Alexandra David-Néel Alexandra David-Néel
Alexandra David-Néel
Alexandra David-Néel

Alexandra David-Néel

À propos

Alexandra David-Néel est considérée comme la plus grande exploratrice du XXe siècle. Mais que sait-on de la femme, de l'épouse ? Et d'abord de l'enfant, écartelée entre un père tourangeau proscrit et une mère bruxelloise intransigeante et désabusée, se déchirant sur le destin de leur fille, indépendante et un peu trop fugueuse à leur goût ? Jeune fille éprise de liberté, elle s'imprégna de la pensée du géographe Élisée Reclus, grand voyageur, mais avant tout anarchiste, alors banni de France pour avoir pris part à la Commune. Rien d'étonnant alors si, libre-penseur et libertaire, Alexandra David-Néel s'associa à tous les combats, notamment pour la libération de la femme. Et à ce propos, quels furent ses véritables liens avec la franc-maçonnerie ? À peine revenue d'un premier voyage aux Indes, elle parcourut le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, où elle rencontra Philippe Néel, directeur des chemins de fer qu'elle épousa.Mais les dames de la théosophie étaient plus douées pour les voyages que pour les liens conjugaux ! Elle repartit pour le Tibet, franchissant l'Himalaya, dans la neige et à pied, afin de parvenir à la ville sainte et interdite de Lhassa. Mais s'y rendit-elle vraiment ? Gilles van Grasdorff dévoile les rapports houleux de l'exploratrice avec les missionnaires français d'Asie, avec le gouvernement britannique des Indes, qui la prenait pour une espionne au service de la France.
Année après année, de révélation en révélation, il déroule la vie intime d'Alexandra David-Néel, ses amitiés, ses amours féminines. Le portrait qu'il nous en dresse aujourd'hui est fascinant, éclairant de l'intérieur un siècle d'une vie passionnante et hors du commun. Or, dans toutes ses aventures, Alexandra David-Néel ne perdit jamais le goût de la sagesse, restant fermement attachée à la théosophie bouddhiste. Son dernier article, écrit à cent ans, fut consacré à son maître, le Bouddha.



Rayons : Religion & Esotérisme > Religions et sagesses orientales > Religions et sagesses orientales généralités

  • EAN

    9782756404165

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    443 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    15.2 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Poids

    559 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Gilles Van Grasdorff

Né d'un père flamand et d'une mère bretonne, Gilles Van Grasdorff est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages.
Ceux qu'il a consacrés au Tibet sont traduits en treize langues. En octobre 1993, sa rencontre avec le quatorzième dalaï-lama bouleverse sa vie.
Le chef temporel du Tibet en exil l'invite à écrire un livre d'entretiens, Terre des dieux, malheurs des hommes(Lattès, 1995). A Dharamsala, en Inde, il fait la connaissance de Jetsun Pema, la soeur du dalaï-lama. Un livre naît de cette rencontre, Tibet, mon histoire, préfacé par Elie Wiesel. En 1996, il travaille sur un ouvrage capital pour l'histoire du Tibet, Panchen-Lama, otage de Pékin. L'année suivante, il publie aux éditions Albin-Michel, Le Palais des Arcs-en-ciel appelé à un immense succès mondial. Le livre L'Homme n'est pas la mesure de l'homme (Presses de la Renaissance), qu'il a co-signé avec Xavier Emmanuelli, a obtenu le prix Louis Pauwels 1999. Reconnu aujourd'hui comme le grand spécialiste du Tibet, il publie deux autres ouvrages incontournables, la Biographie non autorisée du dalaï-lama
(Plon, 2002) et la Nouvelle Histoire du Tibet (Perrin, 2006). Son dernier livre, La Belle Histoire des Missions étrangères (Perrin, 2007) connaît déjà un succès considérable.

empty