Fermeture exceptionnelle : les livres papiers ne peuvent être achetés en librairie

La danse des simulacres

La danse des simulacres

À propos

Le titre de ce volume est emprunté au philosophe et poète épicurien Lucrèce (Ier siècle), l'un des représentants du matérialisme antique dont l'influence a été déterminante sur la pensée matérialiste et hédoniste de Michel Onfray. Les simulacres désignent dans la pensée épicurienne ces microparticules qui se détachent des corps et ont la même structure qu'eux : c'est grâce aux simulacres que les différentes espèces de perception sont rendues possibles. Ce titre rassemble donc les dix-sept livres d'Onfray consacrés à la question de l'esthétique sous le patronage de cette pensée matérialiste. Car, pour Onfray, l'art n'est pas chose mentale, il est chose matérielle, il est perception et expérience d'un corps, tant celui du spectateur (ou de l'auditeur dans le cas de la musique) que celui de l'artiste lui-même. Comprendre un artiste, qu'il soit peintre, photographe, sculpteur ou musicien, c'est montrer comment son travail et son oeuvre viennent s'inscrire dans une biographie, un corps et un tempérament. Cette dimension éminemment matérialiste apparaît aussi dans ce volume en ce qu'il entend montrer que l'esthétique d'Onfray (rappelons que le mot esthétique vient du mot grec voulant dire « sensation ») est une esthétique « du corps élargi » en ce qu'elle entend ne pas se situer uniquement sur le terrain de la vue et de l'ouïe mais aussi de l'odorat, du goût et du toucher. Raison pour laquelle on trouvera ici deux livres d'Onfray sur la gastronomie, un livre sur l'oenologie et un livre sur l'érotisme, qui relèvent chacun à leur manière du domaine de l'art.

Sommaire

PREMIERE PARTIE : REGARDER, ECOUTER : L'oeil nomade. La peinture de Jacques Pasquier - La Métaphysique des ruines. La peinture de Monsù Desiderio - Splendeur de la catastrophe. La peinture de Vladimir Velickovic - Les Icônes païennes. Variations sur Ernest Pignon-Ernest - Épiphanies de la séparation. La peinture de Gilles Aillaud - Fixer des vertiges. Les photographies de Willy Ronis - Le Chiffre de la peinture. L'oeuvre de Valerio Adami - La Vitesse des simulacres. Les sculptures de Pollès - L'Apiculteur et les Indiens. La peinture de Gérard Garouste - Transe est connaissance. Un chamane nommé Combas - Archéologie du présent. Manifeste pour une esthétique cynique - La Raison des sortilèges. Entretiens sur la musique - L'Organe de la crainte. Correspondance inédite avec Pascal Dusapin (1998-2008). SECONDE PARTIE : SENTIR, GOUTER, TOUCHER : Le Ventre des philosophes. Critique de la raison diététique - La Raison gourmande. Philosophie du goût - Les Formes du temps. Théories du sauternes - Le Souci des plaisirs. Construction d'une érotique solaire.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie

  • EAN

    9782221221396

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    1 466 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    4 cm

  • Poids

    834 g

  • Distributeur

    Interforum

Infos supplémentaires : Broché  

Michel Onfray

Michel ONFRAY est docteur en philosophie ; il a créé l'Université populaire de Caen.ÿIl a publié une trentaine d'ouvrages dans lesquels il propose une théorie de l'hédonisme : que peut le corps ? En quoi est-il un objet philosophique de prédilection ? Comment penser en artiste ? De quelle manière installer une éthique sur le terrain de l'esthétique ? Quelle place laisser à Dionysos dans une civilisation tout entière soumise à Apollon ? Quelles relations entretiennent l'hédonisme éthique et l'anarchisme politique ? ÿEdité onze fois dans les éditions du Livre de Poche, il est traduit en quelque treize langues, dont le japonais, le chinois, le serbe et le coréen. L'un de ses derniers titres, Le traité d'athéologie (Grasset - 2005) s'est vendu à plus de cent mille exemplaires. Il a également publié en 2002 « Splendeur de la catastrophe » consacré à Vladimir Velickovic, aux éditions Galilée

empty