Mademoiselle Julie

Traduit du SUEDOIS

À propos

Une nuit de fête, alors que le Comte est absent, Mademoiselle Julie, sa femme, invite Jean, son valet, à danser avec elle. Exaltée, elle finit par se donner à lui. Mais Jean, dont le rêve est de posséder un grand hôtel, entend bien profiter de la situation pour entamer son ascension sociale. Tiraillée entre le désir, le mépris et la honte, Julie ne sait pas si elle doit fuir avec son amant...Mademoiselle Julie (1888), drame dont la popularité ne se dément plus en Suède ni dans le reste du monde, et Le Pélican (1907), «pièce de chambre» à la tonalité plus intimiste, témoignent de la même ambition : créer des personnages et non des archétypes, une avare qui n'incarne pas seulement l'avarice, un intrigant qui ne se réduise pas à l'ambition. Le théâtre, selon Strindberg, peut et doit montrer les contradictions et les équivoques qui habitent l'âme humaine. En dramaturge véritablement moderne, il orchestre ainsi des huis clos frénétiques et crus, à l'audace corrosive.


Rayons : Littérature > Théâtre


  • Auteur(s)

    August Strindberg

  • Éditeur

    Flammarion

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Date de parution

    04/01/1999

  • Collection

    Gf ; Theatre

  • EAN

    9782080709707

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    256 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    180 g

  • Support principal

    Poche

August Strindberg

Dramaturge, romancier, nouvelliste, essayiste, peintre à l'occasion, et ardent polémiste - August Strindberg - né en 1849 et mort en 1912 à Stockholm - est assurément le génie phare de la Suède en pleine révolution industrielle et sociale. Diversement proche des Tolstoï, Ibsen, Zola, ou Nietzsche, l'auteur de Mademoiselle Julie semble rassembler, en une seule et folle entreprise de démolition des préjugés et des vanités, l'énergie créatrice de ses grands contemporains pour accomplir une ?uvre nourrie de critique sociale radicale, d'investigation des abîmes de l'inconscient et de mise en activité volcanique d'un imaginaire réaliste toujours aux limites de l'expressionnisme visionnaire et torturé qui magnétise l'époque.

empty