À propos

Longue suite composée de 91 poèmes, ce livre de poésie se présente sous la forme d'une adresse au poète et écrivain Claude Esteban, d'un dialogue avec l'auteur disparu. Il y a dans cette suite quelque chose d'une complicité magnifique entre l'auteure et celui auquel elle s'adresse, ce dont témoigne la plupart des poèmes, discrètement mais sûrement, dont celui-ci : « Tu te souviens / elle n'était pas / morte / tout à fait / ni / sa main / ni / le pourpre des / peintures ni / la langue où / je la veille». On y trouve une parole poétique d'une très grande maîtrise, et qui, dans l'adresse à l'autre, cherche à formuler ce que nous sommes, sans jamais préjuger de ce que nous serons. Les lieux sont rarement déterminés et pourtant témoignent des itinéraires, qui sont ceux de la vie. Comme souvent chez cette auteure, le moment réflexif, l'ordre de la pensée jamais refermée sur elle-même accompagne ces moments de surgissement de la parole poétique en cette distance par rapport à la banalité de la traversée des jours.


Rayons : Littérature > Poésie


  • Auteur(s)

    Esther Tellermann

  • Éditeur

    Lettre Volee

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    20/10/2023

  • Collection

    Poiesis

  • EAN

    9782873176198

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    104 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    158 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Esther Tellermann

Esther Tellermann est née en 1947 à Paris. Agrégée de lettres, elle exerce actuellement la psychanalyse. Grand prix de l'Académie Française pour son premier livre Première apparition avec épaisseur en 1986, sa poésie s'attache à rendre compte d'un lyrisme intime du monde. Organisée en
suite de chants posés entre le murmure et la symphonie, entre les symboles et la réalité arrachée, son oeuvre mêle destinée personnelle et portée universelle, s'attache à dépasser dans le mythe les répétitions tragiques de l'Histoire, dans une tension vers une impossible consolation. Elle a publié une vingtaine de livres de poésie, principalement chez Flammarion, ainsi qu'un récit, Une odeur humaine (Farrago/Leo Scheer, 2006), et un essai Nous ne sommes jamais assez poètes (La Lettre volée, 2014). Poète majeur de sa génération, elle est présente dans l'Anthologie de la poésie française du XVIIème au XXème siècle (Gallimard, La Pléiade, 2000), elle a également obtenu le prix François
Coppée de l'Académie française pour Guerre extrême en 2000, et le prix Max Jacob en 2016 pour Sous votre nom.

empty