Recits de sebastopol

Traduit du RUSSE

À propos

«Tout ce que je sais de la guerre, c'est Stendhal». Tolstoï se réfère à lui quand il entreprend ces récits de Sébastopol, il n'a qu'un objectif:la vérité. Ces récits sont remarquables par le détail, la diversité des situations évoquées, des personnages saisis. Tout y est dit, montré:la souffrance, la peur, tout ce que la guerre provoque, mais aussi le quotidien qui l'oublie. Tolstoï nous guide à travers la vaste palette des comportements, l'envie, la faim, le jeu, l'héroïsme, la mesquinerie, la rêverie amoureuse, etc... avec une simplicité et une densité, qui une fois de plus confirme son génie.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Léon Tolstoï

  • Éditeur

    Climats

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Date de parution

    19/05/1998

  • EAN

    9782841580422

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Longueur

    19.5 cm

  • Largeur

    12.5 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    230 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Léon Tolstoï

Léon Tolstoï (1828-1910) est un des géants des lettres russes. Ses romans et ses nouvelles se mêlent de réflexion morale et philosophique. Mobilisé lors de la guerre de Crimée (1853-1856), il témoigne de son expérience militaire dans les Récits de Sébastopol (1855). Guerre et Paix (1869), une reconstitution historique des guerres napoléoniennes, est aussi une réflexion sur la violence des conflits. Entrepris en 1873, Anna Karénine trouvera sa forme définitive en 1877, après que Le Messager russe, qui le publiait en feuilleton, eut désapprouvé son dernier chapitre. Tolstoï entame alors une quête spirituelle et morale qui se reflète dans La Mort d'Ivan Ilitch (1886), La Sonate à Kreutzer (1889) et plus encore dans Résurrection (1899), dont le héros rencontre la figure du Christ. À la fin de sa vie, il devient un maître à penser, prônant une vie simple et morale. Apôtre de la non-violence, il inspire directement le Mahatma Gandhi et Romain Rolland.

empty