Autoportrait de Chantal Akerman en cinéaste

À propos

L'ouvrage se présente comme un « atelier d'artiste » où Chantal Akerman dévide un fil conducteur de sa vie et de son oeuvre.
Un commentaire écrit au présent lui permet d'organiser ses textes, documents de travail, illustrations, photos, comme on monte un film.
Elle écrit et raconte : son oeuvre est un récit, ses films ont d'abord été des textes.
Le lecteur pourra naviguer au fil des pages entre les extraits de scénarios, les ébauches de nouvelles, les projets de film réalisés ou pas, les photos de repérage ou les séquences de photogrammes.
Ainsi les livres, les films, les installations vidéo toutes les formes d'expression en apparence si diverses de Chantal Akerman s'organiseront-elles autour de la propre vision qu'en propose aujourd'hui leur auteur.
Au même moment, la rétrospective intégrale que propose le Centre Pompidou d'avril à juin 2004 ainsi que la présentation de plusieurs de ses installations permettra de voir dans sa globalité l'ensemble du travail de Chantal Akerman.



Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Cinéma / TV / Animation > Ecoles / Courants / Thèmes

  • EAN

    9782866423858

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    235 Pages

  • Longueur

    26.5 cm

  • Largeur

    23 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    1 194 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Chantal Akerman

Née en Belgique en 1950 dans une famille juive polonaise, Chantal Akerman a exploré dans ses films les
relations mère/fille, l'héritage de la Shoah, le quotidien, le temps qui passe. Influencée par Jean-Luc Godard
mais aussi par Michael Snow et Jonas Mekas, elle situe sa caméra entre fiction et documentaire. À 25 ans,
elle réalise Jeanne Dielman, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles (avec Delphine Seyrig), très remarqué
par la critique. Alternant documentaires (tels que Un jour Pina a demandé (1983), Le Marteau (1986), D'est
(1993), De l'autre côté (2003), Là-bas (2006), et films de fiction (Je tu il elle (1975), Les rendez-vous d'Anna
(1978), J'ai faim, j'ai froid (1984), Golden Eighties (1986), La Captive (2000), Demain on Déménage (2004)),
la cinéaste belge mène une carrière entre la France et les États-Unis. Chantal Akerman réalise aussi des
vidéos pour des plasticiens et des chorégraphes, notamment Jan Fabre ou Pina Bausch. Plusieurs de ses
installations ont déjà été présentées dans des galeries d'art contemporain du monde entier. En 2004, une
rétrospective intégrale de son oeuvre lui est consacrée au Centre Georges Pompidou à Paris. Elle meurt en
2015 à Paris, à la suite de la mort de sa mère.

empty