Avant le silence t.3 ; l'éclipse de l'éclipse

Avant le silence t.3 ; l'éclipse de l'éclipse

À propos

Quand Michel Onfray a commencé à écrire des haïkus, il ne savait pas qu'il inaugurait un genre de journal intime qui saisirait les derniers mois de vie de sa compagne, le deuil qui a suivi sa disparition après un cancer de treize années incluses dans trente-sept années de vie commune, et la vie qu'il faut vivre ensuite. Ce journal de peine et de chagrin, de tristesse et de mélancolie, est aussi un journal de présence au monde. En voici la troisième année. On y trouve des couleurs et des parfums, des sensations et des émotions, des souvenirs et des perceptions consignés ici ou là, dans son village natal, dans la ville normande qu'il habite désormais, ou n'importe où ailleurs sur la planète. Le haïku nous écrit bien plus que nous ne l'écrivons. Il nous oblige à être aux aguets de l'infime. Il nous apprend aussi que l'infime nous guette. Ou que l'absence est une présence.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782718609461

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    72 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    118 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Michel Onfray

Michel ONFRAY est docteur en philosophie ; il a créé l'Université populaire de Caen.ÿIl a publié une trentaine d'ouvrages dans lesquels il propose une théorie de l'hédonisme : que peut le corps ? En quoi est-il un objet philosophique de prédilection ? Comment penser en artiste ? De quelle manière installer une éthique sur le terrain de l'esthétique ? Quelle place laisser à Dionysos dans une civilisation tout entière soumise à Apollon ? Quelles relations entretiennent l'hédonisme éthique et l'anarchisme politique ? ÿEdité onze fois dans les éditions du Livre de Poche, il est traduit en quelque treize langues, dont le japonais, le chinois, le serbe et le coréen. L'un de ses derniers titres, Le traité d'athéologie (Grasset - 2005) s'est vendu à plus de cent mille exemplaires. Il a également publié en 2002 « Splendeur de la catastrophe » consacré à Vladimir Velickovic, aux éditions Galilée

empty