Essai sur les litteratures medievales

Essai sur les litteratures medievales

À propos

Le but de cet ouvrage est de réunir l'histoire des origines des trois grandes littératures qui ont surgi d'une racine commune que des vicissitudes historiques complexes ont peu à peu transformées et éloignées les unes des autres, comme il est advenu des différentes langues dans lesquelles ces littératures furent écrites. Cette racine commune est celle que tacite, au premier siècle de notre ère, a nommée germanie, mot qui signifiait pour lui moins une région géographique qu'un peuple, et, plus qu'un peuple, un ensemble de tribus dont les coutumes, les langues, les traditions et la mythologie étaient voisines : la germanie, a noté ker, n'est jamais parvenue à constituer une unité politique, mais le wotan des germains continentaux est à la fois le woden des saxons et l'odin des peuples scandinaves.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782267014716

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    220 g

  • Distributeur

    Sodis

Infos supplémentaires : Broché  

Jorge Luis Borges

1899-1986 - C'est dans le centre de Buenos Aires que Jorge L. Borgès voit le jour. Il passe son enfance à Palermo: "Il est vrai que j'ai grandi dans un jardin, derrière une grille à pointes, et dans une bibliothèque aux illimités livres anglais". Son père, professeur à l'Institut des Langues Vivantes, lui donne le goût de la littérature.En 1914, la famille s'embarque pour l'Europe et se réfugie à Genève pendant la première guerre. Là, le futur écrivain, encore adolescent, apprend le français.Les premiers poèmes et contes sont publiés dans des revues, en Argentine. En 1944, paraît le recueil "Fictions" et son auteur obtient le Prix d'Honneur de la Sade. Dès lors reconnu, il ne cessera plus de créer. Mais à partir de 1956, les ophtalmologues lui interdisent d'écrire et de lire: il dictera désormais ses textes à des collaborateurs copistes.Le plus fidèle d'entre eux est certainement Adolfo Bioy Casares ("L'invention de Morel", 1940). Le travail va réunir ces deux hommes différents et ils publieront souvent sous un pseudonyme commun comme pour mieux marquer l'osmose qui s'est accomplie entre eux.

empty