Itinéraire d'enfance Itinéraire d'enfance
Itinéraire d'enfance Itinéraire d'enfance

Itinéraire d'enfance

Traduction PHUONG DANG TRAN  - Langue d'origine : VIETNAMIEN

À propos

Paru au Viêtnam en 1985, alors que Duong Thu Huong était encore " l'enfant chérie du Parti communiste ", ce roman de formation y remporta un énorme succès. Il est pour la première fois traduit en français.
Duong Thu Huong évoque ici les tribulations d'une gamine entreprenante et plutôt espiègle dans le Viêtnam de la fin des années cinquante. La jeune Bê, douze ans, vit heureuse auprès de sa mère, professeur dans le bourg de Rêu, au centre du pays. Son père est soldat, en garnison à la frontière nord. Les jours s'écoulent paisiblement, entre les escapades à la rivière, le cirque ambulant où Bê la meneuse entraîne ses camarades, et l'école, où elle révèle déjà un caractère bien trempé, se rebellant vigoureusement contre tout compromis et volant au secours des plus faibles. C'est en cherchant à venger une de ses camarades, victime des assiduités du professeur de gymnastique - elle enferme le suborneur dans les toilettes - qu'elle finit par être exclue de l'école, alors qu'elle en est une des meilleures élèves. Bê a beau manifester par tous les moyens sa révolte devant tant d'injustice, rien n'y fait, même pas une grève de la faim. Elle décide alors de partir de chez elle pour aller rejoindre son père. Sa meilleure amie Loan, malheureuse du remariage de sa mère avec le chef du bourg, un être cupide et violent, la suit sans hésiter dans ce qui va devenir un sacré périple.
Les deux fugueuses se retrouvent avec armes et bagages dans un train bondé. Inexpérimentées, elles ne tardent pas à se faire voler le sac où étaient entassés leurs trésors, amassés dans le plus grand secret, et bien sûr tous leurs vêtements. La force de caractère de Bê ne se dément pas : elle convainc Loan de poursuivre la route. Parvenues dans la petite ville de Lang, leur première étape, les deux amies sont confiées par un voyageur compatissant à une aubergiste qui accepte, contre quelques menus services, de leur fournir le gîte et le couvert, en attendant qu'arrive le car qui doit les emmener plus au nord. Mais les inondations ont coupé les routes, leur pécule fond à mesure qu'elles sont obligées de s'équiper de vêtements chauds, et elles auraient pu longtemps jouer les servantes de l'auberge si le vieux Môc ne s'était pris d'amitié pour elles.
Attendri par ces adolescentes courageuses, le vieil homme, qui vit seul dans un village des minorités du nord depuis la mort de sa femme et de ses filles - éliminées comme nombre de ces populations par les Français -, leur propose de venir vivre chez lui. Elles attendront là que son neveu, en garnison avec le père de Bê, les conduise à la faveur d'une permission vers leur destination finale. Commence alors pour elles un épisode merveilleusement bucolique : elles apprennent à vivre au village, à garder les bêtes, à saler le cochon, elles assistent à la confection de la gélatine - très recherchée pour ses vertus médicales et source de profit dans les contrées du nord, et elles participent même à une chasse au tigre.
Mais Bê, malgré son affection pour le vieux Môc, n'oublie pas le but de son voyage. Elle attend avec impatience son guide, et au moment des fêtes du Têt, elle va repartir, toujours flanquée de Loan, pour la garnison. Là, après avoir confondu un sorcier charlatan et joué les infirmières de fortune, elle finira par retrouver son père, et même par rentrer avec lui à Rêu, où justice a été faite et où elle pourra réintégrer son école.
C'est un véritable voyage initiatique que relate Duong Thu Huong : au fil des rencontres, des paysages merveilleux qu'elles traversent, les jeunes fugueuses grandissent. Bê, sans jamais oublier les valeurs que lui ont inculquées ses parents, comprend le vrai sens de la liberté. Ce livre limpide et lumineux, souvent cocasse, écrit à la manière d'un conte, en dit beaucoup sur la formation de son caractère, et accessoirement sur celui de l'auteur, qui avoue avoir donné beaucoup d'elle-même à sa jeune héroïne...

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782848050539

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    380 Pages

  • Longueur

    18.1 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    410 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Thu Huong Duong

Née au Vietnam en 1947, romancière, nouvelliste et scénariste pour le cinéma, Duong Thu Huong incarne à elle seule le renouveau littéraire d'un pays qui a traversé de nombreuses souffrances. Si sa lutte pour les droits de l'homme fut réprimée par le régime, celui-ci n'a jamais réussi à altérer sa combativité ni sa puissance créative. ÿSes romans dénoncent le système totalitaire, une politique souvent inhumaine, l'effacement du statut d'intellectuel sous le pouvoir communiste et la lutte entre le monstre étatique et les individus renvoyés à leur solitude. En avril 1991, après avoir interdit la publication de ses oeuvres, le régime vietnamien la condamnera à la prison, où elle restera huit mois. C'est pendant son incarcération qu'elle a appris notre langue, s'aidant du seul livre qu'elle pouvait lire en cellule : un dictionnaire de français. Entre 1991 et 2006, elle fera l'objet d'une mesure de résidence surveillée. Depuis deux ans, Duong Thu Huong habite et vit à Paris où elle continue d'écrire sans relâche.

Découvrez un extrait PDF
empty