui la constituent. Voilà pourquoi il écrit son Éthique «suivant l'ordre géométrique». À la passion succédera alors l'action, à une nécessité extérieure et contraignante, une nécessité conforme à sa volonté devenue raison. Mais, pour atteindre ce but, une connaissance adéquate des rapports que l'être humain entretient avec l'univers est indispensable. L'Éthique, en un mot, prétend nous élever de la conscience à la connaissance de nous-mêmes, et cette connaissance commence par celle de Dieu.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie moderne


  • Auteur(s)

    Baruch Spinoza

  • Éditeur

    Flammarion

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Date de parution

    08/03/2023

  • EAN

    9782080413550

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    384 Pages

  • Longueur

    17 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    260 g

  • Support principal

    Poche

Baruch Spinoza

Né à Amsterdam parmi les descendants des marranes,
ces Juifs qui ont été chassés d'Espagne au XVe siècle par les Rois
catholiques, Baruch Spinoza (1632-1677) s'est vite écarté de tous
les dogmatismes. Il est l'auteur de L'Ethique (1663) et du Traité
politique (1677).

empty