Une famille à Bruxelles

À propos

Par la fenêtre d'un grand appartement presque vide à Bruxelles, apparaît une femme, en peignoir. Elle passe une grande partie de son temps au téléphone, pour parler à sa fille de Ménilmontant qui voyage beaucoup, à son autre fille qui vit aujourd'hui en Amérique, à ses cousines, à sa grande famille dispersée à travers le monde. Elle leur parle sans vraiment leur parler, évitant certains sujets, comme des parents que l'on a perdus dans les camps ou des histoires tragiques que l'on garde pour soi. Par-delà les drames, elle se concentre sur ses souvenirs heureux et des bribes de clarté qui permettent de poursuivre sa vie.
Sous la forme d'un flux de conscience, glissant d'un esprit à un autre, comme une conscience partagée, Une famille à Bruxelles est le portrait d'une femme au travers de ses relations à ses filles et à son mari. Comme prise sur le vif et toujours pressée, sa langue fait s'entrechoquer les souvenirs. Dans ce texte proche de l'autofiction, aucun nom ne vient fixer une quelconque identité. L'intimité et l'amour d'une famille prennent le pas sur les thématiques biographiques. Une famille à Bruxelles est un livre sur le cours inéluctable du temps.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782381980300

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    120 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    136 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Chantal Akerman

Née en Belgique en 1950 dans une famille juive polonaise, Chantal Akerman a exploré dans ses films les
relations mère/fille, l'héritage de la Shoah, le quotidien, le temps qui passe. Influencée par Jean-Luc Godard
mais aussi par Michael Snow et Jonas Mekas, elle situe sa caméra entre fiction et documentaire. À 25 ans,
elle réalise Jeanne Dielman, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles (avec Delphine Seyrig), très remarqué
par la critique. Alternant documentaires (tels que Un jour Pina a demandé (1983), Le Marteau (1986), D'est
(1993), De l'autre côté (2003), Là-bas (2006), et films de fiction (Je tu il elle (1975), Les rendez-vous d'Anna
(1978), J'ai faim, j'ai froid (1984), Golden Eighties (1986), La Captive (2000), Demain on Déménage (2004)),
la cinéaste belge mène une carrière entre la France et les États-Unis. Chantal Akerman réalise aussi des
vidéos pour des plasticiens et des chorégraphes, notamment Jan Fabre ou Pina Bausch. Plusieurs de ses
installations ont déjà été présentées dans des galeries d'art contemporain du monde entier. En 2004, une
rétrospective intégrale de son oeuvre lui est consacrée au Centre Georges Pompidou à Paris. Elle meurt en
2015 à Paris, à la suite de la mort de sa mère.

empty