Chuchotements dans la nuit

Chuchotements dans la nuit (CODE D'ACCES A LA VERSION NUMERIQUE INCLUS)

Résumé

The whisperer in the night. Un des plus grands Lovecraft, de ceux qui envahissent insidieusement les perceptions inconscientes. Tout commence par de brutales inondations dans les zones sauvages et reculées du Vermont montagneux. Le mot essentiel du récit c'est "things", des "choses", mais le mot partout récurrent dans le récit passera sans cesse des êtres mystérieux à ses acceptions courantes. Comme toujours dans Lovecraft, le combat c'est avec la fiction elle-même. Non seulement la variation de tous les registres de style dans la correspondance du narrateur avec le personnage central, Henry Akeley, mais l'usurpation de son identité. Et, comme dans tout grand Lovecraft, prendre à bras le corps la modernité scientifique. Et, magie ultime de prestidigitateur, le récit est censé se passer un an avant son écriture - entre temps, on a découvert Pluton, alors le récit embauche à son profit cette découverte pas encore faite, et qui viendra corroborer la peur et l'étrange. Maison solitaire, chirurgie spéciale, combats dans la nuit - tout vient ici, feutré, sous les pages. Mais il est bien réel qu'à l'été 1928 Lovecraft fit lui-même un voyage dans le Vermont et y fut accueilli chez un de ses compagnons nouvellistes des Weird Tales. Alors qu'elles sont belles, ces pages du voyage réel, en train puis en voiture (la voiture elle aussi son rôle, comme le téléphone et les horaires de train), de Boston jusqu'aux montagnes.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782814594883
  • Disponibilité Épuisé
  • Nombre de pages 148 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 15 cm
  • Poids 177 g
  • Distributeur Hachette

Série : Non précisée

Howard Phillips Lovecraft

Qui ne connaît Lovecraft ? Cet auteur hors du commun, père de la littérature fantastique moderne, aura fasciné des générations entières de lecteurs tant par ses écrits que par sa personnalité contradictoire. Inspirateur d'une cosmogonie gigantesque peuplée d'entités extra-terrestres terrifiantes reprise et amplifiée par ses amis de plume (R. Bloch, Clark Ashton Smith), esthète et correspondant épistolaire intarissable, il préfére donner vie à ses cauchemars et encourager le talent littéraire naissant de ses amis et connaisances, plutôt que de céder aux exigences des éditeurs qui l'exhortaient sans succès à retoucher ses textes. En 1937, le Maître de Providence s'éteint des suites d'un cancer dans la plus parfaite misère.

empty