L'arrière-pays de Christian Bobin

L'arrière-pays de Christian Bobin

, ,

Résumé

Un livre à la croisée de la biographie et du récit, une plongée dans les racines de l'écriture de Bobin. Avec des inédits de l'auteur. Christian Bobin est un écrivain secret. Pourtant, aujourd'hui, il livre ses archives, ses manuscrits, ses carnets et ses photographies, les commente de sa main, faisant le lien entre ses sources d'inspiration et son écriture. Au fil des pages surgissent l'enfance au Creusot, les êtres chers, la poésie de Rimbaud ou celle de Marina Tsvetaïeva, , la lumière des noirs de Soulages, la grâce de la petite châtelaine de Camille Claudel... Autant d'éclats qui dessinent le portrait d'un auteur.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782378800314

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    250 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    624 g

  • Distributeur

    Hachette

Rayons : Littérature générale > Récit

Dominique Pagnier

DOMINIQUE PAGNIER est professeur de Lettres. Il a fait de nombreux séjours en Autriche et en Allemagne où il a été libraire et bibliothécaire. Il a publié des romans (Les soeurs clair de lune, Gallimard; La Diane prussienne, Champ Vallon; La Montre de l'amiral, Alma); des récits (Les filles de l'air, Le Dilettante; La Vraie, Gallimard); des poèmes (Le Général hiver, Champ Vallon) ou des rêveries sur un musicien (Mon album Schubert, Gallimard (coll. L 'un et l'autre), Prix Pelléas 2007).

Christian Bobin

Né en 1951 au Creusot, Christian Bobin, qui a fait des études de philosophie, a toujours souhaité rester silencieux quant à sa « biographie » : « Il n'y a rien à dire de Christian Bobin, sinon qu'il écrit. Parce que c'est inutile – comme l'amour, comme le jeu, comme l'enfance. Parce que rien n'est utile – comme l'amour, comme le jeu, comme l'enfance. C'est une histoire qui a commencé en 1951 et qui se terminera on ne sait quand. »

empty